Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Bristol Chai entame sa campagne de sociofinancement !

27 mars 2017

logo

Bristol Chai : le début d’une nouvelle aventure!

Ce printemps, Gabriel Svaldi, fidèle membre de l’équipe Camellia Sinensis depuis 2009, ouvrira le premier bar à chai du Québec, en plein coeur de Montréal (intersections des rues Prince Arthur et Clark). Une ambiance envoûtante mariant le dynamisme de Montréal et la chaleur de l’Inde, le tout dans un superbe environnement embaumant les épices et les pâtisseries maison.

Ce 27 mars aura lieu le lancement officiel de la campagne de sociofinancement de Bristol Chai. Faites partie de la communauté et laissez-vous tenter par une expérience gastronomique et culturelle unique!

Visionnez le vidéo pour en savoir plus sur le projet : Bristol Chai, un bar à chai à Montréal

Qu’est-ce que le sociofinancement?

Le sociofinancement est une façon révolutionnaire de lancer une entreprise. Le porteur du projet propose une série d’offres appelées contreparties en échange d’un montant associé à celle-ci. Cette démarche favorise l’échange et la création d’une communauté autour du projet. De plus, les futurs clients de la nouvelle entreprise sont impliqués directement dans le processus de démarrage.

Bristol Chai a choisi la plateforme de sociofinancement Ulule, une superbe association de personnes dynamiques et surtout très passionnés de l’entrepreneuriat. Curieux? N’hésitez pas à en lire plus sur le sujet sur leur site web.

Pourquoi une campagne de sociofinancement?

Le projet a avancé énormément depuis le tout début de cette aventure. Ça, il n’y a aucun doute! Cependant, Bristol Chai a besoin de votre soutien pour les étapes finales de ce fabuleux projet.

Plus qu’une simple levée de fonds, cette campagne permettra non seulement d’ouvrir le premier bar à chai du Québec, mais aussi de construire le bar en U – pièce maîtresse de l’endroit, d’améliorer grandement le matériel de cuisine, et d’éventuellement implanter un réseau de distribution.
Pour en savoir plus, suivez Bristol Chai sur Facebook.

61c471ee28636c03a7feb39097d05e

Comment participer au projet?

Un bar à chai à Montréal, ça vous dit? Voici quelques manières de vous impliquer dans le projet :

En échange de dons, recevez votre chai à la maison, venez participer à un atelier, ou dégustez un chai gratuitement à notre local à son ouverture.

9f149b615012fc5da2f6737570141c

Un brin de folie dans une ambiance unique!

3 mars 2016

IMAGE SALON

Fidèles à notre mission de démocratiser le thé ainsi que par plaisir d’offrir une expérience de dégustation inoubliable, nous sommes heureux de vous annoncer la sortie de notre nouveau menu de thés, bonifié de quelques innovations et d’une esthétique urbaine empreinte d’un brin de folie. Vous pourrez le consulter dès votre prochaine visite dans nos salons de thé de Montréal et de Québec.

DSCF0724

Se réinventer tout en suivant sa voie, ainsi que capter l’air du temps afin de créer l’émerveillement, telles sont les visions qui nous ont permis de rafraîchir notre carte de thé. Nous avions aussi en tête de faire éclater les conventions du service du thé en proposant des avenues inédites et ainsi permettre à chacun de redéfinir son esthétique de dégustation propre.

Nos savoureux thés, sélectionnés avec soins aux quatre coins de l’Asie, vous sont désormais présentés suivant leur mode de préparation, dans un choix d’objets tirés de nos collections et importations privées. Certains préfèreront le simple réconfort d’un thé servi dans un de nos somptueux chawan, tandis que les adeptes assidus retrouveront leurs rituels favoris offrant plus de précision et d’intensité. C’est aussi l’occasion de sortir des sentiers battus en savourant un thé chinois dans une belle kyusu japonaise ou de préparer une de nos délicieuses tisanes en gaiwan, pour ne citer que deux des multiples permissions que nous nous sommes autorisées à vous proposer.

Si la dégustation en bol s’adjoint aux techniques classiques, le salon de Montréal pousse l’expérience encore plus loin : verres à vin et carafe permettront à votre esprit d’apprécier le jeu de l’illusion et une table d’hôte proposant une triade d’accords du moment s’ajoute pour un pur moment de délectation.

Bienvenue à tous, dans nos oasis chaleureux et contemplatifs, afin que vous puissiez goûter ces quelques primeurs et ainsi participer à faire vivre ces lieux de dégustations uniques. Au plaisir de vous servir!

Thés vieillis dans la cave : où tout se transforme!

8 février 2016

DSC_0042

Depuis que nous avons mis en place notre cave de vieillissement en 2007 et que nous y avons déposé nos premiers thés Pu Er à faire vieillir, c’est toujours avec une grande curiosité que je goûte les thés afin de voir l’effet du temps sur eux!  Alors que certains thés présents dans la cave sont disponibles dans notre offre de thé courante, il y a aussi d’autres thés qui ont été retirés de la sélection il y a de cela plusieurs années afin de leur permettre quelques années de bonification supplémentaire.

Après presque 10 ans passés dans la cave, il est temps de sortir certains thés afin de vous en faire profiter ! Je pense au Xiangming 2006 acheté lors de mon premier voyage à Yiwu, au 2007 Lincang qui fut notre première galette de cette préfecture du Yunnan et au Mengsong 2009 qui lui a été parmi les premières galettes que nous avons sélectionnées et compressées nous-mêmes.

Mais il y a aussi l’existence de thés déjà vieillis que nous vendions en 2007 et dont les stocks s’écoulaient si rapidement que nous avions alors mis de côté certaines quantités afin de pourvoir vous les proposer quelques années plus tard…  Certains seront donc excités d’apprendre qu’une tout petite quantité des Pu Er 1997-A et Pu Er 1987 Fu Zi Zhuan est à nouveau disponible!

DSC_0037Nous sommes bien heureux de vous ouvrir les portes de notre cave en vous offrant ces cinq thés bonifiés de leur sagesse. Et leur retour aujourd’hui souligne parfaitement bien le Nouvel An chinois qui s’aligne sous le signe du singe cette année!

D’ailleurs, fait historique, alors que les producteurs du Yunnan ont l’habitude de vendre toute leur production annuelle, les marchands cantonnais eux conservent depuis plusieurs décennies des thés afin de les vendre plus tard. Comme les thés se bonifient avec chaque année qui passe, les prix suivent aussi cette tendance et la tradition veut que ce soit au Nouvel An chinois que les prix changent.

Notez que nous suivrons aussi cette tradition. Alors que sur le marché chinois, certains vieux thés plus rares et en demande voient parfois leur prix bondir de plus de 50% en un an, nous visons une augmentation moyenne de 15-20%. Alors ceux parmi vous intéressés à payer les prix de 2015, on vous donne une semaine de plus que nos amis chinois pour en profiter! Vous avez donc jusqu’au 15 février pour passer en boutique ou commander sur le web vos Pu Er préférés avant que les prix 2016 entrent en vigueur.

Bonne année du singe à vous tous!

Jasmin

DE LA VAPEUR ET DU FEU

29 avril 2015

16913609409_c7b54f892f

Voici un texte tiré de notre livre Thé vert: à la rencontre d’un art millénaire récemment traduit en anglais “Green Tea: The Quest for Fresh Leaf and Timeless Craft’’.

Pour un amateur de thé vert japonais, le choix d’un sencha peut s’avérer complexe. Avec plus de 70% de la production japonaise qui lui est réservée, on en retrouve de toutes les qualités dans un spectre aromatique très étendu. Heureusement, certains paramètres gustatifs créés à partir de différentes techniques de transformation nous aident à mieux les comprendre.

La vapeur et le feu sont deux éléments essentiels à la transformation des sencha. Le premier pour la dessiccation et le second pour la cuisson final : deux procédés qui sont en grande partie responsables de la saveur et de la valeur aromatique d’un thé.

La dessiccation est nécessaire à l’obtention d’un thé vert. Sans elle, les feuilles s’oxyderaient et deviendraient inutilisables. Au Japon, si elle se fait le plus souvent à la vapeur, ce n’est pas tous les producteurs qui procèdent de la même façon. En soumettant les feuilles à différentes conditions, ceux-ci sont parvenus à créer trois styles de sencha aux nuances distinctes.

Le style asamushi

Obtenu par une dessiccation courte (20 à 40 secondes), les sencha appartenant au style asamushi peuvent se reconnaître par leurs feuilles habituellement entières et moins brisées. Souvent plus léger et peu tannique, leur goût ample rappelle les légumes verts et l’herbe fraiche.

Le style fukamushi

C’est en effectuant une dessiccation plus longue (80 à 200 secondes) que l’on obtient un sencha de style fukamushi. Soumises plus longtemps à la vapeur, les feuilles s’assouplissent davantage et se brisent plus facilement. Un goût intense ainsi qu’une infusion vive et foncée en résultent.

Le style chumushi

En s’informant sur les méthodes de transformation japonaise, nous avons remarqué qu’il y avait une zone intermédiaire, séparant les deux grands styles de sencha précédents, qui forme le style chumushi. Les feuilles qui subissent entre 40 et 80 secondes de dessiccation appartiennent à ce style de thé au goût plus classique.

Les chumushi sont très présents sur le marché du thé japonais sans toutefois être nommés comme tels. 

TEMP- Illustration- DeLaVapeurEtDuFeuLa cuisson

La cuisson finale, « hiire » en japonais, est un procédé relativement nouveau dans la transformation des thés verts japonais. Lors de cette étape, les feuilles sont dirigées dans des cylindres en métal chauffés au gaz où elles seront séchées avec plus ou moins d’intensité.

Ce procédé, comme il a lieu à la toute fin du processus de transformation, a une grande influence sur le goût du thé. Le principe est simple : moins on chauffe les feuilles, plus les notes végétales, iodées et florales, naturellement présentes dans les feuilles, sont conservées. Inversement, plus la cuisson est longue, plus le côté végétal fera place à l’aspect grillé, ou « noisetté », rappelant parfois le bouillon de volaille.

Si on remonte à quelques décennies, ni le style fukamushi, ni la cuisson intensive étaient utilisés. Les thés verts japonais conservaient alors l’emprunte végétale classique. Les producteurs de Uji, plus traditionnalistes, demeurent les gardiens de ce type de finition.

Aujourd’hui, tant au Japon que dans le reste du monde, les amateurs sont de plus en plus attirés par l’aspect grillé des thés verts. Et ce n’est pas sans raison, car en plus d’être moins fragiles à une eau plus chaude, leurs feuilles sèches offrent des arômes fruités qui ne passent pas inaperçus.

Un personnage inconnu

25 juin 2014

IMG_2084

12e voyage à Taiwan. 12e visite au stand à nouilles de Allan (les taiwanais adorent avoir un prénom en anglais) au centre du petit village de Luku. Mais qui est Allan?

En 2003, moi et Jasmin avions comme objectif de rencontrer des producteurs de Dong Ding, fameux wulong produit tout près du village de Luku. Après une journée infructueuse, nous avions décidé de jeter notre dévolu sur ce stand à nouilles, croisé durant la journée. Après quelques bières bien froides et un plat de nouilles aux crevettes, nous avions donné notre carte d’affaire au chef Allan qui nous interrogeait sur notre présence dans ce coin de Taiwan. Sur notre carte, en mandarin, on trouvait la mention: importateur de thé.

Au même moment, un homme s’arrête au stand pour attraper une part de nouilles. Allan s’exclame: “Hé! Ce monsieur est un bon producteur de thé”, lui refilant alors notre carte. Ainsi commença notre rencontre avec Chen Nen Yu, qui deviendra avec les années un grand ami et notre source sûre en Dong Ding et Shan Lin Xi.

Et pourquoi je vous raconte tout ça? C’est qu’après 12 ans, notre producteur favori de Taiwan, M. Nen Yu et son ami, M. Lin, responsable des compétitions de thé de Luku, seront nos invités à l’automne prochain lors de notre événement miXthé (détails cet été). Vous pourrez découvrir leur univers et poser des questions, en plus de déguster des thés exceptionnels.

Hugo et Allan

Tout ça à cause d’un plat de nouilles commandé il y a 12 ans !

Hugo

Des tisanes nouvelles !

11 octobre 2013

DSC_5852

Alors que pour le thé, nous devons obligatoirement parcourir pays et montagnes à l’étranger pour rencontrer nos producteurs, c’est avec grand plaisir que le processus de dégustation et de sélection de nos tisanes s’est fait avec des producteurs et des herboristes du Québec !  Comme pour le thé, nous avons procédé à une démarche de dégustation afin de dénicher différents mélanges de plantes aux arômes et aux saveurs harmonieuses.  Provenant, pour la grande majorité, des plus beaux coins de notre belle province,  les mélanges contiennent des plantes entières récoltées à la main et séchées de façon traditionnelle, conservant ainsi toutes leurs huiles aromatiques et leurs bienfaits.

Réparties en trois gammes, vous découvrirez un monde de fragrances nouvelles où différentes plantes comme la verveine, l’agastache, le framboisier, l’ortie, le thé des bois, le houblon, la lavande, l’achillée millefeuille, la mélisse émerveilleront vos fins de soirée.

Bonne découverte et bonne dégustation !

Terre et Thé 2013

25 juillet 2013

IMG_3031

Puisque l’idée derrière le concours Terre et Thé est de relier le monde de la céramique locale avec l’intérêt croissant pour les objets du thé, nous avons décidé cette année de collaborer avec 1001 Pots, le plus grand festival de céramique au Québec et un des événements les plus réputés en Amérique du Nord depuis maintenant 25 ans!

C’est donc avec plaisir que nous nous sommes installés dans un magnifique kiosque construit sur mesure pour nous à Val-David les 19 et 20 juillet derniers pour juger les pièces des participants et choisir nos grands gagnants de l’édition 2013.

Pour cette troisième édition du concours, l’objet choisi était la théière, une pièce difficile à exécuter et à rendre parfaitement fonctionnelle dû à l’aspect mécanique de l’infusion et du versage. Nous avons donc laissé aux membres de l’équipe de 1001 Pots le fastidieux travail de présélectionner auprès des 103 artisans un lot de 30 théières. Une grande diversité dans les tailles et les styles nous a alors été présentée.  Notre équipe, composée de quatre juges, a donc commencé son travail.

Bien que Catherine-Emma, céramiste, nous a partagé son analyse des différentes terres, techniques et glaçures utilisées, notre jugement devait se faire non pas sur la beauté ou la forme des objets présentés mais essentiellement sur les aspects techniques qui se rapportent au thé. Les notes étaient distribuées selon des critères spécifiques : la fonctionnalité, le confort, l’équilibre et le bon écoulement du bec. Notre expertise en tant qu’ «utilisateurs de théière» était la raison pour laquelle nous étions là.

Nous avons donc testé les théières en inscrivant nos commentaires. C’est à ce moment que nous nous sommes rendu compte que certaines des plus belles pièces étaient inutilisables, les rendant purement décoratives. Après quatre longues heures de délibération approfondie, nous avons mis notre travail ensemble pour constater à notre grande surprise que le choix des trois gagnants était unanime!

IMG_3038

Avant de décerner les prix, nous avons présenté au public d’artisans passionnés nos explications détaillées de tous les paramètres regardés dans notre processus de sélection. De cette manière, nous voulions favoriser l’échange entre les deux domaines mais aussi aider les céramistes dans leur création et le développement de leur travail en leur faisant comprendre les paramètres et notions nécessaires de ce marché très spécifique.

Puis est venu le temps du grand dévoilement ! Nous sommes donc très heureux de vous partager le nom des trois lauréats du concours Terre et Thé 2013 :

En 3ième place : Mahmoud Baghaeian

En 2ième place : Chantal Auger

Et notre grande gagnante de cette troisième édition, pour la meilleure Théière : Julie Lavoie.

IMG_3033

Merci à tous les céramistes et à l’équipe de 1001 Pots pour cette belle aventure.

On vous dit à l’année prochaine !

La fraîcheur à nos portes 2013

13 mai 2013

Le Darjeeling Jungpana DJ-20 choisi à la source.

La fin de semaine dernière, dans chacune de nos boutiques nous avons célébré le premier événement de la série thés de printemps 2013. Les clients affluaient pour goûter la fraîcheur des Darjeeling.

Notre site internet en faisait la promotion et en boutique, affiches et cartons d’invitations présentaient l’événement. Tout avait été prévu et nous étions tous prêts à activer nos bouilloires samedi matin pour impressionner la foule avec nos thés primeurs choisis ce printemps en Asie. Il nous manquait seulement un détail: les thés!

La fin de semaine précédente, les Darjeeling n’avaient toujours pas quitté les jardins et après une semaine de grève de transport et de coupure de courant, la tension commençait à croître. Une fois rendus à Kolkata, ils furent expédiés par avion jusqu’à Dubai, puis vers Paris où un délai supplémentaire d’une journée les attendait avant de prendre leur vol final pour Montréal. Avec un horaire aussi serré, ils arrivèrent au Canada jeudi après-midi ou ils devaient être dédouanés.

Robert chez BGL, notre fidèle courtier en douane, demeura plus que patient devant mes multiples requêtes téléphoniques (merci Robert!). Finalement il m’informa que nous les aurions le lendemain.

Vendredi après-midi lorsque les thés parvinrent enfin à l’entrepôt, notre super équipe à l’affut avait déjà à porté de main sacs imprimés et boites montées, prête à passer à l’action (merci, vous êtes des pros!). Les thés furent rapidement ensachés et les ensembles de dégustation thématiques mis en boites pour chacune des boutiques.

À 17 heures, Jean-Philippe notre gérant d’entrepôt sauta dans un taxi et apporta lui même les thés à notre boutique sur Emery avant d’envoyer la boite pour Québec par autobus où elle serait récupérée samedi matin par un employé avant l’ouverture du magasin. Tandis que ça me fait penser à une de ces fabuleuses et excitantes courses de Clippers autour de la planète pour rapporter les thés d’Asie, ce jour là j’avais plutôt l’impression d’un épisode de 24 heures!!

Samedi matin, les clients apparurent interpellés par la fraicheur. Et comme le divin nectar charmait leurs sens et émoustillait leurs neurones dans le calme de nos boutiques, ils n’avaient aucune idée des trépidantes péripéties précédant le succès de l’événement.

Dans l’univers du thé, nous mentionnons régulièrement la relation entre « stress  » et qualité aromatique. Je peux témoigner que ce jour là les nouveaux Darjeeling étaient particulièrement exquis…

Kevin.

Joignez-vous à nous pour nos prochains événements de dégustation thématique et pour nos ensembles en boutique et en ligne…

Earl Grey, un classique immuable

16 février 2013

Citrus bergamia ou bergamote
Le Citrus bergamia ou bergamote est un agrume de la taille d’une petite orange avec une peau de couleur jaune citron.

Aucun catalogue de thé n’est complet sans le Earl Grey. À l’image des thés au jasmin, le Earl Grey devenu un classique au fil du temps représente cette complicité naturelle entre le caractère gustatif du Camellia sinensis et celle d’une autre plante.

Nommé en l’honneur d’un premier ministre britannique des années trente du XIXe  siècle, le 2e comte de Grey, son origine incertaine tire sa source de plusieurs histoires contradictoires.

La version familiale raconte qu’à la demande du comte, un chinois créa ce mélange de  thé noir et de bergamote pour contrer la haute teneur en chaux de l’eau de leur résidence à Howick dans le Northumberland. Mme Grey s’en servi avec succès pour divertir la haute société de Londres, et Twinings commercialisa la marque suite à ce gain de popularité.

Ces dernières années nous ont permis de raffiner progressivement notre mélange avec l’aide d’experts de Kolkata. La base est assurée par un riche thé noir légèrement malté, biologique et équitable, provenant des Dooars, au pied de l’Himalaya indien. Notre bergamote italienne biologique de haute qualité est issue de la région de Calabria dans la province de Reggio.

Le dernier lot arrivé il y a quelques semaines de Kolkata est notre meilleur jusqu’à présent, mariant la fraicheur du thé à l’intense parfum de bergamote de façon harmonieuse et équilibrée.

Julie Lavoie: Portrait d’une potière de chez-nous!

31 janvier 2013

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

CÉRAMISTE D’ICI février-mars 2013

JUILIE LAVOIE Chawans Julie Lavoie

La passion de Julie Lavoie pour le monde de la céramique naît en 2005, alors qu’elle étudie au Centre de céramique Bonsecours à Montréal. Elle y développe alors un intérêt marqué pour la porcelaine et les cuissons de haut feu.

Quelques années plus tard, elle entreprend un voyage de six mois au Japon, dans le but d’en apprendre davantage sur les types de fours à bois et les techniques de cuisson s’y rapportant. Ce voyage lui permet d’apprécier les objets du thé de façon beaucoup plus approfondie. Elle découvre également que l’objet céramique, œuvre de l’artisan, est omniprésent dans la société japonaise et elle se laisse imprégner par leur façon d’aborder la matière et de la transformer. C’est dans cet esprit qu’elle élabore une série d’objets destinés à la dégustation du thé.

La forêt est pour elle une source d’inspiration infinie: les arbres et leur présence si particulière, mais aussi le ciel sur lequel ils se découpent jour et nuit ainsi que les cours d’eau dans lesquels ils se réfléchissent. Son désir de se rapprocher de la nature lui a récemment fait quitter Montréal pour installer son atelier dans un petit village de la région de l’Estrie.

Les pièces qu’elle propose sont cuites au four à gaz, à haute température. Elle utilise des émails qui lui sont propres, fruit d’une longue recherche qui lui permet de créer un univers unique et personnel. Comme support, elle privilégie la porcelaine pour sa délicatesse, sa résistance ainsi que sa blancheur, qualités qui offrent à l’émail tout l’espace nécessaire pour raconter son histoire.

À propos de son travail, Julie explique: ” Un bol qui se moule à la paume de la main et qui s’harmonise parfaitement au contact des lèvres, pour livrer ses promesses d’arômes. Voilà toute la simple poésie d’une pièce de céramique. Les objets des arts de la table et du thé sont ceux que j’affectionne le plus, car leur présence nourrit notre quotidien.”

Les pièces de Julie seront présentées durant les mois de février et mars dans nos boutiques du Nouvo St-Roch à Québec et du Quartier Latin à Montréal. Vous pourrez également vous les procurer directement sur notre tout nouveau site web. L’amateur de thé en vous ne pourra résister à l’envie de s’offrir ces pièces uniques, faites avec passion, au Québec.

théières de Julie Lavoie

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter