Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

La Chine n’est pas le démon du thé!

4 février 2019

unnamed

À la suite de nombreuses discussions avec notre clientèle à propos de ses questions et inquiétudes concernant la Chine, nous voulions prendre un moment afin de vous faire part de notre vision de son développement depuis les quinze dernières années.

En effet, depuis 2003, nos experts dégustateurs visitent l’empire du Milieu chaque printemps afin d’aller à la rencontre de nos producteurs et de s’assurer de la qualité des jardins et des produits. Nous avons donc maintenant une bonne connaissance non seulement de l’industrie du thé en Chine actuellement, mais aussi de son évolution depuis près de deux décennies.

Alors qu’il est vrai que la Chine a fait de grosses erreurs dans les années 1990, il faut aussi comprendre que la mentalité s’est transformée de manière assez significative depuis le début des années 2000. Il est important d’actualiser sa vision concernant la Chine, comme elle change très rapidement.

30738736_10156399852643417_8376510309782781952_n

Si l’industrie du thé était à ce moment principalement axée autour du « beau », l’intérêt pour le goût, un jardin en santé et une production de qualité était alors relégué au deuxième rang. Le changement de mentalité du « beau » vers le « bon » se fait sentir depuis maintenant plusieurs années et il est possible d’observer l’impact de cette évolution dans l’amélioration incontestable des méthodes de production du thé. L’art du thé reprend en Chine et dicte le marché : les consciences changent, et ce, rapidement. Il faut dire que tout va à une grande vitesse en Chine, y compris les changements de mentalité.

Conséquemment, la Chine est loin d’être le démon du thé. Le pays s’ajuste visiblement, d’une part en s’intéressant à l’amélioration des techniques de transformation et de production, et d’autre part en complexifiant les règles d’exportation afin d’assurer la sécurité alimentaire des consommateurs.

unnamed-2 copie 3

De notre côté, nous contrôlons nos importations en allant chaque année rendre visite aux producteurs – sur place, nous vérifions la qualité des feuilles, des jardins et des méthodes de production. Les produits sont ensuite envoyés en laboratoire et passent par un processus rigoureux, pour que nous puissions nous assurer de la qualité des feuilles qui vous seront vendues.

D’ailleurs, nous le disons souvent : à la quantité de thé que nous buvons chez Camellia Sinensis, nous ne vendrions jamais de produit que nous ne boirions pas nous-mêmes.

Tea Studio : Entrevue avec la chef des opérations

21 janvier 2019

IMG_5782_large

Le Tea Studio, notre fabrique expérimentale en Inde, est maintenant officiellement ouverte depuis près d’un an. En octobre 2018, nos quatre dégustateurs partaient à l’aventure pour quelques semaines, alors qu’ils allaient mettre la main à la pâte, rencontrer toute l’équipe et accueillir deux partenaires chinois pour optimiser la production.

Lors de ce voyage, François s’est également entretenu avec Muskan Khanna, chef des opérations du Tea Studio à propos de son métier et de son équipe entièrement féminine. Toute l’équipe est d’accord pour affirmer que le projet ne serait pas le même sans sa passion et son dévouement.

F : Quand as-tu commencé à développer un intérêt envers le thé?

M : J’ai vraiment commencé à m’intéresser à l’industrie du thé il y a environ 3 ans, lorsque nous débutions tout juste les discussions autour de ce projet. Je trouvais le concept différent, novateur et j’avais envie de m’impliquer. J’en ai fait part à mon père Hindi, l’un des associés du projet, et j’ai eu la chance de devenir chef des opérations. C’est alors que j’ai commencé à apprendre sur l’industrie et à visiter plusieurs fabriques afin de comprendre les processus.

F : Quel genre de parcours avais-tu avant de rejoindre le Tea Studio?

M : En fait, mes études sont en médias et publicité (Birmingham University, Royaume-Uni) et c’est dans ce domaine que j’ai travaillé pendant plusieurs années. C’est un monde totalement différent! Mon père m’a énormément aidé à apprendre mon métier et je suis très heureuse de faire partie de l’équipe.

F : À quoi ressemblent tes journées au Tea Studio?

M : J’arrive normalement à la fabrique vers 9h et je passe un moment dans mon bureau à répondre à mes courriels et à m’atteler à certaines tâches administratives. Je descends par la suite sur le plancher et, bien souvent, j’y passe le reste de la journée!

F : Vous avez accueilli deux de nos producteurs chinois récemment. Comment ça s’est passé?

M : J’ai adoré! Ça m’a permis d’apprendre une tonne de nouvelles techniques pour améliorer la qualité de la production dans la fabrique.

Tea Studio 2018-60

F : Il est plutôt hors du commun pour une femme de gérer une fabrique de thé. Raconte-nous ton point de vue sur ceci.

M : En effet, ce n’est pas quelque chose d’habituel et surtout en Inde! Au début, les gens avaient du mal à comprendre ma réalité et c’était un peu difficile à expliquer autour de moi. Ça m’a pris un moment pour trouver une balance entre ma vie personnelle et mon travail – c’est tout un défi! Mais je suis profondément passionnée par ce que je fais. J’ai aussi la chance d’avoir une belle liberté au Tea Studio, comme mon père m’accorde une totale confiance. Comme il me dit souvent : “C’est toi la boss de la fabrique!”.

F : Qu’en est-il du reste de l’équipe?

M : Le Tea Studio comporte une équipe entièrement féminine qui sont devenues des amies. Sur le plancher, il y a toujours une belle énergie et on partage de nombreux fous rires.

Destination Japon : nos recommandations pour un voyage mémorable

28 novembre 2018

manuel-cosentino-691602-unsplash

Le Japon offre une fenêtre unique sur le monde. Incomparable, le pays ne ressemble à aucun autre endroit sur la planète. Il s’agit d’une civilisation véritablement à part, très différente des autres cultures asiatiques, marqué par des contradictions fascinantes.

Pour une première fois au Japon, le premier conseil d’Hugo, qui a visité le pays plus d’une dizaine de fois, demeure le même que pour la Chine : laisser aller, se doter d’une ouverture d’esprit et mettre de côté les idées préconçues. C’est ainsi qu’on pourra apprécier tout ce que le Japon peut nous apporter de merveilleux et d’unique.

La mentalité japonaise

Les Japonais ont réussi à accomplir de grandes choses, tant au niveau de la gastronomie que de l’architecture, des arts ou du thé, ce qui confère au pays un caractère riche et singulier. Il serait bien difficile de tenter de comparer le Japon à un autre pays – c’est justement ce qui le rend immensément intéressant.

Ce qui vous frappera d’abord probablement, c’est le contraste entre la tradition et la modernité, le caractère posé du jour et la spontanéité du soir. Le comportement japonais est fascinant, marqué par un respect cartésien pour le sens de l’honneur. L’anecdote d’Hugo illustre d’ailleurs bien ce fait : il était curieux de voir que plusieurs vélos n’étaient pas barrés, à quoi il s’était fait répondre “Qui voudrait perdre son honneur pour avoir volé un vélo?”.

À ceci s’ajoute également le respect des règles et des conventions, qui n’est pas toujours évident à déceler en tant que touriste, mais qui peut être perçu jusque dans la cérémonie du thé japonaise, extrêmement codifiée. Ce passage de la cérémonie du thé (Cha No Yu) reflète d’ailleurs bien la mentalité japonaise :

“Fais un délicieux bol de thé; dispose le charbon de bois de façon à chauffer l’eau; arrange les fleurs comme elles sont dans les champs; en été, évoque la fraîcheur, en hiver, la chaleur ; devance en chaque chose le temps ; prépare-toi à la pluie ; aies pour tes invités tous les égards possibles”.

Une des règles que vous pourrez facilement remarquer est le fait qu’il soit requis d’enlever ses souliers à de nombreux endroits. Notre astuce : assurez-vous d’avoir des chaussures faciles à retirer!

florian-pagano-692849-unsplash

Visiter le Japon

Se déplacer au Japon peut facilement devenir onéreux – on vous recommande fortement de vous doter de la passe de train, si vous souhaitez visiter plusieurs lieux durant votre séjour.

D’un autre côté, manger et se loger au Japon est relativement abordable. Vous n’aurez pas de mal à trouver un bon hôtel à moins de 100$/nuit, et vous pourrez très bien manger avec un budget raisonnable. Fait intriguant à noter : il n’est pas rare de tomber sur un endroit spécialisé qui offre une quantité limitée de plats. Par exemple, même s’ils pourraient techniquement réussir à vendre 100 pizzas ou plats de nouilles soba, ils choisissent délibérément d’en offrir que 30. Une belle représentation de leur vision face à la qualité versus la quantité.

Le coup de coeur d’Hugo : Kyoto. Louez-y un vélo et laissez-vous charmer par ce que la ville a à offrir.

Amateur de matcha? Rendez-vous à Uji, à environ 30 minutes de train au sud de Kyoto, et visitez cette vieille ville de thé où l’on produit matcha et Gyokuro. À seulement quelques pas de la gare de train, vous pourrez trouver d’anciennes maisons de thé.
Shizuoka, ville de petite envergure où est produit plus de 45% du thé au Japon, mais qui propose un centre-ville coloré, ainsi qu’une multitude de microbrasseries et de cafés ! En fait, il y plus de cafés que de maisons de thé…

Jardins et maisons de thé

Vous serez probablement déçus de savoir qu’il existe de moins en moins de maisons et de salons de thé traditionnels. Ils sont peu nombreux, parfois juchés dans les étages supérieurs des édifices et donc difficiles à trouver. L’idéal est de demander aux locaux une fois sur place : ils pourront vous guider vers leurs lieux favoris. Visiter des jardins peut toutefois être un peu plus complexe, comme il est nécessaire de se déplacer en campagne et d’être présent au bon moment. En effet, si l’on s’y rend durant la saison, le producteur n’aura fort possiblement pas le temps de nous accueillir et il peut être moins intéressant de s’y rendre hors saison. De plus, les producteurs n’ont pas nécessairement les infrastructures pour le tourisme et il serait primordial d’y aller avec un traducteur.

Durant votre séjour, nous vous invitons aussi à déguster les wagashi japonais, de petites bouchées sucrées multicolores qui accompagnent à merveille le thé.

Bon voyage!

UNE FABRIQUE DE THÉ INNOVANTE : VOYAGEZ AVEC NOUS AU TEA STUDIO! – PARTIE 2

22 octobre 2018

Tea Studio 2018-29

Du 1er au 20 octobre dernier, les quatre dégustateurs de la Maison de thé Camellia Sinensis se rendaient directement au Tea Studio, la nouvelle fabrique expérimentale de thé dans les Nilgiris (Inde).

Maintenant de retour d’un voyage particulièrement inspirant, Hugo, François, Jasmin et Kevin nous partagent leur expérience au Tea Studio.

La nature en spectacle

À leur arrivée, c’est d’abord et avant tout l’architecture de la fabrique, tout simplement splendide, qui les a éblouis. Chaque angle de vue dans le studio et autour est magnifique. Au milieu des jardins verdoyants, les fenêtres donnent vers un spectacle sublime, alors que chacune d’elle devient un tableau en soi, aux multiples nuances de vert.

Tea Studio 2018-55

Une énergie contagieuse

Nous avons ensuite été chaleureusement accueillis avec une magnifique énergie positive à travers la fabrique ; on peut facilement sentir que les membres de l’équipe sur place adorent leur travail et entretiennent d’excellentes relations entre elles. François a d’ailleurs pris du temps avec Muskan, à la tête de l’équipe, pour parler de leur travail et de ce que ça représente d’être une équipe entièrement féminine à la direction du projet. À suivre sur le blogue!

Tea Studio 2018-60

Une vision commune axée sur le respect

Par la suite, une journée a été consacrée à la rencontre des partenaires indiens afin d’échanger sur ce qui a été fait jusqu’à présent, comment tout se déroule maintenant, et à propos des projets à venir. C’est avec grand plaisir qu’ils ont pu constater un accord parfait entre leurs visions. Quoique nos partenaires en Inde proviennent de différentes industries (pharmaceutique, construction, thé et épices), ils possèdent tous un immense respect pour le travail des autres. Il était donc facile de pouvoir aisément s’entendre sur chacun des points, entre autres sur l’établissement d’un projet à vocation communautaire où 1% de chaque vente irait à améliorer les infrastructures du village ainsi que sur l’achat d’un jardin autour du studio. Bref, quel plaisir de découvrir une équipe aussi solide et axée sur le respect que chez Camellia Sinensis!

Tea Studio 2018-19

Partage de connaissances

C’est suite à un long voyage et une courte nuit de sommeil que M. He et M. Tang, deux de nos producteurs chinois, sont arrivés au Tea Studio. Ça ne les a pas empêché de se mettre au travail dès les premières minutes, alors qu’ils étaient bien intéressés par les feuilles, les machines et le processus de fonctionnement. Ils ont également pris le temps de déguster les thés et de visiter le jardin. Rapidement, M. He s’est mis en marche et a bombardé d’information Muskan, qui était vraiment très excitée de recevoir autant de connaissances aussi pertinentes pour améliorer le produit. Elle a d’ailleurs surnommé M. He le “Tasmanian Devil” ; comme une tornade, il regardait les feuilles, donnait un commentaire, et le temps que notre traductrice Yan puisse traduire à Muskan, M. He était déjà parti sur une autre machine!

Jasmin s’est d’ailleurs entretenu avec les deux producteurs chinois afin de connaître leur opinion sur le travail qu’ils sont venus faire, leur avis sur le potentiel de la fabrique et sur leur première expérience en Inde. À suivre sur le blogue!

Tea Studio 2018-47

Un rêve devenu réalité

Au retour de ce voyage, les quatre dégustateurs n’auraient jamais pu rêver mieux. L’évolution du projet va bon train et suit parfaitement la vision qu’ils avaient pour celui-ci. Un réel travail d’équipe, alors que Jasmin travaille à améliorer la qualité du thé en production, qu’Hugo bâtit les structures de travail, que Kevin partage sa connaissance sur l’industrie en Inde et fait le pont entre les différentes cultures, et que François prend plaisir à créer du contenu et à documenter le tout.

Tea Studio 2018

Nos deuxièmes lots commencent à faire leur arrivée! N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires.

Une fabrique de thé innovante : voyagez avec nous au Tea Studio!

4 octobre 2018

Tea Studio 2018-58

Une innovation dans l’industrie du thé

Le Tea Studio est un brillant exemple d’une nouvelle approche artisanale de la manufacture de thé de qualité supérieure. Il s’appuie sur de nombreux éléments innovants de conception, de technologie, de responsabilité environnementale et sociale.

Le projet réunit des experts du thé de 3 continents. Cette micro-unité expérimentale vise une approche avant-gardiste de la fabrication du thé. Conçu pour répondre au marché en pleine expansion du thé de style «boutique» avec une grande diversité de thés faits sur mesure.

Le Tea Studio est situé dans la région indienne de Nilgiri, qui offre une excellente source de thé de type clonal et classique, cultivé sur des graines de Camellia Sinensis var.sinensis et de Camellia Sinensis var.assamica.

Tea Studio 2018-60

Avez-vous suivi l’évolution du Tea Studio? 

En mars 2018, nous annoncions officiellement le lancement le projet, soit une fabrique de thé expérimentale située dans les Nilgiris. Les machines roulent depuis maintenant une année complète et nos quatre dégustateurs ont pris la route afin d’aller y travailler en octobre! Avez-vous goûté à nos premiers lots?

Tea Studio 2018-57

Un itinéraire de voyage chargé!

Du 1er au 20 octobre prochain, Hugo, François, Jasmin et Kevin seront sur place afin de prendre le pouls de la fabrique de thé en action, de faire des rencontres prometteuses, d’apporter leur support à l’équipe de production et d’organiser l’évolution du projet. Au programme : beaucoup de travail sur la planche…avec une vue incroyable sur les jardins de thé!

Tea Studio 2018-44

La Chine débarque en Inde

Nous aurons la chance d’accueillir deux de nos producteurs de thé chinois favoris (M. He et M. Tang) afin de profiter de leur expertise et obtenir leurs conseils sur nos méthodes de production. D’ailleurs, M. He, producteur de plusieurs thés verts chinois classiques (HuimingJingning Yin Zhen, Bai Ye Long Jing, Long Jing Zhejiang, Long Jing Jingning Bai), nous rendra visite afin de nous aider à améliorer la qualité globale de la fabrique de thé. C’est d’ailleurs son premier voyage hors de la Chine! Comme il a travaillé un thé noir chinois transformé à la manière Darjeeling 1st flush (Huiming Hong Cha DJ-1), ce sera fort intéressant de bénéficier de son expérience sur ce type de projet. Agronome, spécialiste de la transformation, scientifique, directeur d’un centre de recherche sur le thé et dégustateur : son expertise sera grandement appréciée!

Même si la qualité de nos premiers lots dépasse déjà largement nos attentes, c’est une chance unique pour nous d’optimiser nos processus de production.

De dégustateurs à producteurs de thé?

Après 20 ans dans l’industrie du thé, Jasmin nous disait récemment avoir envie de mettre la main à la pâte! Ce sera l’occasion de le faire, alors que nos dégustateurs seront non seulement invités à déguster le thé du Tea Studio, mais à le produire. Mettrez-vous la main sur quelques grammes de nos lots #02 produits par Hugo, François, Jasmin ou Kevin?

Participer à l’épanouissement de la communauté locale

La qualité de vie de notre équipe est primordiale pour nous!

Saviez-vous que le Tea Studio amasse des fonds pour permettre l’accès à l’éducation aux filles des villages ruraux (souvent réservée au premier garçon de la famille)?

D’autre part, notre visite en Inde nous permettra également d’explorer mise sur pied d’une politique salariale favorable pour la communauté locale. C’est à suivre!

Suivez-nous sur Facebook et Instagram afin d’en savoir davantage sur le périple de nos dégustateurs de thé en Inde!

Notes de dégustation : Dan Cong Wulong

14 août 2018

Jiang Mu Xiang

Dans la province du Guangdong, et plus particulièrement dans la chaîne de montagnes du Phénix (Feng Huang), on trouve dans certains villages des théiers plusieurs fois centenaires (certains ont près de mille ans) qui témoignent d’une culture ancestrale étonnante. On les appelle les Feng Huang Dan Cong (théiers uniques de Feng Huang).

Ces théiers sont particulièrement intéressants car ils nous permettent de remonter le temps jusqu’à une tradition datant d’avant la modernisation de l’industrie du thé, alors que la reproduction des arbres se faisait uniquement par graine et que leur culture restait entièrement manuelle. À cette époque, les méthodes de productions donnaient à chaque lot de feuilles un goût et une signature différente. Le camellia sinensis (théier) ayant la capacité de muter très facilement, chaque arbre, même à l’intérieur d’un seul jardin, avait son bagage génétique propre, plus ou moins différent de celui de ses parents. Le goût et les arômes qu’offraient leurs feuilles variaient immanquablement d’un individu à l’autre. Certains théiers aux qualités gustatives particulièrement intéressantes furent bichonnés et même personnifiés par leurs propriétaires. Précieux, ces théiers uniques traversèrent les siècles jusqu’à aujourd’hui où ils sont maintenant presque vénérés par les producteurs autant que les amateurs. Comme chacun de ces théiers révèle un caractère propre, les récoltes se font sur chaque individu sans être mélangées avec celles de leurs voisins.

Cette année, nos deux Dan Cong de théiers uniques viennent du village de Da An à Wudong (dans les monts Feng Huang). Ils ont été récoltés à la mi-avril et transformés par M. Huang, également producteur de notre Chi Ye.

Mi Lan Xiang Wudong Daan théier unique de 150 ans
Véritable explosion d’arômes, ce wulong libère des fragrances enivrantes dès les premières secondes d’infusion. Parfums d’agrumes (tangerine, pamplemousse) mêlés aux chaleureux effluves de sucres caramélisés par une torréfaction légère. Texture grasse en bouche qui porte loin et longtemps les notes d’agrumes et de fruits exotiques (litchi, goyave) vers une finale suave. Un thé d’une persistance exceptionnelle, plus sucré qu’amer.

Jiang Mu Xiang Wudong Daan théier unique de 130 ans
Traduit par « fragrance de gingembre », le Jiang Mu Xiang présente une complexité et un équilibre rare, même chez les thés de ce calibre. Peu importe où vous mettez le nez, vous relèverez aisément des parfums de fruits (pêche, melon), de fleurs opulentes (orchidées) et de biscuits chauds. Son évolution en bouche est remarquable, avec une entrée spécialement fruitée et un développement sans cesse renouvelé. On y trouve à la fois des goûts pleins et prenants, des parfums subtils, une onctuosité réconfortante et une pointe d’acidité où persistent longuement les arômes.

Voyages 2018 : un voyage inoubliable au Tea Studio avec Kevin Gascoyne

8 août 2018

MR.DARJEELING

Cette année, Kevin a visité l’Inde, le Népal et le Sri Lanka, entre le 28 mars et le 14 mai dernier. Il a débuté son voyage annuel à Calcutta, avant de se diriger vers les Himalayas, puis à Darjeeling, afin de dénicher les meilleurs lots de First Flush. Il a également visité l’un de ses jardins favoris, celui du Jun Chiyabari, au Népal, puis est allé à la rencontre du producteur du thé de base pour notre populaire Earl Grey, Puttajhora, avant de se rendre dans le sud de l’Inde pour visiter notre nouveau projet, le Tea Studio. Il a finalement terminé son voyage annuel au Sri Lanka pour visiter quelques producteurs. Cette année, Kevin était accompagné de François-Napoléon, assistant-gérant de la boutique du Quartier Latin.

Jardins coup de coeur

Durant son périple de plus de 6 semaines, Kevin s’est rendu dans de magnifiques jardins, dont plusieurs l’ont conquis encore une fois cette année. C’est le cas du Jun Chiyabari, son favori depuis des années, du Badamtam, un jardin à la qualité croissante, ou encore du Temi, planté il y a 30 ans dans le cadre d’un projet gouvernemental avec des plants provenant de Darjeeling. Le Seeyok était également fort intéressant à visiter, un bel exemple de jardin utilisant le biodynamisme. Finalement, le Thurbo, qui abrite l’un des meilleurs producteurs de thé (Suman, un homme toujours souriant et passionné), a vu sa qualité croître cette année encore, sous la supervision de J. D Rai, un expert qui crée l’ambiance de travail idéale pour une production optimale.

THURBO

Thé et gastronomie indienne

Lors de leur séjour en Inde, Kevin et François-Napoléon ont eu la chance de goûter à plusieurs spécialités locales. D’abord, ils ont dégusté la Tonga, une bière au millet fermenté bue à la paille, à laquelle on ajoute de l’eau bouillante. Une expérience assez particulière, à l’effet analgésique! La Tonga était accompagnée du fromage style autrichiens, disposés sur une pizza garnie de feuilles de thé. La gastronomie multiculturelle par excellence!

BHAJI FEUILLES DE THES

Un retour à l’ensemencement

Un peu partout, on remarque que les jardins utilisent davantage de propagation par bouture, plus durable face aux changements climatiques – qui sont d’ailleurs de plus en plus imprévisibles.

TEA STUDIO THEIERE

Un rêve devenu réalité avec le Tea Studio

Depuis des décennies, Kevin caresse le rêve de bâtir une fabrique de thé expérimentale. Son rêve est devenu réalité cette année, alors qu’il a passé quelques semaines dans le Tea Studio, notre nouveau projet dans les Nilgiris, en Inde. Après des années de travail, c’était à la fois excitant et touchant d’enfin pouvoir observer la fabrique en marche! Kevin et François-Napoléon ont pu rencontrer toute l’équipe, composée de femmes des villages avoisinants. Le projet amasse d’ailleurs des fonds pour permettre aux filles des villages ruraux l’accès à l’éducation, qui est souvent réservée au premier garçon de la famille.

TEA STUDIO VISTA

Vous aimeriez en savoir plus sur le projet? Visitez le site web, lisez l’article de blogue qui lui est consacré et essayez l’un de nos 4 premiers thés.

Voyages 2018 : de nouvelles explorations pour Hugo

1 août 2018

IMG_8709

Pour son 15e périple en Asie, Hugo a choisi d’emmener Manuel, gérant du salon de thé de Montréal du 3 au 19 mai. Ce dernier a eu le plaisir de découvrir l’île de Taiwan et d’accompagner Hugo lors des rencontres avec les divers producteurs. Ils se sont par la suite rendus en Corée du Sud pour la toute première fois. Si nous avons reçu plusieurs échantillons de thé au fil des ans, c’est un pays qui demeurait un mystère pour nous.

Retrouvailles taïwanaises

Cette année, Hugo a passé la majorité de son séjour à Lugu et à Mucha. Il en a profité pour aller retrouver M. Gao, notre producteur de Mucha Tie Guan Yin. Les thés, produits en mini lots, sont triés manuellement par sa fille, sa femme et sa voisine.

Le périple s’est poursuivi avec la visite de M. Nen Yu, producteur de Dong Ding et Shan Li Xin et son fils Léon. Hugo et Manuel ont également partagé un matin magique avec M. Chang Fu Chin (notre producteur de Guei Fei) et sa femme, lors d’une activité bien spéciale : chaque participant, doté d’un tablier à l’effigie d’un thé, était maître de celui-ci et devait le servir aux autres participants. Entourés du bruit des oiseaux, c’était un beau moment d’éducation, de dégustation et de partage.

IMG_8674

Découvertes gustatives

Hugo et Manuel se sont ensuite rendus chez M. Chen pour de délicieuses…et moins délicieuses découvertes. D’abord, comme nous avons parcouru l’île de long en large, il n’est pas si fréquent de découvrir de nouveaux thés. C’était donc une agréable surprise de goûter au Ying Xian de M. Chen, producteur passionné d’une lignée de 5 générations. Un thé wulong de basse altitude aux qualités de haute altitude, opulent, mais abordable. À essayer absolument!

Si cette première découverte était savoureuse, il en fût tout autrement lorsque Hugo et Manuel ont été invités à accompagner M. Chen à son restaurant favori pour y “déguster” son plat fétiche : une généreuse portion de gelée brune non-identifiée. Encore aujourd’hui, ils ne sont pas certains de ce qu’ils ont mangé,… et c’est peut-être mieux ainsi ;)

IMG_8732

Nouvelles explorations

Pour la toute première fois, Hugo a pris la route de la Corée afin d’explorer les jardins de thé. Une mission plutôt intense puisqu’il n’avait que 4 jours sur place pour découvrir les 3 régions productrices. En quelques jours, Hugo et Manuel ont donc parcouru les régions de Jeju, Hadong et Boesong qui comprenaient des thés certifiés biologiques en majeure partie. L’industrie du thé est relativement jeune en Corée (40-50 ans), mais fort intéressante. Pour le moment, le rapport qualité-prix est selon nous un peu trop élevé, mais ce sera une région que nous continuerons d’étudier au fil des années.

Destination Chine : nos recommandations pour un voyage mémorable

29 juillet 2018

27544819047_4ddd1f9ecc_o

Avec ses paysages magnifiques, son histoire riche, et ses merveilles culturelles, la Chine est une destination qui pique la curiosité. Chaque année depuis 2003, Jasmin et François visitent le pays et sillonnent les jardins de thé. Voici leurs conseils et suggestions pour un voyage mémorable :

Laisser aller pour vivre l’expérience pleinement

Pour une première visite en Chine, François Marchand conseille tout d’abord de laisser aller. La Chine est immense et sa culture est très différente de la nôtre : des millénaires d’histoire parallèle. Il est donc normal de s’attendre à des plans qui ne fonctionnent pas comme prévu, mais aussi à des surprises inattendues. Si on laisse aller, on est plus enclin à découvrir les aspects formidables de la Chine. À l’opposé, quelqu’un qui tente de résister ou qui juge la culture locale peut passer de bien mauvais moments! Après tout, vous avez décidé d’y voyager pour la découvrir, non?

29303736472_335fedb943_b

Une expérience authentique dans les maisons de thé

Il existe certainement plusieurs maisons de thé dans chaque grande ville de Chine. Sans grande surprise, nous vous recommandons d’éviter celles qui se trouvent dans les lieux hautement touristiques ; elles seront sans doute plus dispendieuses, et moins authentiques. Jasmin ajoute d’ailleurs qu’il est préférable de s’arrêter dans les boutiques de thé. On vous servira assurément du thé et vous passerez un bon moment avec les locaux.

Une visite dans les jardins de thé

En Chine, il est possible d’observer des jardins de thé à plusieurs endroits, et il n’y a aucun souci à aller visiter sans rendez-vous. Long Jing est très reconnu et splendide comme village. L’infrastructure est d’ailleurs vraiment développée pour accueillir les touristes. Toutefois, il est fréquent que le prix soit relativement élevé et que le thé ne soit pas produit directement dans le terroir. Pour visiter un jardin, cependant, ça vaut vraiment la peine!

D’autres suggestions : Huang Shan, à 2 heures de train de Shanghai, le village de Tangkou, ou encore l’île de Junshan dans la province du Hunan. D’ailleurs, pour cette dernière, on y trouve des plantations de thé du célèbre et dispendieux Jun Shan Yin Zhen. Le voyage en bateau est aussi des plus agréables!

8077076491_0deb23312a_o

Acheter du thé en Chine

En Chine, le prix du thé peut varier grandement. Bien entendu, si la boutique appartient à un producteur de thé, il sera moins dispendieux que dans celle d’un revendeur. Ceci dit, étrangement, le prix du thé dans les grandes villes, comme Shanghai ou Beijing, sera très similaire à ce que nos clients peuvent payer ici. Vous avez bien lu! Grâce aux relations que nous avons bâties au fil des ans et au volume que nous achetons, nous sommes en mesure d’offrir des prix très bas que souvent même les Chinois n’ont pas! Au bout du compte, si le goût vous plaît, que la relation avec la personne qui vous le fait déguster est bonne et que le prix vous semble juste, il s’agit ici des meilleurs critères pour faire un achat.

Inde : Kevin nous offre un grand cru de Jun Chiyabari

18 juillet 2018

Népal Jun Chiyabari Yabukita bio. édition spéciale

L’un des jardins népalais les plus reconnus de l’industrie, le Jun Chiyabari, est tout simplement incomparable. Le jardin a été planté de manière intelligente avec de petits lots de plusieurs cultivars, ce qui confère à chaque thé un assemblage réellement unique. Il n’est donc pas surprenant de savoir qu’il s’agit du jardin favori de Kevin, qui a fait une découverte exceptionnelle lors de son séjour au printemps 2018.

Un thé véritablement rare et unique

Dans une grande vallée haute perchée sur les pentes de Jun Chiyabari, Bachan Gwayali et son frère Lochan font pousser de curieux théiers. Ils ont planté là un cultivar d’arbres très connu et énormément utilisé à travers le Japon : le Yabukita. Une minuscule parcelle du jardin a été dédiée au Yabukita, qui pousse ici à 1900m d’altitude, peu commun pour ce type de cultivar. Le thé y est produit artisanalement grâce à la chaleur sèche des petites machines utilisées à Jun Chiyabari, contrairement à la production habituelle du Yabukita traditionnel qui utilise plutôt le vapeur.

Le lot J-21 issu de cette récolte est une merveille d’expérimentation et d’originalité. Avec un profil de goût pratiquement jamais vu auparavant, il cimente Jun Chiyabari dans sa position de jardin de thé leader en innovation. Kevin n’a pas pu s’empêcher de rapporter 400g de ce grand cru afin de vous le faire découvrir!

La première infusion laisse place à une attaque très délicate, surprenant pour thé provenant de Jun Chiyabari. Alors que leurs thés ont l’habitude de prendre rapidement la bouche, le Yabukita fait son entrée doucement, sans brusquer les papilles, avec une liqueur plus grasse et plus onctueuse que parfumée. Au fil des infusions, les arômes se développent en milieu de bouche (maïs frais, épinards, muscat, melon) et s’étirent en une immense finale quasiment interminable.

Un thé véritablement rare qui sera disponible en ligne seulement pour une période très limitée.

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter