Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

TOP 3 DE FRANÇOIS : DÉCOUVREZ SES COUPS DE CŒUR 2017!

25 juin 2017

francois-tphk_3_preview

Amateur de grands thés verts artisanaux, François s’occupe des provinces centrales de Chine depuis 2006. Chaque année, vers la fin du mois d’avril, sa route l’amène à visiter des producteurs de thés verts et de Liu Bao. Malgré son affection pour la gastronomie chinoise, le tofu vieilli ne fait toujours pas partie de son alimentation. Voici ses trois coups de cœur du printemps dernier :

Taiping Hou Kei Hou Keng :

Cette année, j’ai visité le terroir original du Taiping Hou Oui, le village de Hou Keng. C’est une zone protégée, donc ils ne peuvent pas exploiter davantage de territoire pour agrandir les jardins. C’est à quelques kilomètres en montagne du village de Sanhe et du réservoir Taiping. Les jardins sont situés sur des pentes très escarpées et le sol rocheux confère au thé une note minérale légère. Le thé est d’une finesse et d’une richesse que j’ai rarement dégusté. Les notes fraîches végétales sont accentuées d’une touche florale et légèrement rocheuse. C’est un thé haut de gamme unique qui est très dispendieux mais qui répond aux attentes. À boire au sommet de sa fraîcheur!

m-chang-xymj_3_preview

Xin Yang Mao Jian :

Nous avions déjà eu ce grand classique chinois dans notre sélection. À l’époque, l’inconstance du produit et des producteurs nous avait poussé à le retirer de la carte. Cette année, j’ai rencontré un nouveau producteur qui a de superbes jardins plus éloignés de la ville de Xin Yang. Résultat : un thé plus abordable et surtout très aromatique. Le thé est constitué de plusieurs jeunes bourgeons, ce qui lui confère un goût vif avec une bonne amertume et une très longue persistance. Excellent pour la concentration et l’éveil.

 jjjm_3_preview
Jingxian Jin Jun Mei :
Ce thé noir haut de gamme est dans mes favoris depuis quelques années. Ceci dit, cette année a été exceptionnelle pour la qualité. Beaucoup de bourgeons et une transformation faite avec précision, font de ce le cru 2017 un thé très équilibré avec des notes florales, mielleuses et subtilement mentholées.
jardin-xymj_3_preview

Suivez les dégustateurs sur la route des thés de printemps 2017

2 avril 2017

28593161325_c2c7c95c8d_b

Dès la fin du mois de mars, les quatre experts dégustateurs du Camellia Sinensis partiront sillonner les terroirs d’Asie afin de rapporter les meilleurs crus de thés, rencontrer nos précieux producteurs et mettre en place de nouveaux projets.

Jasmin Desharnais

Du 31 mars au 25 avril, Jasmin sera en tournée dans plusieurs provinces de Chine. Il se rendra d’abord dans le Yunnan en vue de garnir notre cave de vieillissement de nouveaux Pu Er. Par la suite, c’est un nouveau projet de thé vert qui l’emportera dans la province du Guizhou – à suivre! Puis, ce sont les grands thés verts et le nouveau jardin de M. He qui l’attireront à Zhejiang, les thés blancs dans le Fujian et les wulongs Dan Cong dans le Guangdong. Finalement, il terminera son périple dans la région de Hong Kong, pour ses vieux Pu Er.

François Marchand

Du 13 avril au 4 mai, François se rendra en notamment dans la province de Henan en Chine, afin de dénicher de nouveaux thés et objets. Il visitera également le terroir du Tai Ping Hou Kui, et se donne pour mission de trouver de vieux Liu Bao dans la province de Guang Xi.

Kevin Gascoyne

Du 31 mars au 17 avril, Kevin se rendra en Inde à Darjeeling et à Calcutta, avant de visiter Nilgiri pour un nouveau projet spécial (dévoilement à venir prochainement!). Son voyage se terminera au Royaume-Uni, où il est attendu pour offrir un cours au UK Tea Academy. Il aura aussi la chance d’aller visiter le restaurant Fat Duck, un trois étoiles Michelin, qui propose une sélection de nos thés.

Hugo Americi

Du 28 avril au 14 mai, Hugo parcourera le Japon à la recherche de nouveaux Shincha,  ces thés cueillis à la main à l’aube du printemps. Il ira aussi rencontrer M. Sugiyama, notre producteur du Sencha Mobata pour lui remettre notre mention d’excellence 2017, offerte aux artisans se démarquant par leurs efforts et la constance dans leur travail. Outre plusieurs autres rencontres avec nos partenaires, Hugo ira à la rencontre de nouveaux potiers dans la région de Tokoname et de Kobe, à la recherche de petites pièces provenant de grands talents.

Top 3 de Hugo : découvrez ses coups de cœur 2016!

5 octobre 2016

Alishan

Depuis 2003, Hugo quitte au mois de mai pour visiter des producteurs de Taïwan, du Japon et du Vietnam. On raconte qu’à Taïwan, il reconnaît son chemin avec les arbres et ce, dans toutes les provinces productrices de thé ! Voici ses trois coups de cœur du printemps dernier :

1. Lishan

C’est lors de sa 5e exploration dans ce coin reculé de Taiwan, où les jardins atteignent jusqu’à 2600 mètres d’altitude (les plus hauts au monde), que Hugo a fait la connaissance de la famille Lee, qui travaille d’arrachepied pour produire de magnifiques wulong dans des conditions extrêmes.

2 – Sun Moon Lake

Le voyage de Hugo a été marqué par la rencontre mémorable de Mme Lin, une femme dévouée à la production de thés noirs d’exception. D’ailleurs, son Mi Xiang Hong Cha pourrait bien remporter le titre de chouchou de notre équipe et des clients.

Sun Moon Lake

3- Alishan

Bien qu’Alishan fasse partie du top 3 de Hugo cette année, il s’agit pour lui du coup de coeur de la décennie! Nous avons le plaisir de collaborer avec M. Chen depuis plus de 12 ans, et ses thés sont toujours excellents, d’année en année.

Lishan

Top 3 de François : découvrez ses coups de cœur 2016!

22 septembre 2016

DSC_0064

Amateur de grands thés verts artisanaux, François s’occupe des provinces centrales de Chine depuis 2006. Chaque année, vers la fin du mois d’avril, sa route l’amène à visiter des producteurs de thés verts et de Liu Bao. Malgré son affection pour la gastronomie chinoise, le tofu vieilli ne fait toujours pas partie de son alimentation. Voici ses trois coups de cœur du printemps dernier :

1. M. Wang à Wei Shan, un producteur dynamique!

« Quelle belle surprise m’attendait cette année à Wei Shan, dans la province du Hunan. Le producteur M. Wang qui nous fournit le Wei Shan Mao Jian depuis plusieurs années m’attendait avec deux nouveaux produits. D’abord, il a ramené la tradition du thé jaune dans la région en relançant la production du Wei Shan Huang Cha. Ensuite, il m’a fait découvrir un thé vert issu de vieux théiers que j’ai tout simplement adoré, le Wei Shan Lao Cong. En plus, ce sont tous des thés bios! »

DSC_0007 (2)

2. Ye Juan, peintre sur porcelaine à Jingdezhen

« Je suis tombé amoureux du magnifique travail de Ye Juan il y a trois ans. Sans le savoir, je sélectionnais les tasses qu’elle avait peintes. Lorsque j’ai su que mes sélections s’arrêtaient toujours sur la même artiste, j’ai demandé de la rencontrer pour voir son travail. La théière qu’elle a peint devant nous démontre qu’elle maîtrise son art à un très haut niveau. »

IMG_2049

C’est toujours un cadeau que d’aller visiter les jardins de M. Ye accessibles uniquement par bateau. Le producteur est aussi un homme très charmant, maintenant un ami. Cette année, nous avons pu mettre la main sur un nouveau thé de sa production, le Taiping Hou Kui Lao Cong, un thé issu de théiers anciens qui poussent dans la montagne entourant les jardins. Seulement cinq kilos sont produits – un thé d’une texture et d’une délicatesse rares.

DSC_0045

Top 3 de Jasmin: découvrez ses coups de cœur 2016!

30 août 2016

Jardin du Mei Zhan Zhen

Spécialiste de la Chine, Jasmin voyage dans sept provinces chinoises productrices de toutes les familles de thé depuis 2003. Si l’année 2016 n’a pas été la meilleure au niveau du climat pour le thé, il n’en reste pas moins que grâce à ses relations de longue date avec les producteurs, il a pu mettre la main sur plusieurs lots d’exception. Voici ses trois coups de cœur du printemps dernier :

1. Mei Zhan Zhen

« Le Mei Zhan Zhen, récolté dans un jardin à plus de 1000m d’altitude et sans produits chimiques, est le meilleur thé noir que j’aie bu à ce jour! ». Du sommet de la montagne de Zhenghe dans le Fujian (Chine), les longs bourgeons dorés de ce thé noir nous séduisent simplement à l’odeur chocolatée des feuilles sèches. Une fois infusées, elles déploient des parfums enivrants de lavande, de pruche et de citronelle. Un thé sublime, généreux, …inoubliable!

2. Jingning Bai Hong Cha

Une création de M. He, ce thé noir fusion est élaboré à partir du cultivar Jingning Ba Ye qui produit normalement un thé vert très délicat. « Un 12k exclusif à notre maison de thé a été produit par M. He, selon nos spécificités»

Jardin Jingning Bai Hong Cha

3. Du Yun Mao Jian

Quand un excellent terroir rencontre une transformation moderne bien exécutée : ce thé vert du Guizhou est un exemple qui illustre bien les changements positifs en Chine depuis le début du siècle. Un thé puissant et désaltérant à essayer sans hésiter pour la saison chaude.

IMG_0577 (1)

Top 3 de Kevin : découvrez ses coups de cœur 2016!

Tasting Jun Chiyabari

Fier Britannique d’origine, Kevin remplit son rôle de spécialiste des thés noirs à merveille.  Chaque année depuis  1989, il voyage dans différentes régions de l’Inde, du Népal et du Sri Lanka.  Selon ses collègues, sa consommation de thé serait supérieure au débit de certaines rivières. Voici ses trois coups de cœur du printemps dernier :

Népal 1st flush Jun Chiyabari DJ-1 Bio

Sans aucun doute l’un de mes endroits préférés dans l’Himalaya. Loin de Darjeeling et de la région de thé principale de Ilam au Népal, Jun Chiyabari est un jardin relativement nouveau. Ce projet résulte d’un parfait mélange entre de grandes valeurs humanitaires, l’expertise du personnel et manière innovatrice de cultiver et produire le thé. Les années d’expérimentation de la dernière décennie font leurs preuves, alors que la qualité devient de plus en plus cohérente. L’attaque en bouche vive et végétale de ce thé a une douceur corsée. Son caractère ample et volatil rappelle le style moderne aux nuances boisées et chocolatées.

Lakyrsiew in Meghalaya

Meghalaya Lakysview Bio

Il s’agit de ma deuxième visite dans la région Meghalaya, voisine de l’Assam du Sud. Lakyrsiew est un autre projet qui nous offre un produit de thé moderne grâce à la combinaison d’un nouveau terroir, d’innovation et d’expérience. Historiquement fascinante, cette zone était autrefois reconnue pour la production de thé dans le milieu du 19ème siècle. Toutefois, les plans ont ensuite été abandonnés en raison d’une faible densité de population et conséquemment d’un manque de main-d’œuvre. (En savoir plus dans cet article de blog.) Ce thé exquis au profil de saveur très original est le fruit d’un sol de qualité et d’une sélection rigoureuse des plantes. Ses longues feuilles comblées de capiteux bourgeons cuivrés s’infusent pour offrir un thé noir exceptionnel : une structure tannique bien équilibrée relevée par de fins accents floraux soutiennent sa douce finale tout en fraîcheur.

The Jolly Managers at Namring

Darjeeling 1st flush Namring Ex-13 (classique)

Namring fait parti des jardins classiques de Darjeeling, connus pour leur style classique et leur qualité constante. Ces derniers sont entièrement irrigués afin de stimuler une culture précoce de manière artificielle. D’ailleurs, au cours des dernières années, ils ont battu tous les records pour les premiers arrivages de First Flush. Ce thé provient de la célèbre section ‘Upper’, qui contient des plantes ayant germé à partir de graines chinoises provenant de la période émergente de la région de Darjeeling. Ce lot classique aux teintes de vert libère une liqueur ample et végétale étoffée du caractère minéral et salé typique des thés produits à partir des plants d’origine, plus âgés. Un thé riche et fruité nuancé par ses accents d’herbes fraîches et d’épices.

Pour plus d’information sur ce thé, situez le jardin sur la carte des jardins de Darjeeling du Camellia-Sinensis.

Inde Népal 2016, suite du voyage

28 avril 2016

IMG_0315

La qualité du thé d’un jardin dépend d’une foule de variables. Tout commence avec la pratique agricole : cycles de taillage des théiers, maintien de la qualité du sol et prévention des infestations de parasites et ou d’insectes. Viennent ensuite les facteurs naturels, la pluie étant le plus évident. Un léger stress est favorable jusqu’à un certain point où il peut s’avérer dommageable pour la plante. La grêle qui s’est abattue sur la région en mars dernier est un bon exemple de risque climatique pouvant survenir à tout moment et sans prévenir. Une semaine de plein soleil avant la récolte donnera au thé une saveur différente qu’une semaine de pluie, comme ce serait le cas pour des nuits froides plutôt que chaudes, et ainsi de suite. La composante humaine, aussi cruciale, se révèle à chaque étape de production. Le choix du moment de récolte et du type de feuilles sélectionnées, ainsi que la capacité d’adaptation lors des différentes phases de transformation seront autant d’occasions pour le gérant de mettre à l’épreuve ses compétences et sa sensibilité au processus artisanal en jeu.

Occasionnellement, tout s’aligne, et une plantation produisant habituellement des thés médiocres vivra une période de qualité. De même, un jardin de bonne réputation pourra voir ses thés affectés par un climat ingrat, une main d’œuvre instable ou une gérance inadéquate.

IMG_0318 (1)Plusieurs jardins sont donc sortis du lot ces dernières années dont Oaks, petit, entièrement biologique et abritant principalement des plants classiques d’origine. Malgré une offre annuelle honnête, quelques-uns de leurs lots classiques présentaient des liqueurs équilibrées, vibrantes et aromatiques, dignes d’intérêt. Vous les retrouverez sous peu dans notre liste, et je garde l’œil ouvert sur leurs prochaines récoltes.

Un autre ayant capté mon attention l’an dernier, aussi entièrement biologique et peuplé de sections classiques et clonales, était Badamtam. Certains de leurs jeunes plants donnent des liqueurs douces, pleines et chargées d’une complexité aromatique qu’il faudra suivre ce printemps.

Kevin

Coups de cœur de François 2015

3 novembre 2015

DSC_0066

À mon tour d’y aller avec les thés de Chine qui ont le plus retenu mon attention cette année.

DSC_0054Taiping Hou Kui

Un de mes meilleurs thés à vie! Non seulement c’est un thé d’une splendide délicatesse et d’une grande complexité, mais l’emplacement de son jardin est paradisiaque et le producteur, M. Ye, est des plus sympathiques et authentiques. Si depuis 2007, le Taiping Hou Kui fait toujours parti de mes favoris, je dois dire que la récolte 2015 est l’une des meilleures depuis plusieurs années!

Jingxian Jin Jun Mei

J’ai rencontré M. Wang l’an passé principalement parce qu’il produisait du wulong. Je n’avais donc pas en tête d’acheter un thé noir lors de ma première visite. Mais dès la première dégustation, la qualité et la complexité aromatique de ce thé m’ont séduit. Ce thé aux fins bourgeons est, pour moi, l’un des meilleurs thés noirs chinois!

Wei Shan Mao Jian bio.

Si j’aime des thés délicats comme le Taiping Hou Kui, je n’en demeure pas moins grand amateur du style Mao Jian comme celui qui est cultivé sur la montagne Wei Shan. Ce thé cultivé sans engrais chimique ni pesticide est un de mes favoris au quotidien. J’aime particulièrement l’effet tonifiant de celui-ci et ses notes d’herbes fraîches.

François

Coups de cœur d’Hugo 2015

25 septembre 2015

IMG_1782-2_resize

Bon, vu que je couvre deux pays, je me permets une petite folie avec une double sélection de trois thés, l’une pour Taiwan et  l’autre pour le Japon!

TAIWAN

Jin Shuan

Un cultivar très apprécié des taiwanais. Un thé de tous les jours, qui est très généreux et qui saura plaire aux amateurs de thés aux accents floraux.

Bai Hao M. Xu – Édition limitée

On me demande à l’occasion, quel est mon thé préféré? Difficile d’en choisir un, mais le Bai Hao est assurément dans mon top 5! J’aime particulièrement son équilibre en bouche et son effet agréable, stimulant le corps mais sans l’énerver. Il est de plus en plus difficile de s’en procurer car les amateurs Chinois en raffolent également, mais notre relation de plus de 10 ans avec M.Xu, nous a permis d’avoir accès à ce petit lot d’exception.

Dong Ding de la compétition de Luku 

L’accès à ces thés est unique en Amérique du Nord. Il faut en profiter! Il est idéal d’avoir un peu de connaissance des wulong pour apprécier la profondeur du Dong Ding mention spéciale #9 et du Dong Ding 1ère Classe. Assurément, tous les deux offrent un bel exemple de rondeur, d’harmonie et bonifient le corps d’une chaleur enveloppante.

DSC_7465

JAPON

Sencha Koshun bio

Le cultivar Koshun est présentement très apprécié au Japon car son infusion offre une finale florale qui rappelle les fleurs de cerisiers. Celui-ci provient de nos amis de la coopérative d’Isagawa, qui nous offre pour la première fois depuis plusieurs années un sencha Koshun digne de mention!

Kukicha

Sans aucun doute une valeur sûre pour se rafraîchir le gosier. Un thé « étanche-soif »  qui,  dans sa version 2015, nous offre une liqueur généreuse. Souvent moins connu que le sencha, le kukicha n’est pas à sous-estimer!

Gyokuro Okabe

Habituellement, les gyokuro issus des plantations de Shizuoka ont un goût qui tend vers les sencha… Pour la simple raison qu’ils utilisent le cultivar Yabukita et que l’ombrage est souvent sommaire. Mais pas cette fois-ci! Un pur délice que ce gyokuro Okabe, 100% cultivar Saemidori, couvert et traité avec soin.

Hugo

À LA RECHERCHE DU TAIPING HOU KUI

14 octobre 2014

DSC_0094

Tout dégustateur de thé rêve de trouver un jour, dans une région reculée, une plantation de thé pratiquement inaccessible, où serait produit un thé exceptionnel. La découverte du Taiping Hou Kui fut pour nous une expérience de cette envergure.

Il faisait partie de notre liste des « thés à trouver » depuis nos toutes premières explorations au début des années 2000. Nous savions qu’il existait, nous connaissions sa province de production (Anhui), mais nos recherches demeuraient infructueuses.

Lorsque nous avons su le chemin à suivre pour se rendre sur les lieux de production, par l’entremise de M. Xie, notre producteur de Huang Shan Mao Feng, nous avons compris pourquoi il avait été si difficile de les trouver par nous-mêmes : aucune route ne mène aux plantations!

À partir de chez M. Xie, il nous a fallu plusieurs heures de voyage sur des chemins de campagne avant de nous arrêter au bord d’une rivière. Là, nous apprenons que les plantations ne sont pas accessibles en voiture et que nous devons continuer notre périple en bateau. L’idée de découvrir enfin le terroir de ce thé fameux rend notre excitation palpable. Il semble que nous nous dirigeons dans un lieu encore plus isolé que nous le pensions.

L’eau de la rivière est calme et miroite la majestueuse chaine des Huang Shan qui l’entoure. Dans ce paysage éblouissant, la traversée en bateau dure près d’une heure et nous mène au terroir d’origine du Taiping Hou Kui, l’un des plus beaux sites que nous avons eu la chance de visiter au cours de nos explorations. Les quelques jardins de thé en bordure de la rivière resplendissent d’un vert impérial…

M. Ye, le producteur que nous y avons rencontré appartient à une lignée de cultivateur qui produit du thé depuis 5 générations. Les théiers de ses jardins sont les mêmes depuis le début de cette plantation familiale. À l’image des autres familles du village, il produit dans une petite fabrique à l’arrière de sa demeure, un thé qui se distingue par ses feuilles aplaties d’une longueur moyenne de 6 cm. Pour parvenir à cet étonnant résultat, M. Ye a recours à une méthode de transformation artisanale qui nous a complétement ébahi.

DSC_0070Une transformation artisanale

Le cultivar utilisé pour la production de ce thé possède de grandes feuilles qui sont cueillies et sélectionnées rigoureusement. Seulement le bourgeon terminal et les deux feuilles suivantes sont utilisés. On attend que les feuilles soient plus matures que pour la production de la plupart des thés verts chinois.

Après la cueillette, les feuilles sont triées puis envoyées à la dessiccation qui est faite manuellement. Les feuilles sont remuées dans la cuve pendant environ 5 minutes.

L’étape suivante, le roulage, consiste à disposer les feuilles une à une sur un grillage métallique de façon qu’aucune ne se touche. On dépose ensuite un second grillage par-dessus les feuilles. Les grillages sont placés sur une table en bois.

On installe alors un linge de coton sur le cadre puis on passe d’un geste vif et bref un rouleau sur le grillage à l’intérieur duquel se trouvent les feuilles.

Ensuite, on laisse les feuilles à l’intérieur de ce cadre pour le séchage final qui se fait au-dessus d’un feu de bois. Le séchage est progressif et dure environ 1 heure.

En raison de cette méthode de transformation entièrement manuelle et de la petite région de production, les Taiping Hou Kui authentiques sont rares. Même en Chine il est difficile d’en obtenir. Si, comme nous, certains sont friands de ses délicats arômes floraux, c’est aussi un thé que les Chinois ont l’habitude d’offrir en cadeau. La rareté et l’originalité de ses feuilles en fait un présent fort apprécié pour n’importe quel amateur.

Extrait de Thé Vert – à la rencontre d’un art millénaire.

 

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter