Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Comme un sou neuf!

26 février 2009

 

Simplement un petit message pour annoncer et célébrer l’inauguration de notre nouvelle salle de classe et de dégustation! La petit salle à l’arrière du salon de thé (351 rue Émery, Montréal), qui était reconnue pour ses banquettes patriarches, s’est transmutée depuis les rénovations des dernières semaines. À partir d’aujourd’hui, elle fera office de lieu où nous présenterons nos diverses activités du thé, des ateliers aux dégustations thématiques, en plus de servir, aux autres moments, de places assises pour le salon de thé. Son ambiance feutrée et stylisée est, d’après moi, parfaite pour apprécier la dégustation des divers crus que nous proposons sur notre carte. Un calme certain y réside. Venez donc en faire son expérience à votre prochain passage dans le quartier… ou si une envie folle de goûter une nouveauté vous prend soudainement! Au plaisir de vous y rencontrer!

 

 

Pourquoi le thé japonais me rend heureux…

18 février 2009

Je tenais aujourd’hui à vous partager un fait touchant pour moi: à chaque fois que je déguste un thé vert japonais après un moment sans en avoir bu, ça me rend immanquablement heureux. Le sourire grand comme le visage, le regard clair aux yeux pétillants, le coeur palpitant… en fait, ces thés me rendent amoureux. Aucun autre type de thé n’a autant d’effets soudains sur moi. Pourquoi? Est-ce simplement l’effet sur mon esprit de la caféine et des autres composés chimiques contenus dans les petites feuilles vert-émeraude? Ou est-ce plutôt ses arômes chlorophyllés me rappelant le printemps et l’été, le bourgeonnement des arbres, des champs verdoyants qui foisonnent de toute cette vie que l’on retrouve dans la nature et que j’aime tant? Sûrement les deux. Et, je me réjouis de ce fait, je suis loin d’être le seul à ressentir cet effet des plus agréables…

 

Outre leur action bénéfique dû à leur haute concentration en antioxydants, les sencha, gyokuro, matcha et bocha, -pour ne nommer que ceux-là-, sont des thés, disons-le, possédant une teneur relativement haute en caféine. Stimulants plutôt qu’excitants, leur effet sur nos corps et esprits est vivifiant et énergisant, sans pour autant  ”secouer” le système nerveux. En fait, ils favorisent la concentration et la clarté mentale et ce, pour des heures durant. Contrairement au café dont l’effet est généralement de 2 à 3 heures, les thés verts japonais auraient tendance à livrer graduellement leurs effets sur une période bien plus longue, de 6 à 8 heures. En résulte une sensation stimulante en continu, sans pour autant offrir de baisse d’énergie notable. Quant à leur caractère aromatique, ils nuancent pour la plupart sur la même tonalité herbacée rafraîchissante, des légumes verts au maïs, en passant par les algues, les fleurs délicates ou les noisettes fraîches, selon les crus. Ces thés sont presqu’à considérer comme des aliments en soi, un bouillon tonique et inspirant. Pour ceux qui n’ont d’ailleurs jamais tenté l’expérience, je vous conseille d’essayer un beau jour de remplacer votre thé du matin par un sencha ou le kamairicha par exemple. Peut-être découvrirez-vous la même énergie et le même bonheur que me rendent ces thés! Et n’oubliez pas de me laisser savoir vos impressions!

 

Accords thé et chocolat

9 février 2009

Ce n’est pas un secret: le thé se mari à merveille avec le chocolat… Et vu les circonstances où le cacao risque fort de se retrouver au menu des amoureux cette semaine, je voulais vous faire quelques recommandations rapides afin de l’associer à des liqueurs s’harmonisant bien avec lui. Pensez d’abord à rondeur, caractère, densité, puissance pour toute association avec un chocolat noir. Avec leurs notes maltées, chocolatées, fruitées et parfois aux pointes florales, les thés noirs chinois (Zhenghe Hong Gong Fu, Qimen Hong Gong Fu), d’Assam (Khagorijan, Duflating) ou du sud de L’Inde (Nilgiri Coonoor) restent des valeurs sûres qui accompagneront les chocolats les plus goûteux ou mêmes amers. Les Pu Er shou (1998-A, 1996) peuvent aussi être une belle option sans caféine avec leur caractère typiquement terrestre et boisé. Avec les chocolats au lait ou moins concentrés en cacao, un Darjeeling automnal (Sungma) ou un wulong noir torréfié (Huang Zhi Xiang, Shui Hsien) seront de bons amants, leur délicatesse tout de même soutenue “ne se laissera pas faire” par le chocolat tout en participant à approfondir l’expérience aromatique du mélange. Quant au chocolat blanc, un wulong vert taiwannais (Tung Ting M. Chang hivernal, Dayulin hivernal) ou un Darjeeling de première récolte (Okayti, Samabeong) serait de toute beauté, mariant douceur sucrée et nuances finement grasses…

 

La vie est belle, il faut en profiter: pourquoi ne pas s’offrir un double plaisir tel que celui là! Si vous avez fait de belles découvertes de cet ordre de dégustation, je vous invite à me les partager en me laissant ici vos commentaires… j’en serais vraiment ravi! Bonne fête des amoureux à vous et à bientôt!!!

 

 

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter