Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

L’infusion solaire, le dernier espoir d’un nomade épris de thé

31 juillet 2009

 

En pleine période de vacances, en camping ou lors d’aventures en plein-air par exemple, il n’est pas toujours facile d’infuser nos thés préférés, à moins d’avoir un réchaud avec nous ou d’avoir une âme secourable possédant un Winnebago tout-équipé comme voisin de terrain. Et c’est ce que j’ai expérimenté dernièrement au cours de mes escapades campagnardes (je vous invite cordialement à aller consulter, si vous le voulez, mon blog personnel: Trip de cru )… Alors dus-je plusieurs fois me rabattre sur une bonne vieille technique de crudivore pour infuser mes précieuses feuilles: l’infusion solaire. Peut-être trouverez-vous que je pousse là un peu trop loin, mais cette méthode est assez intéressante pour que je vous en partage la technique qui est, en fait, un véritable jeu d’enfant. Elle vous permettra d’infuser n’importe quel thé ou tisane sans avoir à chauffer l’eau préalablement, et ce tout en offrant une infusion vraiment représentative du cru que vous désirez boire avec en plus un aspect rafraîchissant appréciable en été:

 

Dotez-vous d’un merveilleux et pratique verre de transport ou, à défaut de celui-ci, d’un pot mason ou autre bocal de verre possédant son couvercle étanche. Par une journée ensoleillée où vous sentez le désir poignant de vous mouiller les lèvres dans une liqueur parfumée, placez les feuilles de votre choix au fond du dit contenant avant de leur verser dessus une dose d’eau fraîche remplissant complètement ce dernier. Vissez fermement le couvercle. Posez le tout, au Soleil, à l’horizontale, idéalement sur une surface sombre (par exemple un vieux t-shirt noir, le capot d’une voiture, des rochers ou une terre de forêt riche en humus). Comptez une période d’infusion allant d’une demie-heure pour une liqueur doucement parfumée, à quelques heures pour une version plus goûteuse ou pour l’infusion des thés à plus grandes feuilles comme celles des wulong ou de certains Pu Er. Et voilà! Vous pourrez réinfuser ces feuilles au moins une autre fois de la même manière par la suite.

 

J’ai obtenu ainsi d’excellents résultats avec tous les types de thés, parfois avec des surprises qui en valaient vraiment l’expérience tant les arômes étaient surprenants. Et, un autre avantage: Car, à moins que vous n’ayez lu les études récentes, vous apprendrez que “deux utilisations sur un moteur de recherche web tel que Google utilise l’énergie équivalent à une bouilloire portant l’eau à ébullition pour une tasse de thé”… Alors ainsi, vous pourrez dire qu’avec cette méthode originale d’infusion vous pourrez préparer votre thé de la manière la plus écologique qui soit, sans avoir utilisé la moindre fraction d’un kilowatt! 

 

Long Jing, cru d’appellation

17 juillet 2009

Le Long Jing, aussi communément appelé “Puits du Dragon”, est le thé le plus prestigieux de Chine. Cultivé près de la ville Hangzhou, reconnue pour son magnifique lac de l’ouest ( Xi Hu ) et capitale du Zhejiang, ce cru de thé vert à feuilles aplaties offre une liqueur des plus raffinées, aux nuances herbacées, florales et fruitées délicates. Dû à sa grande popularité, l’appellation Long Jing est malheureusement, de nos jours, surexploitée, la grande majorité ne provenant pas du lieu de son terroir d’origine. Il nous importe donc ici de bien faire la distinction entre les Xi Hu Long Jing des Zhejiang Long Jing:

Les Xi Hu Long Jing, cultivés dans la zone d’origine, sont entièrement transformés à la main, de la cueillette au tamisage final. Ils proviennent principalement de deux versants de montagnes qui se font face : le célèbre Shi Feng ( Pic du Lion ), lieu même du charmant village de Long Jing, et Meiijawu, le village voisin. La récolte printanière se divise en deux catégories. La plus prestigieuse est une cueillette impériale appelée Ming Qian, qui se déroule avant la fête de Qingming aux alentours du 20 mars. Vient ensuite la cueillette Yu Qian, deux semaines plus tard, qui est également de grande qualité. Les Long Jing Shi Feng et Long Jing Meijawu de notre sélection appartiennent donc à cette catégorie d’appellation.

Les Zhejiang Long Jing sont quant à eux récoltés dans toute la province du Zhejiang et sont, pour la grande majorité, cueillis à la main et transformés à la machine. Ils peuvent être de bonne qualité mais ne possèdent généralement pas le caractère aromatique distinctif des Long Jing d’origine. Le Yuzan de notre sélection est un bel exemple de Zhejiang Long Jing… mais, malgré sa ressemblance plus ou moins proche, nous nous gardons bien de le faire basculer dans l’appellation! Je vous conseille d’ailleurs l’expérience d’en faire une dégustation comparative avec un ou l’autre des Long Jing de notre carte.

Étant le plus copié de Chine, il est aussi à noter que la majeure partie des Long Jing sur le marché sont produits dans d’autres provinces chinoises, tel que le Yunnan, le Sichuan et le Guizhou. En général, il ne s’agit que de médiocres imitations.

Les Long Jing Shi Feng de notre sélection sont produits par la famille Tang qui ne produit que 400kg de ce cru par année, ce dernier étant transformé entièrement à la main… car, aussi déplorable cela peut-il paraître, même à Long Jing, depuis quelques années seulement, de plus en plus de producteur se servent aussi d’une machine faisant un premier séchage servant à écourter le temps de dessication manuelle (passage des feuilles dans de grands woks chauffés afin de stopper toute oxydation éventuelle). Dans des cas comme celui-ci, il nous est donc important, lors de nos voyages printaniers visant à ramener nos importations privées, de constater en personne que la technique traditionnelle et la qualité artisanale fut préservée dans son intégralité pour les thés que nous sélectionnons.

L’importance de l’eau

3 juillet 2009

Si la qualité du thé et un instrument d’infusion approprié à son infusion sont des facteurs importants afin d’apprécier pleinement un moment privilégié de dégustation, il pourrait arriver que l’on néglige un détail pourtant primordial de l’infusion: l’eau. En fait, 99,8% d’une tasse de thé se trouve à être de l’eau. Si votre eau n’est pas très bonne, il s’avérera presque impossible que votre infusion soit un délice à son plein potentiel. Le chlore, l’ennemi numéro 1 des arômes, a la capacité “d’éteindre” un thé merveilleux. Pour quiconque est habitué de déguster un thé préparé avec une eau non chlorée, vient un jour l’expérience troublante et décevante d’être, que cela soit en voyage ou en famille, au prise qu’avec la possibilité d’infuser son précieux thé avec l’eau du robinet… Cette eau sera donc à proscrire aux meilleures des possibilités. Si un filtre Brita ou un autre système de purification permettra d’amenuiser ses éléments nuisibles aux arômes, nous nous devons à tout le moins, à défaut d’un instrument de filtration, de laisser l’eau recueillie du robinet ”sur le comptoir” pendant quelques heures afin que le chlore s’évapore quelque peu. L’eau de source reste quant à elle la meilleure option. Différentes eaux sont disponibles en bouteilles, chacune donnant un goût ou une texture différente au même thé infusé dans l’une ou dans l’autre. Il y a quelques mois de cela, un test à l’aveugle où participaient plusieurs membres de notre équipe a su démontrer que certaines sources favorisaient des infusions plus délicieuses que d’autres! Pour les curieux, je vous recommande d’ailleurs de faire vos propres tests sur vos thés préférés, c’est assez surprenant! Mon conseil: Si vous ne voulez pas, comme moi, dépenser des sommes importantes sur des gallons et gallons d’eau de source (en plus de l’impact environnemental du plastique et/ou de l’acheminement), munissez-vous d’un Brita (préférablement celui qui se branche directement au robinet) pour vos thés quotidiens -et pourquoi pas pour le reste des usages de la maisonnée!- et choisissez-vous une bonne eau de source pour l’infusion de vos thés plus précieux. Vous remarquerez, j’en suis certain, une différence énorme. Et donnez-m’en des nouvelles!

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter