Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Tout vient à point à qui sait attendre

26 janvier 2012

vieillissement des thés

Lorsque de nouvelles récoltes nous arrivent d’Asie, il est difficile de résister au désir d’explorer ces nouveaux horizons gustatifs, de même que de retrouver avec bonheur certaines valeurs sûres qui nous accompagnent depuis longtemps, comme de vieux amis sur qui on peut compter. Pourtant, si pour la majorité des thés nouveaux l’accent est mis sur les arômes explosifs que leur confère leur fraîcheur, certains crus bénéficieront d’une retraite paisible au fond de votre armoire à thé avant d’arriver à une certaine maturité gustative et aromatique, et je ne parle pas ici que des Pu Er. Au moins deux autres types de thé seront avantagés (et vous aussi par le fait même) par une légère attente entre le moment de leur transformation et le temps idéal pour les déguster.

Le premier type de thé à prendre en considération en vue de ce court temps de vieillissement est le thé noir de Darjeeling. À la fin de la transformation des feuilles, un très léger pourcentage d’humidité sera conservé au sein des feuilles (environ 3%) permettant au thé de poursuivre, de manière très modérée, son processus d’oxydation. Ce phénomène de mûrissement (mellowing) se fera généralement au cours des quelques semaines suivant l’arrivage des thés. Il faut noter que chaque Darjeeling profitera d’un temps de mûrissement unique, certains seront délicieux au bout de seulement une semaine ou deux alors que d’autres gagneront à se reposer jusqu’à un mois ou deux avant de se stabiliser. Quelques-uns seront aussi prêts à déguster au moment même de leur arrivée.

Le second type de thé à bénéficier de la patience de leur consommateur est le wulong torréfié chinois des montagnes Wuyi et Feng Huang (Shui Xian, Da Hong Pao, Milan Xian Feng Xi etc…). Ici, l’attente pourra être sensiblement plus longue que pour les Darjeeling, quoique bien sûr, ce soit une question de goût. Le fait est que ces thés, ayant subi une torréfaction plus ou moins prononcée, pourraient voir leurs arômes quelque peu enterrés par les notes pyrogénées produites par le procédé. Celles-ci s’adouciront avec le temps, mais le procédé pourrait prendre jusqu’à un an. Le mieux pour conserver les thés durant cette période de temps est de les entreposer dans une jarre en céramique (ou en terre cuite) ce qui permettra une légère aération des feuilles, ce qui facilitera le mûrissement.

Cette retenue peut sembler bien cruelle, mais l’attente en vaudra certainement la peine. De plus, cela vous laissera le temps de vous concentrer sur d’autres types de thés qui eux, demandent à être consommés le plus rapidement possible, dès leur arrivée.

Ryakoubonne témaé onégaï shimatsou*

19 janvier 2012

* Annonce de la procédure au début de la cérémonie par l’hôte (écrit en phonétique française pour faciliter la prononciation)

chanoyu_chawan

La Maison de thé Camellia Sinensis offre maintenant des démonstrations et des cours de Chanoyu à Montréal et Québec.

Littéralement « eau chaude pour le thé » , le Chanoyu (茶の湯 ) est la cérémonie traditionnelle du thé au Japon, consistant tout simplement à préparer le thé en poudre (matcha) pour ses invités. Elle exige toutefois qu’il soit préparé et servi convenablement – avec respect – selon les valeurs culturelles, spirituelles et sociales rattachées à cette pratique (voir Chanoyu: Araichakin, une procédure de la fraîcheur).

Nous proposons des démonstrations en mars et en mai prochains à Montréal, et en avril prochain à Québec. C’est pour tous une occasion exceptionnelle d’immersion dans la richesse de la tradition japonaise et de découvrir non seulement un art accompli de la préparation du thé mais aussi l’exercice d’une voie spirituelle unique.

Je vous invite également à notre soirée d’information gratuite de 45 minutes, le lundi 30 janvier 2012 à 18h30 (aussi à Québec le 28 janvier à 14h) au sujet de notre première session de cours. Vous aurez alors l’occasion de rencontrer le professeur, Richard Chapdelaine, lui-même diplômé de l’école Urasenke du Japon. Il étudie et pratique la cérémonie depuis plus de 20 ans avec Soyo Kagemori Sensei. Sympathique, décontracté, mais rigoureux, M. Chapdelaine nous met en contact avec la culture japonaise.

La première session comprend 10 cours dans lesquels sera enseigné la procédure de cérémonie sur plateau: « Ryakubon temae ». Cette procédure de base vous permettra de préparer et d’offrir un thé selon les principes de la cérémonie, sur table et avec un minimum d’accessoires, chez vous ou chez des amis!

Appelez-nous pour réserver ou pour plus d’information!

Horaire des cours et ateliers

Bon thé!

spacer

Maté, se faz favor!

4 janvier 2012

DSCN1688

Alors que les passants patinent sur les trottoirs verglacés en ce retour de vacances particulièrement glacial, un vent du sud venant de l’Argentine vient souffler dans nos boutiques et réchauffer les cœurs des amateurs de boisson corsée. En effet, une cargaison de matés provenant d’une coopérative d’artisans argentins a atterri à Montréal et à Québec et ragaillardira les mines basses et harassées par les longues heures de festivités de ceux qui pourront s’offrir un puissant remontant : le yerba maté.

Bien que le yerba ne fasse pas partie de la grande famille des camellias et ne soit donc pas un thé, ce proche parent du houx offre une liqueur corsée à l’amertume vivifiante très généreuse en caféine. Tout comme le thé, il possède une méthode d’infusion traditionnelle quelque peu particulière. En Amérique du Sud d’où il provient, le yerba ne s’infuse pas en théière mais dans une calebasse évidée nommée maté. Pour faire l’infusion, on placera dans le maté une bombilla, paille en argent dotée d’un filtre à une extrémité, puis une grande quantité de yerba (remplissant le contenant au tiers ou à la moitié, au goût). Ensuite, vient le temps de verser l’eau chaude (75 à 85 degrés) dans le maté puis de laisser infuser quelques secondes avant de goûter la liqueur. Si celle-ci est trop corsée, on peut simplement ajouter un peu plus d’eau afin d’adoucir le mélange. Le yerba étant très généreux, on pourra réinfuser les mêmes feuilles tout au long de la journée en allongeant progressivement le temps d’infusion. La présentation de cette méthode n’est bien sûr pas exhaustive, chaque région du Brésil ou de l’Argentine ayant ses préférences et ses rites particuliers, mais elle permettra de faire simplement de nombreuses infusions vivifiantes.

Une petite attention doit aussi être portée au maté lors de sa première utilisation. Ce processus traditionnel prépare votre maté à devenir le parfait instrument pour boire votre yerba. On dit de ce procédé qu’il imprègne le maté de « l’esprit du yerba ». Avec le temps la surface intérieure de votre maté continuera à s’imprégner et développera sur les parois un patinage sombre tout à fait naturel.
1. Remplissez le maté avec du yerba humide.
2. Ajoutez un peu d’eau chaude.
3. Laissez votre yerba infuser à l’intérieur de votre maté durant 24 heures.
4. Videz votre maté et rincez-le soigneusement.
5. Grattez l’intérieur de votre maté avec une cuillère jusqu’à rendre la paroi intérieure lisse et rincez de nouveau.
Votre maté est maintenant prêt à être utilisé!

Pour prévenir l’apparition de moisissure dans votre maté, rincez-le soigneusement à l’eau tiède après une journée d’utilisation sans utiliser de savon. Ensuite séchez-le à l’aide de papier, puis tapissez l’intérieur de papier sec et laissez sécher durant la nuit.

Si une fine moisissure apparaît sur les parois de votre maté, ne paniquez pas! Celle-ci n’est pas nocive et ne rendra pas votre maté inutilisable. Un moyen efficace de s’en défaire est de rincer votre maté avec un peu de jus de citron puis avec de l’eau tiède. Faites ensuite sécher votre maté au soleil. Les feuilles de yerba peuvent aussi teindre l’intérieur de votre maté d’une couleur vert pâle, ce qui est parfaitement naturel et inoffensif.

Sur ce, je profite de ce moment pour vous souhaiter à toutes et à tous un agréable début d’année 2012!

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter