Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Quelques gouttes d’un thé à prix d’or!

22 janvier 2014

FINAL (?) - Illustration - temomicha couleur

Voilà maintenant trois ans que nous vous proposons avec joie le fruit d’une technique japonaise marginale, le temomicha. Entièrement fait à la main par une centaine de producteurs qui œuvrent à conserver cette tradition, ce thé exceptionnellement rare est généralement destiné aux concours annuels en vue d’acquérir une réputation d’excellence. C’est donc avec un grand privilège que nous vous invitons à savourer l’intensité que peuvent avoir quelques gouttes du nectar obtenu de ce thé soigneusement transformé par M.Miyano.

La méthode d’infusion que nous suggérons pour apprécier le plein potentiel d’un temomicha et découvrir toutes ses subtilités est tout aussi originale que le thé lui-même!


Ainsi, c’est à l’intérieur d’un shiboridashi, un petit contenant de porcelaine à la forme aplatie, que nous déposerons 4 à 5 grammes de temomicha en disposant les longues feuilles sur le sens de la longueur tout en créant une légère pyramide.

DSC_2762

Ensuite les infusions devront se faire avec très peu d’eau à une température étonnement basse en versant l’eau de chaque côté des feuilles pour que l’infusion se fasse par le dessous.

Voici les recommandations de M. Miyano :

1ère infusion : 2 minutes avec 25 ml d’eau à 50°C

2ième infusion : 1 minute avec 25 ml d’eau à 60°C

3ième infusion : 45 sec. avec 50 ml d’eau à 70°C

4ième infusion et suivantes : 2 minutes et plus avec 100 ml d’eau à 75°C

À chaque infusion, il est important de transvider le liquide jusqu’à la dernière goutte pour ne pas que l’infusion se poursuive.

Préparez-vous alors à accueillir les quelques gouttes précieuses d’une liqueur dense aux arômes végétales et florales d’une longue persistance. Et malgré l’infime quantité de liquide que cette technique permet d’obtenir pour la dégustation, l’effet en bouche est puissant et peut même parfois être accompagné d’une légère sensation euphorisante. Une expérience que je souhaite à tout amateur de sensations fortes!

Des Wulong pour contrer l’hiver

9 janvier 2014

DSC02713

Si la chaleur de l’été nous fait saliver à la vue des thés blancs et verts aux vertus rafraîchissantes, la froideur de l’hiver appelle naturellement le goût pour des thés offrant un certain réconfort. Des thés chauds et foncés aux arômes de bois, de noix grillées ou de fruits confits seront peut-être intuitivement ceux qui vous satisferont le plus. Wulong, thés noirs et Pu Er offrent alors un vaste choix de thés à découvrir! Voici donc quelques repères pour situer ces thés chaleureux parmi la famille peu connue des Wulong.

Tout comme la pomme coupée et laissée à l’air libre, l’oxydation que subissent les feuilles lors de leur transformation permet de développer leurs pigments plus foncés tout en modifiant leurs structures chimiques internes. Plusieurs centaines de molécules aromatiques différentes sont ainsi naturellement générées, créant une impressionnante gamme de parfums passant des notes florales et fruitées pour les thés moins oxydés aux nuances boisées et épicées pour les plus foncés.

Certains sont cuits ou torréfiés, accentuant ainsi leurs caractères sucrés de nuances mielleuses et pâtissières. Les cuissons permettent aussi de modifier les saveurs et textures des thés tout en prolongeant leur durée de vie. Voici l’occasion de risquer l’aventure d’un Wulong vieilli aux arômes de tabac à pipe, de céréales grillées ou de fruits secs, laissant de vieux souvenirs émerger!

Voici trois terroirs à découvrir illustrant la diversité de saveurs, de textures et d’arômes de cette belle famille de thés :

- Si l’Ile de Taiwan offre le raffinement des thés faiblement oxydés qui sont produits sur ses montagnes de renoms aux altitudes dépassant les 1000 mètres, les cuissons traditionnelles de Dong Ding ainsi que les Bai Hao et Gaba Cha, plus fortement oxydés, combleront vos papilles de riches saveurs sucrées de fruits exotiques et de fleurs opulentes. Les amateurs de thés vieillis y trouveront aussi leur compte avec une sélection originale de thés souples aux chaudes nuances d’écorce brulée, de terre noire ou de cacao.

- Les deux provinces du Guangdong et du Fujian rivalisent pour la qualité de leur Wulong torréfiés aux longues feuilles torsadées. Les monts Feng Huang (Guangdong), peuplés de vieux théiers et de cultivars variés aux noms de fleurs exotiques, présentent des thés vifs et aériens aux puissantes saveurs d’agrumes et de miel. Le Mi Lan Xiang est un incontournable à essayer au moins une fois dans sa vie! Les curieux pourront se laisser tenter par une de nos raretés issues de théiers uniques d’âge vénérable et offrant une profonde expérience gustative.

- Le Fujian quant à lui produit des thés généralement plus fortement torréfiés à partir de théiers juchés à flanc de montagne au cœur des célèbres monts Wuyi. Ces thés aux larges feuilles noircies développent des liqueurs amples, douces et minérales aux arômes maltés et boisés, nuancées d’accents de fruits mûrs et de noix. Osez essayer les thés de cette région en accords avec vos scotchs, fromages ou chocolats préférés afin d’agrémenter votre réconfort de plaisirs gastronomiques.

En vous souhaitant un chaleureux début d’année et une multitude d’occasions de partage de ce breuvage sublime qu’est le thé, à travers ses nombreuses facettes et pour notre plus grand plaisir!

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter