Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Tokoname, préfecture d’Aichi, Japon

24 mai 2013

Une des pièces de M.Yoshiki Murata

Par un bel après-midi du mois de mai, nous arrivons à Tokoname, petite ville côtière du Pacifique qui se spécialise dans l’artisanat local traditionnel des théières kyusu. Au programme : visite de quelques ateliers de potiers afin de mieux comprendre les différentes techniques de fabrication des théières ainsi que les méthodes de cuisson typiques de la région. Celles-ci comprennent la technique ‘mogake’ pour l’obtention d’un décor organique fait avec des algues provenant des berges de Tokoname et la méthode ‘yohen’, d’où résulte les fameuses pièces à deux couleurs opposées, le rouge orangé et le noir charbon.

M. Yoshiki Murata est un des céramistes que nous avons eu la chance de rencontrer. Il a 30 ans d’expérience dans le métier et dans ses temps libres, il aime expérimenter différentes sortes d’argiles, de formes et de cuissons en plus de s’entraîner, car il a besoin de force pour exercer son métier. Lors de notre passage dans son atelier, il venait de faire une cuisson d’une semaine dans un four à bois traditionnel par pur plaisir et nous a montré les résultats. Fascinante, chaque pièce est un univers en soi. Les cendres qui se déposent au fil de la cuisson deviennent vitrifiées et forment une glaçure partielle où différentes couleurs apparaissent sur les pièces, en fonction des minéraux contenus dans l’argile et des essences de bois utilisées lors de la cuisson. Par curiosité, nous avons demandé que pourrait être le prix de vente d’une pièce issue d’une si longue cuisson et avons décidé de continuer de rêver : quelques milliers de dollars chaque pièce!

M.Yoshiki Murata.

Outre ses multiples explorations, M. Murata se spécialise dans le tournage de théières de petits formats aux formes et couleurs variées et d’un raffinement hors du commun. Pour la confection de ses pièces, il utilise un grès local contenant un haut taux de fer dans lequel il ajoute un pigment qui contient lui aussi un taux élevé de fer qui se nomme ‘bengara’. C’est ce pigment qui donne la belle couleur rouge orangée typique des objets de Tokoname.

Les pièces subissent deux cuissons dans un four électrique. Une première à haute température pour vitrifier la terre, soit 1150 °C, et une seconde à 800 °C pour pouvoir appliquer la technique du décor aux algues (mogake) ou pour la méthode de cuisson primitive d’enfumage fait avec les cosses de grains de riz (yohen). Pour ces deux techniques, la basse température est requise.

Les théières kyusu ont la particularité de ne pas être émaillées ; la paroi reste légèrement poreuse et permet de bonifier les infusions au fil du temps. M. Murata recommande les théières noires pour les thés foncés et les théières à la prédominance rouge orangé pour les thés plus pâles.

  1. Marie-Andrée Paquin a dit:

    Aurez vous quelques senchado de M. Murata bientôt au prix de 50$
    Je vais attendre une réponse par e-mail si c possible merci à l’avance !!

  2. Seb a dit:

    Bonjour Mme. Paquin,
    Content de voir que le style de Murata vous inspire! Ce sont effectivement de superbes objets… à des prix débutant aux alentours de 200$. Nous avons quelques modèles encore disponibles en boutique sur Emery. Aussi, nous recevrons un nouvel arrivage de kyusu de M.Gyokko sous peu,à des prix plus modestes !
    Au plaisir de vous servir,
    Sébastien

  3. cynthia a dit:

    est ce que cest théière convienne au thé vert et au thé blanc aussi?

  4. Seb a dit:

    Affirmatif ! En plus de leur élégance, elles sont ergonomiques et polyvalentes!
    Certaines sont semi poreuses, leur parois intérieur se tapissera à la longue. Il vaudra mieux préparer des thés aux caractère similaires dans celle-là.

    Autrement bonne dégustation printanière!
    Sébastien

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter