Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Pourquoi le thé japonais me rend heureux…

18 février 2009

Je tenais aujourd’hui à vous partager un fait touchant pour moi: à chaque fois que je déguste un thé vert japonais après un moment sans en avoir bu, ça me rend immanquablement heureux. Le sourire grand comme le visage, le regard clair aux yeux pétillants, le coeur palpitant… en fait, ces thés me rendent amoureux. Aucun autre type de thé n’a autant d’effets soudains sur moi. Pourquoi? Est-ce simplement l’effet sur mon esprit de la caféine et des autres composés chimiques contenus dans les petites feuilles vert-émeraude? Ou est-ce plutôt ses arômes chlorophyllés me rappelant le printemps et l’été, le bourgeonnement des arbres, des champs verdoyants qui foisonnent de toute cette vie que l’on retrouve dans la nature et que j’aime tant? Sûrement les deux. Et, je me réjouis de ce fait, je suis loin d’être le seul à ressentir cet effet des plus agréables…

 

Outre leur action bénéfique dû à leur haute concentration en antioxydants, les sencha, gyokuro, matcha et bocha, -pour ne nommer que ceux-là-, sont des thés, disons-le, possédant une teneur relativement haute en caféine. Stimulants plutôt qu’excitants, leur effet sur nos corps et esprits est vivifiant et énergisant, sans pour autant  ”secouer” le système nerveux. En fait, ils favorisent la concentration et la clarté mentale et ce, pour des heures durant. Contrairement au café dont l’effet est généralement de 2 à 3 heures, les thés verts japonais auraient tendance à livrer graduellement leurs effets sur une période bien plus longue, de 6 à 8 heures. En résulte une sensation stimulante en continu, sans pour autant offrir de baisse d’énergie notable. Quant à leur caractère aromatique, ils nuancent pour la plupart sur la même tonalité herbacée rafraîchissante, des légumes verts au maïs, en passant par les algues, les fleurs délicates ou les noisettes fraîches, selon les crus. Ces thés sont presqu’à considérer comme des aliments en soi, un bouillon tonique et inspirant. Pour ceux qui n’ont d’ailleurs jamais tenté l’expérience, je vous conseille d’essayer un beau jour de remplacer votre thé du matin par un sencha ou le kamairicha par exemple. Peut-être découvrirez-vous la même énergie et le même bonheur que me rendent ces thés! Et n’oubliez pas de me laisser savoir vos impressions!

 

Quelques mots sur la caféine

25 novembre 2008

D’abord, pour démystifier le grand malentendu qui plane sur son cas, quel terme utilise-t-on pour désigner ce stimulant dans le cas du thé? Caféine. Car, bien qu’on ait cru pendant quelque temps qu’il s’agissait de deux “-ines” différents dans les cas du café et du thé, les scientifiques ont déterminé qu’il s’agissait bel et bien du même alcaloïde étant simplement respectivement associé à des éléments différents: les tannins pour le thé, l’acide chlorogénique pour le café. Il en résulte une libération différente de la caféine dans l’organisme dans chacun des cas, plus soudain et bref dans celui du café (et plus au niveau physique/cardiaque que mental/intellect) et à la libération plus douce et graduelle (et aux effets persistants plus longtemps) dans celui du thé. La caféine du thé offre d’ailleurs généralement une sensation d’éveil accrue au niveau de l’intellect, la concentration et la vivacité de l’esprit étant grandement amplifiée, le corps étant stimulé plus doucement, selon la sensibilité des différents individus. Tandis que les effets stimulants d’un café se libéreront jusqu’à une durée d’environ 2-3 heures après l’ingestion, celles d’un thé noir seront perceptibles de 4 à 6 heures pendant que celles d’un thé vert pourront s’étaler jusqu’à 6-8 heures. D’après une recherche sérieuse, on aurait évalué une teneur en caféine environnant les 80 à 150 mg pour un café filtre et de 30 à 90mg pour une infusion de thé noir (sur une contenance de 100ml de liquide).

On me demande souvent conseil par rapport aux thés que je recommande pour les différents moments de la journée: “Lequel serait parfait pour nous réveiller le matin? Et lesquels conviendraient mieux pour la fin de journée?” car, même chez les buveurs de thé avertis, il est vrai qu’il peut être possible d’hésiter de se servir un thé en soirée de crainte que de voir notre sommeil troublé par les effets stimulants de la caféine. Pendant que la plupart des thés noirs, verts et Pu Er sheng jeunes seront réservés pour le matin et l’après-midi (teneur en caféine relativement élevé), les thés blancs, la plupart des thés wulong et les Pu Er mûrs seront suggérés pour la fin de journée ou simplement pour les moments de dégustation détendue. Il est à noter que nous ne recommandons pas la consommation de thé “décaféiné”: en plus de souvent voir son choix se limiter à des thés de production industrielle, ces thés ont vraisemblablement traversé un processus chimique pour arriver à un faible taux de stimulant. Un autre discours veut que, si l’on préinfuse un thé caféiné pendant environ une minute puis que l’on rejette cette “première eau”, on se sera débarassé de la plus grande partie de l’alcaloïde contenue dans les feuilles. Bien, d’après des recherches récentes, il prendrait à un thé environ 5 minutes d’infusion avant de voir sa teneur initiale en caféine réduite de 80%, une minute de préinfusion retirant uniquement environ 20% de la caféine présente au départ! Une préinfusion d’une trop longue durée menant immanquablement à une perte aromatique considérable, il est d’après nous préférable de choisir son thé en fonction du moment de la journée que de tenter de changer la nature de ses feuilles.

Liens externes:

“caféine” sur Wikipedia (en français).

“Caffeine and Tea: Myth and Reality” sur le blogue Cha Dao (en anglais).

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter