Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Chine : François nous rapporte un thé exceptionnel !

11 juin 2018

unnamed-3

Chaque année, François Marchand sillonne les pays producteurs de la Chine centrale à la quête des meilleurs crus de thés. C’est l’occasion de retrouver ses amis producteurs, de visiter les jardins et de faire des découvertes.

Être expert dégustateur de thé, ça comprend des journées entières à déguster des dizaines et des centaines de thés afin de dénicher LE thé qui sera parfait pour notre marché. Dans le cadre de ces recherches, François procède fréquemment à la “dégustation comparative” : plusieurs grades du même thé, infusés avec les mêmes paramètres, lui sont proposés afin de bien les comparer entre eux. Il examine d’abord les feuilles sèches, puis infusées, avant de goûter à la liqueur – un processus qui peut se répéter durant plusieurs infusions afin de noter son degré de persistance.

unnamed

En avril dernier, alors qu’il procédait à la dégustation comparative du Wei Shan Mao Jian – un thé que nous adorons depuis 7 ans – François a eu un coup de coeur pour le grade 1. Il est plutôt rare que nous choisissions de nous procurer les plus hauts grades, comme le marché est beaucoup plus petit pour ce type de thé prestigieux.
Exceptionnel cette année, il n’a pas pu empêcher de vous le faire découvrir!

C’est du jardin de M. Wang, certifié biologique, que provient ce sublime thé vert. C’est d’ailleurs son fils, diplômé de la Tea University, qui reprend le flambeau du jardin. Texturé et tout en délicatesse. Un thé complet, harmonieux à déguster en nombreuses infusions. On recommande d’ailleurs le gaiwan ou le bécher pour profiter de toutes ses nuances.

À noter : il est offert en ligne seulement en quantité très limitée (500g au total). Ne laissez pas cette chance de goûter un thé si exceptionnel s’envoler! C’est aussi une occasion parfaite de le comparer à notre Wei Shan Mao Jian régulier, plus franc, lui aussi délicieux.

Bonne dégustation!

unnamed-2

Dégustation : Wei Shan Mao Jian 2018

10 juin 2018

unnamed-1

Alexis, conseiller à la boutique du quartier Saint-Roch à Québec, nous présente ses notes de dégustation pour le Wei Shan Mao Jian 2018, un thé vert chinois du Hunan.

Paramètres : infusion en Gaiwan, 5g., eau à 80 °C

D’abord, les feuilles sèches présentent de longues torsades vert foncé, pourvues de bourgeons visibles. On y découvre des notes de foin aromatique (foin d’odeur), de fleurs des champs et de pollen.

Première infusion (40 secondes)

La teinte des feuilles infusées varie maintenant de foncées à pâles, sans grande uniformité. Des notes puissantes, grillées-beurrées, de noisette, de pois mange-tout et de sucre végétal peuvent alors être dénotées. Lumineuse et légèrement trouble, la liqueur est d’un joli émeraude pâle. En bouche, sa texture soyeuse offre un parfum végétal, peu tannique, et une persistance légèrement sucrée.

unnamed-2

Deuxième infusion (1 minute)

La deuxième infusion propose des notes plus florales et zestées, légèrement grillées et fumées. En bouche, on trouve maintenant une liqueur puissante, mais ronde, qui rappelle le sencha japonais de style floral.

unnamed-4

Bonne dégustation!

Dégustation : thés pétillants

2 juin 2018

IMG_20180319_164439

Au bureau et en boutique, l’équipe s’amuse parfois à jouer aux scientifiques et tester certains mélanges – souvent réussis, d’autres fois un peu moins ;)

Jean-François et François-Napoléon, gérant et assistant-gérant de la boutique sur Émery, étaient curieux de créer des thés pétillants. Ils ont choisi d’infuser des thés dans de l’eau pétillante Eska, à température pièce, durant une heure avec un dosage d’une cuillère à thé par tasse de 250ml. Une expérience gustative assez spectaculaire pour amateurs de sensations fortes, puisque l’eau minérale rehausse les saveurs en y ajoutant un côté salin !

IMG_0120 (1)

Voici les thés pétillants qu’ils se sont créés, et leurs impressions :

Le Feng Huang Hong Cha : avec sa dominante boisée et ses forts accents fruités et exotiques, ce fut une véritable révélation
Le Bai Hao Jingmai biologique : surprenant, avec ses notes de clou de girofle dignes d’un chaï
Le Gyokuro Okabe : amplifié par les minéraux, il évoque la puissance saline et végétale des algues et des huîtres ! (à infuser moins longtemps la prochaine fois peut-être…)

Oserez-vous essayer?

Depuis un moment déjà, la boutique de Québec offre le thé pétillant en fût! C’est au tour de la boutique du Quartier Latin de l’offrir également. Passez les essayer cet été!

unnamed-3

Ivres pour des thés hors de prix.

8 avril 2013

Une scène typique illustrant bien le marché du Pu Er à Jinghong dans le Xishuangbanna,Yunnan.

Notre aventure dans le Yunnan commence avec une journée de dégustation en compagnie de Mme. Wang dans sa boutique de Jinghong. C’est avec une efficacité et une passion évidente qu’elle nous fait goûter ses thés fraîchement sélectionnés des différentes montagnes de la région. Les gaiwans sont remplis de maocha qu’elle rince deux fois, et les infusions se succèdent sans laisser nos tasses vides plus de quelques minutes.

Tout en buvant, nous tâtons le pouls du marché du Pu Er et de l’évolution des prix. Elle nous raconte comment chaque année de plus en plus de riches viennent acheter de grandes quantités des crus recherchés faisant ainsi grimper leur prix en flèche. Des montagnes moins connues voient le prix de leur maocha se décupler rapidement sous l’effet d’achats compulsifs. Par exemple, cette année un homme à acheté pour trois millions de yuans de feuilles du village Banpen qui offrait ses feuilles à 2,5 yuans le kilo il y a quelques années pour voir son prix atteindre maintenant plus de 1000 yuans le kilo! La célèbre Banzhang vend cette année ses feuilles 25 % plus chères que l’an dernier, soit à 4000 yuans le kilo.

Dégustation comparative de Pu Er

Si quelques hommes plus fortunés sont prêts à payer le prix, nous sommes toujours en quête de thés de qualité à prix abordables à ramener au Québec. Nous regoûtons donc certains thés en les comparant côte à côte pour valider nos choix et tirer le meilleur parti de la situation actuelle. Le  corps ayant ses limites, nous rencontrons les nôtres cinq heures plus tard, complètement ivres et fébriles, après avoir dégusté plus de 30 thés et vider 18 litres d’eau !

Nous poursuivrons notre périple au cœur des montagnes du Xishuangbanna avant d’aller explorer la région de Lincang, moins réputée, offrant des trésors cachés.

Pour mieux vous servir (et en connaître toujours plus)

20 juillet 2012

DSCN2497

Depuis quelques semaines, notre salon de thé s’est transformé en un véritable laboratoire de dégustation. L’idée derrière cette initiative est simple, mais essentielle à notre travail : connaître sur le bout des doigts (ou de la langue) les thés que nous proposons. Pour ce faire, il fallait sortir des sentiers battus, car les thés réagissent différemment compte tenu de la manière dont on les approche. Muni d’une fiche de dégustation, chacun des membres du personnel est invité à convier ses collègues à une expérience de son cru. Chacun devra noter ses impressions sur le résultat afin d’une mise en commun et d’une exploration approfondie des diverses facettes de chacun de nos crus. Des exemples?  Qu’arrive-t-il lorsque l’on infuse un thé vert japonais de style sencha avec une eau à 90 degrés Celsius pendant une minute? Ou alors qu’en est-il d’infuser un darjeeling avec une eau à 75 degrés? Ou encore d’infuser celui-ci en gaiwan? Chacune de ces expériences s’avère fascinante, et le partage du savoir faire de chacun nous emmène à découvrir certains thés sous des facettes que nous n’avions encore jamais imaginées. Au gré de ces explorations, nous serons à même de vous inviter vous aussi à tenter quelques types d’infusions sortant de l’ordinaire, pour le simple plaisir de repousser les frontières du goût et de l’imagination. En terminant, je vous laisse sur le résultat de nos recherches sur le Sencha Tsuyu Hikari.

À HAUTE TEMPÉRATURE (90°C et 99°C) AVEC UNE INFUSION TRÈS COURTE (Andréane, Manuel, Kate)

Deux tentatives ont encore été réalisées avec ce paramètre : l’une en théière de gros volume, l’autre en senchado. La première expérience décrit une expérience étonnante, surprenante, aiguë et pointue. On parle d’une liqueur possédant une petite amertume végétale ou de légumes, franche et étonnamment sympathique, agréable à boire, quoiqu’un peu sèche. Les notes relevées sont le bouillon de légumes, les asperges, les épinards, le mesclun, les légumes (concombres, radis et rapini), le varech. La seconde expérience abonde dans le même sens, parlant de feuilles infusées aux odeurs de pétoncles et de gazon coupé froid et humide. Un petit côté fermenté est également perceptible. On parle d’un goût de légumes. Deux expériences qui offrent des boisson très différentes, très « punchées », mais agréables.

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter