Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Sur les routes de Darjeeling

2 mai 2014

P1090703

Les jardins de Darjeeling sont comme des petites perles cachées dans le creux des vallées ou le sommet des montagnes. On les retrouve parfois même jusqu’à 2000 mètres d’altitude, comme c’est le cas pour Steinthal-Singtom. Il faut au chasseur de thé beaucoup de cran et de persévérance pour s’y rendre. Les routes sont longues et difficiles, et on se demande pourquoi se donner autant de mal quand la plupart des thés peuvent être goûtés à Calcutta, ville des mille et une rencontres autour du marché du thé. La réponse? En visitant les jardins, Kevin rencontre les producteurs et gérants, affermissant ainsi ses liens et approfondissant sa compréhension des subtilités du produit. Il parvient alors à dénicher quelques lots précieux avant qu’ils n’atteignent les encans de Calcutta. Pour un importateur dégustateur passionné, la sélection des meilleurs thés du monde ne peut se faire autrement…

Gabriel.

Hugo au Japon, bols et chawans (1 de 2)

3 juin 2010

P1010358

Lorsqu’on pense au Camellia Sinensis, on pense surtout au thé. Celui importé directement des producteurs de Chine, de Taiwan, de l’Inde, etc. On oublie par contre que 80% des théières, bols à thé et accessoires que l’on retrouve dans nos boutiques sont également des importations privées! Depuis plus de 6 ans, nous importons nos théières et nous participons au design, en plus de superviser la confection de certains modèles.

Profitant du privilège d’être en terre nipponne cette année, j’ai décidé de pousser plus loin notre recherche sur les chawan et les bols à thés. J’ai donc visité plusieurs artisans de Hagi, ville potière célèbre pour ces objets du thé. Après une journée, la déception était au plus au point. J’avais vu beaucoup de pièces, mais la plupart étaient sans « âme ». Le lendemain, sur le point d’abandonner, j’entre chez M. Nakahara. Plus de 30 ans d’expérience. Une maîtrise des différents style (Kairagi, Oni-hagi, Hime-Hagi, etc.) de bols à thé et de chawan pour la préparation du matcha, offerts à des prix plus que raisonnables pour la qualité de tels pièces.

M. Nakahara va chercher lui même la terre rouge nécessaire à sa production sur l’île de Mishima au large de Hagi. Ses cuissons sont effectuées dans un four à bois ou au gaz. Lorsqu’on regarde ces pièces aux allures « brutes », on les imagine lourdes. Mais on demeure surpris de leur légèreté en les prenant dans nos mains et il est difficile de les relâcher par la suite… Soyez-en avertis! Nous devrions recevoir ses pièces vers la fin juin si vous désirez voir son travail de plus près.

P1010363

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter