Blogue du dégustateur de thé  | Camellia Sinensis Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Une constante recherche d’équilibre

20 octobre 2015

A0007701

Myriam Bouchard se consacre à la céramique depuis une dizaine d’années. Elle a d’abord été designer graphique pendant vingt ans, période durant laquelle elle a collectionné avec passion des pièces de céramique. Elle en a fait un métier en se formant par de nombreux stages avec des céramistes en France, aux États-Unis et au Québec.

Myriam aime le contact avec l’argile; ce médium aux possibilités infinies est celui qui correspond le plus à sa sensibilité. D’abord centré sur les objets de la table fabriqués au tour, son travail a pris un virage plus sculptural depuis cinq ans. Elle travaille avec différents types de cuisson : au bois, au gaz et électrique.

« J’aime les belles surprises quand j’ouvre le four, notamment quand je travaille en réduction d’oxygène (au four à bois ou au four à gaz), les surfaces s’animent sans qu’on ne puisse prévoir exactement les résultats, c’est la beauté de cet art. »

Myriam Bouchard-157Elle est touchée par la céramique japonaise, notamment par la façon dont les jeunes céramistes japonais allient le design moderne et la cuisson traditionnelle au four Anagama. Myriam adore faire les bols à thé et c’est souvent avec eux que la céramiste développe les glaçures qu’elle transpose ensuite sur ses grandes pièces. Elle a autant de plaisir à concevoir un bol à thé qu’une grande pièce: «Je retrouve un côté méditatif à m’installer au centre de l’atelier, à travailler un bol sur une tournette avec une musique qui me transporte».

Toujours très préoccupée par l’ergonomie du bol, elle le soupèse et le sculpte à plusieurs étapes du séchage jusqu’à ce que le poids soit balancé et que le bol soit confortable entre les mains. Elle porte également une attention particulière à la lèvre, pour que le bol soit agréable, que le thé se boive bien.

« Mon plaisir est vraiment de faire évoluer ma céramique, de toujours explorer de nouvelles pistes. Je fais un tri à chaque cuisson et je mets sur le marché seulement les pièces qui répondent à mes critères. Je ne vise pas la quantité, je suis heureuse avec une petite production, ça correspond pour moi à un rythme de vie calme qui me convient. »

Elle a remporté le premier prix à Carac’Terre et le deuxième prix à 1001 pots lors du concours Terre et Thé 2015, catégorie Chawan.

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les quatre mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

D’un tour à l’autre

5 juin 2015

Sans titre-2

Christian Roy en est à ses toutes premières séries alors que son expertise est déjà reconnue par ses pairs depuis maintes années. La raison est simple ; il tourne les pièces de nombreux artisans depuis sa sortie du Cégep Limoilou en 1998.

Si le métier de tourneur est bien connu en Asie, il est rarissime dans le monde de la céramique québécoise.

Cette expérience ajoute un chapitre de connaissance à l’artiste : « Ça m’a permis de me faire la main avec tout un bagage diversifié de techniques et de façons de faire. »

Screenshot_2015-02-12-09-08-17~2Pour ses propres œuvres, Christian travail avec différentes argiles, ce qui permet de créer de belles nuances de couleurs à ses pièces. La cuisson au gaz est lente, de même que le refroidissement pour obtenir le fini mat désiré. La glaçure ainsi atténuée ajoutera un aspect contemporain au résultat final.

En main, ses céramiques sont d’une robustesse agréable, mais ont aussi cette finesse et cette régularité qui laissent deviner ses années d’expérience au tour.

Le rituel du thé, qu’il soit simple ou complexe, est pour le potier une source d’inspiration : «  (…) les objets sont aussi fabriqués dans cet état d’esprit, rendre l’objet intéressant quand on prend le temps de prendre le thé.»

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les quatre mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Évelyne Rivest Savignac – FENÊTRE SUR JARDIN

3 novembre 2014

vere raku vert- copie

C’est un voyage en Amérique du Sud qui a motivé l’inscription d’Évelyne Rivest Savignac à l’école des métiers d’art de Québec voilà déjà 17 ans. « Trois ans d’étude passionnée ! »

Son leitmotiv depuis les débuts : « La conception d’une pièce dans l’idée d’une œuvre unique. » Cette démarche qui anime la céramiste demande temps, patience et passion. Car, au-delà du tournage et de la cuisson, il y a dans ses créations toute une maitrise du détail et de la finition. Elle grave, peint, superpose différentes glaçures, joue gracieusement avec les reliefs et les lustres métallisés. « Mon bonheur est dans ce simple geste assuré qu’il me faut avoir afin d’esquisser la fleur ou la feuille, ajouter ce point ici ou là pour balancer le plan final. »

eve promontoir chili

Si chaque pièce est reine, la couleur l’est tout autant dans les céramiques d’Évelyne Rivest Savignac. La vivacité des teintes et des contrastes utilisés, surtout pour les pièces raku, distingue son travail au premier coup d’œil. S’en résulte de petites œuvres aux allures de friandises qui égaient les quotidiens. La potière décrit d’ailleurs ses pièces de cette façon très juste et poétique : « (…) des fenêtres sur jardin, sur un bout de branche, un coin de l’imaginaire…».

Forte de nombreuses années d’expérience, l’artiste comprend que le chemin vaut autant que la destination: « Créer de la matière à partir de minéraux, de feu et d’amour du beau, c’est une aventure folle qui apporte bien des joies et aussi des déceptions terribles. Tant de paramètres pour arriver à la pièce espérée. Il faut rester bien humble. Et trouver sa joie profonde dans l’acte de création et non pas le résultat peut-être… »

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les quatre mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Chantal Auger – De la fonction naît la beauté

4 juin 2014

Théière et bols

Chantal Auger a eu très tôt le coup de cœur pour la céramique : «Je cherchais un métier qui demandait autant le travail des mains que celui de l’esprit.  Quand je suis entrée dans un atelier de poterie à l’âge de 17 ans, j’ai su que c’est ce que je ferais de ma vie». Elle a fait sa formation à l’École des beaux-arts d’Aix-en-Provence, puis au Cégep du Vieux-Montréal. Voilà maintenant quatre décennies qu’elle raffine son art.

Sa passion du métier n’a pas faibli et elle apprécie toujours, comme elle le cite, «la responsabilité totale et entière de la création, à partir de l’argile jusqu’au produit fini».  «L’enseignement que donne la matière, ses exigences, ses contraintes… Ce métier exige la présence consciente de l’être tout entier, corps et âme», poursuit-elle.

Auger C

Elle utilise tant le grès que la porcelaine pour créer des pièces utilitaires en relation avec la nourriture. Ses émaux sont à base d’argile que le feu, par son pouvoir alchimique, révèle d’un caractère sobre et rustique.

Elle porte un grand respect aux philosophies orientales et particulièrement à l’esthétique de la cérémonie du thé. Dans son travail, la fonction crée la forme et l’utilité crée la beauté: «…que je travaille sur un bol à thé ou une tasse à café, mes préoccupations seront de servir la fonction de cet objet, la manière dont il se tient, dont il s’adapte aux lèvres pour boire, la façon dont il repose sur un pied ou non, l’élégance, la fluidité de la forme». Le thé et les infusions guident la conception et la fabrication de ses théières, afin d’arriver à l’objet fini dont elle sera fière: équilibré et répondant parfaitement à sa fonction.

Du Livre du potier de Bernard Leach, elle cite cette phrase (tirée du Chant des potiers hindous) qui a trouvé place dans son atelier et dans son cœur au tout début de sa carrière et qui ne l’a jamais quittée depuis : «Oh! Mon cœur! Ne ressemble pas à la roue, mais sois pareil au centre de la roue qui se tient au repos.  Si la roue tourne si activement, c’est parce que son centre est immobile.» 

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Le merveilleux défi de la théière

9 avril 2014

Synnott

La céramiste Fabienne Synnott aime façonner l’argile depuis son plus jeune âge. Elle a acquis sa formation à l’Université McGill, auprès de Richard Lynn Studham, un potier britannique.

Inspirée par la céramique asiatique, elle est particulièrement touchée par les glaçures traditionnelles du Japon : Shinos, céladons, tenmokus, Kakis. Pour elle, ce qui rend les objets du thé si particuliers c’est leur fonction rituelle. Elle tend d’ailleurs à attribuer cette dimension aux autres objets de la table.

Lorsqu’on la questionne sur son métier, elle trouve les mots pour exprimer son amour de la céramique: « Mes mains sont deux entités autonomes. Elles savent quoi faire quand je les mets au travail. […] Je suis inspirée par la nature et ses mille visages. Les textures et les motifs du règne végétal m’intéressent. J’adore la lumière et sa façon de tout transformer. Je peux être très émue à la vue de la lumière qui change la couleur d’une feuille.  Les symboles archétypaux comme la déesse et le guerrier me fascinent aussi. »

la belle urne de la femme à moustache...Elle apprécie la diversité et la complexité de chaque étape de son travail. Cependant, c’est au moment de sortir les pièces du four qu’elle trouve sa plus grande satisfaction. « Cuisant au gaz ou au bois, je travaille à préparer le terrain le mieux possible, afin que le feu laisse sa trace. La réduction d’oxygène, caractéristique de ces cuissons, transforme le fini des pièces en y laissant une palette de nuances que je trouve magnifique. Lorsque la transmutation se produit, je suis vraiment transportée au contact des pièces que le four m’offre. »

Par-dessus tout, elle aime la théière, dont la fabrication représente pour elle un merveilleux défi : « Je dis défi, car c’en est bien un! Voyez-vous, une théière est fabriquée en quatre morceaux qui doivent être tournés plus ou moins au même moment et qui seront ensuite tournassés, taillés et assemblés. Je traite chaque théière comme une sculpture à part entière. Je recherche autant l’harmonie esthétique que le plaisir d’utilisation par une bonne tenue en main, un bec qui verse bien, un tamis qui retient les feuilles sans bloquer, un couvercle qui ajoute une touche d’originalité et reste en place lorsqu’on verse.  Tout ça dans un objet que je veux unique et bien équilibré. Oui, c’est un beau défi à chaque fois!  Et que dire lorsqu’une de ces théières sort du four particulièrement bénie par le feu?! »

Elle aime boire le thé dans une fine porcelaine tout autant que dans un grès brut à l’engobe craquelé : « J’ai une collection très diversifiée de céramiques à boire. Tout est question autant d’humeur que de cépage.»

Fabienne Synnott vit et travaille à Québec. Elle prépare une résidence de création au Japon, en 2015

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Artisan de la nature, noble porcelaine

2 octobre 2013

Cabinet à thé1

Renaud Sauvé est né à Montréal. Pendant quelques années, avec sa famille, il a vécu en Afrique au Congo-Kinshasa et au Congo-Brazzaville. Il suit ses premiers cours d’initiation de tournage au collège,  puis des cours à temps plein – 1990-1991 – au Centre de Céramique Bonsecours à Montréal. Par la suite, il a travaillé avec différents potiers québécois. Il a étudié la philosophie à l’université, touché à d’autres métiers et médias artistiques (peinture, fresque, mosaïque) et  parcouru plusieurs continents comme accessoiriste pour le Cirque du Soleil. En 2008, il a finalement établi son propre atelier à Irlande, petite municipalité dans les Bois-Francs, et y a débuté une production de pièces tournées en porcelaine. Chaque pièce est tournée et décorée à la main avant d’être cuite dans un four électrique.

Son travail de céramiste s’alimente de la vie en ce qu’elle a d’élémentaire : « Mes sources d’inspiration sont multiples. Sûrement la nature est la principale. Le simple fait de vivre dans la forêt, disposé et réceptif à ce qui s’y passe. J’essaie de concilier ce que je vois et ce que je sens, comme une manière lente de vouloir une vie calme et silencieuse. Je cherche donc à développer un sens de transposition des motifs provenant de la nature ou de mon environnement domestique. Je conçois mon travail comme un dialogue avec la nature et aussi un dialogue avec l’histoire de la céramique et de la porcelaine en particulier. »

photo-renaud1-2

Renaud Sauvé s’inspire de la céramique asiatique de la Chine, du Japon et de la Corée d’où est originaire la porcelaine. Selon lui, les pièces qui proviennent de ces différents pays sont arrivées à un tel degré de raffinement, de sincérité et d’authenticité que celui qui veut travailler la porcelaine ne peut ignorer cette tradition. Il apprécie aussi la richesse des décors de la céramique perse et islamique.

Ses pièces sont vendues dans quelques boutiques spécialisées à Montréal, à Québec et à Toronto.

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Terre et Thé 2013

25 juillet 2013

IMG_3031

Puisque l’idée derrière le concours Terre et Thé est de relier le monde de la céramique locale avec l’intérêt croissant pour les objets du thé, nous avons décidé cette année de collaborer avec 1001 Pots, le plus grand festival de céramique au Québec et un des événements les plus réputés en Amérique du Nord depuis maintenant 25 ans!

C’est donc avec plaisir que nous nous sommes installés dans un magnifique kiosque construit sur mesure pour nous à Val-David les 19 et 20 juillet derniers pour juger les pièces des participants et choisir nos grands gagnants de l’édition 2013.

Pour cette troisième édition du concours, l’objet choisi était la théière, une pièce difficile à exécuter et à rendre parfaitement fonctionnelle dû à l’aspect mécanique de l’infusion et du versage. Nous avons donc laissé aux membres de l’équipe de 1001 Pots le fastidieux travail de présélectionner auprès des 103 artisans un lot de 30 théières. Une grande diversité dans les tailles et les styles nous a alors été présentée.  Notre équipe, composée de quatre juges, a donc commencé son travail.

Bien que Catherine-Emma, céramiste, nous a partagé son analyse des différentes terres, techniques et glaçures utilisées, notre jugement devait se faire non pas sur la beauté ou la forme des objets présentés mais essentiellement sur les aspects techniques qui se rapportent au thé. Les notes étaient distribuées selon des critères spécifiques : la fonctionnalité, le confort, l’équilibre et le bon écoulement du bec. Notre expertise en tant qu’ «utilisateurs de théière» était la raison pour laquelle nous étions là.

Nous avons donc testé les théières en inscrivant nos commentaires. C’est à ce moment que nous nous sommes rendu compte que certaines des plus belles pièces étaient inutilisables, les rendant purement décoratives. Après quatre longues heures de délibération approfondie, nous avons mis notre travail ensemble pour constater à notre grande surprise que le choix des trois gagnants était unanime!

IMG_3038

Avant de décerner les prix, nous avons présenté au public d’artisans passionnés nos explications détaillées de tous les paramètres regardés dans notre processus de sélection. De cette manière, nous voulions favoriser l’échange entre les deux domaines mais aussi aider les céramistes dans leur création et le développement de leur travail en leur faisant comprendre les paramètres et notions nécessaires de ce marché très spécifique.

Puis est venu le temps du grand dévoilement ! Nous sommes donc très heureux de vous partager le nom des trois lauréats du concours Terre et Thé 2013 :

En 3ième place : Mahmoud Baghaeian

En 2ième place : Chantal Auger

Et notre grande gagnante de cette troisième édition, pour la meilleure Théière : Julie Lavoie.

IMG_3033

Merci à tous les céramistes et à l’équipe de 1001 Pots pour cette belle aventure.

On vous dit à l’année prochaine !

Carmen Abdallah, l’expression de la matière.

2 juin 2013

Carmen Abdallah en plein défournement!

La production de Carmen Abdallah se concentre principalement sur les objets de l’art du thé.  Ce choix d’objet lui a été inspiré par son séjour de trois ans au sud du Japon (2002-2005). La fonction et l’esthétique qu’elle donne à ses objets est inspiré par les connaissances qu’elle a acquises pendant ses stages de céramique au Japon. Son travail sur la glaçure et la forme rend chaque pièce de Carmen Abdallah unique et, cependant, caractéristique du style de l’artiste.

Carmen Abdallah travaille le grès rouge et blanc qu’elle tourne au tour électrique ou au tour à pied. Elle grave, déforme et modifie les formes symétriques pour les rendre plus spontanées et organiques. Ses glaçures sont inspirées de recettes ancestrales japonaises, elles contiennent une grande quantité de cendre de bois.  Elle cuit ses pièces au four électrique ou au four à bois.

CA bolsEn 2010, Carmen Abdallah retourne au Japon et y apprend à construire un four à bois de type anagama. Depuis, elle cuit ses pièces dans le four qu’elle a construit au Québec. À propos de ce processus, Carmen explique: “Cette méthode me fascine et je suis profondément concentrée sur les effets de cendres et de flammes dans une telle cuisson. Il donne de beaux résultats de cendres de bois fondues sur les pièces qui ressemblent à du verre. Ce processus rend chaque pièce encore plus unique et même héroïque d’avoir affronté et survécu à une telle chaleur et atmosphère pendant 24 heures ou plus.”

Carmen Abdallah est membre du regroupement de céramistes de l’espace KAO, une galerie-boutique à Val-David et elle assiste à la coordination de l’exposition annuelle 1001 Pots. De plus, elle enseigne le façonnage de la céramique aux élèves du primaire de l’écoleWaldorf-Steiner de Val-Morin. En 2012, elle reçoit le premier prix Chawan décerné par l’école de cérémonie du thé Urasenke de Montréal.

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Julie Lavoie: Portrait d’une potière de chez-nous!

31 janvier 2013

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

CÉRAMISTE D’ICI février-mars 2013

JUILIE LAVOIE Chawans Julie Lavoie

La passion de Julie Lavoie pour le monde de la céramique naît en 2005, alors qu’elle étudie au Centre de céramique Bonsecours à Montréal. Elle y développe alors un intérêt marqué pour la porcelaine et les cuissons de haut feu.

Quelques années plus tard, elle entreprend un voyage de six mois au Japon, dans le but d’en apprendre davantage sur les types de fours à bois et les techniques de cuisson s’y rapportant. Ce voyage lui permet d’apprécier les objets du thé de façon beaucoup plus approfondie. Elle découvre également que l’objet céramique, œuvre de l’artisan, est omniprésent dans la société japonaise et elle se laisse imprégner par leur façon d’aborder la matière et de la transformer. C’est dans cet esprit qu’elle élabore une série d’objets destinés à la dégustation du thé.

La forêt est pour elle une source d’inspiration infinie: les arbres et leur présence si particulière, mais aussi le ciel sur lequel ils se découpent jour et nuit ainsi que les cours d’eau dans lesquels ils se réfléchissent. Son désir de se rapprocher de la nature lui a récemment fait quitter Montréal pour installer son atelier dans un petit village de la région de l’Estrie.

Les pièces qu’elle propose sont cuites au four à gaz, à haute température. Elle utilise des émails qui lui sont propres, fruit d’une longue recherche qui lui permet de créer un univers unique et personnel. Comme support, elle privilégie la porcelaine pour sa délicatesse, sa résistance ainsi que sa blancheur, qualités qui offrent à l’émail tout l’espace nécessaire pour raconter son histoire.

À propos de son travail, Julie explique: ” Un bol qui se moule à la paume de la main et qui s’harmonise parfaitement au contact des lèvres, pour livrer ses promesses d’arômes. Voilà toute la simple poésie d’une pièce de céramique. Les objets des arts de la table et du thé sont ceux que j’affectionne le plus, car leur présence nourrit notre quotidien.”

Les pièces de Julie seront présentées durant les mois de février et mars dans nos boutiques du Nouvo St-Roch à Québec et du Quartier Latin à Montréal. Vous pourrez également vous les procurer directement sur notre tout nouveau site web. L’amateur de thé en vous ne pourra résister à l’envie de s’offrir ces pièces uniques, faites avec passion, au Québec.

théières de Julie Lavoie

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter