Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Voyages 2018 : les plans de nos dégustateurs

20 mars 2018

10404482_10204527569046887_8788738036204053126_n
Dès la fin du mois de mars, les quatre experts dégustateurs du Camellia Sinensis partiront sillonner les terroirs d’Asie afin de rapporter les meilleurs crus de thés, rencontrer nos précieux producteurs et mettre en place de nouveaux projets.
Kevin Gascoyne
C’est du 28 mars au 14 mai que Kevin quittera pour l’Inde, le Népal et le Sri Lanka. Kevin débutera son voyage annuel à Calcutta, avant de se diriger vers les Himalayas, puis à Darjeeling, afin de dénicher les meilleurs lots First Flush l’année. Il visitera également l’un de ses jardins favoris, celui du Jun Chiyabari, au Népal, puis ira à la rencontre du producteur du thé de base pour notre populaire Earl Grey, Puttajhora, avant de se rendre dans le sud de l’Inde pour visiter notre nouveau projet, le Tea Studio (détails à venir!). Il terminera son voyage annuel au Sri Lanka pour visiter quelques producteurs. Cette année, Kevin sera accompagné de François-Napoléon, assistant-gérant de la boutique du Quartier Latin. Saura-t-il garder la vitesse de Kevin, qui entame son 25e voyage en Inde? C’est à suivre!
François Marchand
Du 8 au 26 avril, c’est accompagné d’une invitée bien spéciale que François partira sillonner la Chine cette année : Leika, sa fille de 11 ans. Si de son côté François se mérite sans aucun doute le titre de “père de l’année” (!), il en profitera pour aller remettre un certificat d’excellence à l’un de ses producteurs préférés, M. Ye, qui produit le Tai Ping Hou Kui. Il se rendra aussi chez Mme Zhang, l’une de nos potières chouchous depuis 4 ans, avec qui il discutera glaçures et nouveaux objets. François et Leika nous promettent plusieurs capsules et reportages, afin de nous partager plusieurs découvertes.
Jasmin Desharnais
Du 9 au 30 avril, dans le cadre de son 16e printemps sur la route du thé en Chine, Jasmin a choisi un itinéraire diversifié au niveau des régions visitées. Il débutera son périple annuel en explorant les accessoires dans le nord du pays, plus précisément pour les objets de verre. Son séjour se poursuivra dans l’est, à la recherche des meilleurs crus de thés verts, blancs et noirs. Il finira dans le centre ouest de la Chine dans la province du Guizhou où il donnera une conférence à l’université du thé du Guizhou.
Hugo Americi
Pour son 10e périple à Taiwan, Hugo a choisi d’emmener Manuel, gérant du salon de thé de Montréal du 3 au 19 mai. Il aura donc le plaisir de découvrir l’île pour la première fois, et d’accompagner Hugo lors des rencontres avec les divers producteurs. Ils se rendront par la suite en Corée du Sud pour la toute première fois. Si nous avons reçu plusieurs échantillons de thé au fil des ans, c’est un pays qui demeure un mystère pour nous. Est-ce que les thés en valent la peine? C’est ce qu’ils iront découvrir!

Inde Népal 2016

20 avril 2016

IMG_0263

En arrivant en Inde un peu plus tard qu’à l’habitude, j’ai rapidement réalisé que j’avais calculé mon voyage un peu juste. Les premières récoltes avaient commencé une semaine plus tôt et j’avais déjà manqué quelques bons thés. La pluie ayant amorcé la poussée printanière dans les jardins, le climat était redevenu rapidement sec. Ce stress providentiel avait naturellement favorisé la qualité des lots hâtifs.

IMG-20160331-WA0021

La précipitation suivante avait balayé une vallée puis s’était transformée progressivement en une grêle redoutable en poursuivant vers l’est, laissant quelques jardins fortement endommagés (voir la carte des jardins). L’étendue des dégâts a ainsi réduit au silence les jardins de Risheehat, Arya, Happy Valley et des sections de Orange Valley jusqu’aux récoltes de fin d’été. Malgré que les tempêtes de grêle deviennent de plus en plus fréquentes en cette saison, celle-ci fut la plus importante des dernières décennies.

Mon tour annuel de la région de Darjeeling a donc débuté dans l’est près de la frontière bhoutanaise dans les jardins de Snowview/Kumai et Samabeong avant de filer droit vers Glenburn et Namring. Je les ai trouvé tous en pleine activité de plantation, surtout du côté de Namring où plusieurs hectares de vieux plants d’assamica avaient été déracinés et remplacés par le populaire cultivar moderne AV2. J’y ai aussi déniché un délicieux lot classique issu d’une de leurs vieilles sections au sommet du jardin.

Thurbo était ma prochaine destination. L’an dernier, Camellia Sinensis avait reconnu l’excellence de son superintendant, JD Rai, qui nous produit, avec constance depuis quelques années déjà, un thé parmi les plus prisés de notre collection. Cette année, deux lots exceptionnels seront dans nos menus, dont une édition spéciale très limitée. J’ai profité de ma visite pour présenter à l’équipe du jardin le documentaire de La semaine verte filmé l’an dernier et dans lequel ils étaient tous présents, particulièrement le gérant Parminder Singh.

IMG_0300

Kevin

Anji Bai Cha, les bonnes années comme les moins bonnes

25 avril 2014

IMG_1803

Je me suis réveillé ce matin à Deqing en sachant que la route me séparant de la dégustation de mon thé préféré serait courte! J’avais aussi très hâte de retrouver la famille Yang avec qui j’ai une superbe connexion depuis 10 ans.  Je pouvais donc commencer à compter les minutes en chemin avec en tête le plaisir que j’aurais de me tremper les lèvres très bientôt dans un verre de Anji Bai Cha tout frais!

IMG_0304

Quelle déception j’ai ressenti lorsqu’on m’a appris que la récolte du printemps 2014 était l’une des pires depuis le début de l’histoire de ce thé, il y a une vingtaine d’années. La température trop élevée des dernières semaines, au moment où les jeunes pousses se déployaient, a engendré une production de feuilles plus grandes et plus foncées qu’à l’habitude et ce, sur des théiers déjà affaiblis par la sécheresse de la canicule de l’été dernier (que j’ai subie lors du tournage de La semaine verte).

J’ai donc goûté les thés récoltés de la fin mars jusqu’à celui fait la veille même de mon passage. Il y avait quand même de bons thés mais je me suis demandé quels seraient leurs prix. Mme Yang, me regardant un peu anxieuse de voir ma réaction, m’a tout de suite dit que ça serait moins cher cette année.  WOW!  Pour la première fois, je n’avais pas à lutter en expliquant qu’il était normal qu’une qualité moindre ne vaut pas le même prix qu’une qualité supérieure! J’ai donc mis la main sur un thé d’un super rapport qualité/prix : un Anji Bai Cha à 22 $ du 50g!

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter