Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Goûter au maocha

4 novembre 2010

vieux-théier-yunnan

Après avoir fait subir aux feuilles de théier une transformation grossièrement similaire à celle du thé vert, on obtient un thé cru en feuille libre qui est utilisé pour produire des thés postfermentés ( 黑茶 ). On appelle cette matière première le maocha ( 毛茶 ). Ce matériel organique n’a pas encore subi de vieillissement et n’a pas encore été compressé en galettes ou en briques (ou autres formes), comme c’est souvent le cas pour les thés Pu er ( 普洱市 ), afin de faciliter conservation et entreposage.

Il est possible de goûter à ce thé brut à la Maison de thé Caméllia Sinensis. Nous en avons ramené de Chine en 2009; il s’agit du Pu Er 2009 Mengsong Maocha. Ce thé est constitué à 100% de feuilles cueillies à la main sur des théiers de plus de cent ans. Ces feuilles proviennent exclusivement de Mengsong ( 勐宋山 )(l’une des célèbres montagnes du Xisuangbanna ( 西雙版納 ), une des régions les plus réputées de la province du Yunnan ( 雲南 ) pour le thé Pu er ( 普洱茶 )) et ont été achetées au village même par notre équipe d’importateurs-dégustateurs. Traditionnellement, c’est sous cette forme que les villageois consomment le thé depuis des centaines d’années, et ce, tout simplement en ajoutant de l’eau chaude à un gobelet de métal dans lequel on a mis une poignée de feuilles.

Ce maocha est très différent d’un thé vieilli à maturité. Offrant une liqueur d’un jaune dorée plus douce et délicate, il est jeune et plus vert. Sucré, très fruité et avec une longueur vaporeuse, mentholée et rafraichissante, il est doux et rustique en même temps. De frais parfums d’amandes et de fleurs sucrées introduisent une bouche, complexe et acidulée, d’abricot et d’agrumes contrastés par des notes de camphre et de cuir… Un thé qui n’est pas sans me rappeler les Wulong (烏龍茶) chinois de type Dan Cong ( 單叢 ) et les Darjeeling 1st flush indien.

Nous avons également fait compresser des galettes de 250 grammes du maocha que nous avons acheté à Mengsong et déjà, il est sensiblement différent de sa version en feuille libre. Je vous invite à en faire la comparaison…

Bon thé!

-

  1. nikosan a dit:

    Ce petit texte introduit bien le maocha, et donne vraiment envie d’y gouter dans sa forme originel !!!
    Bonne continuation,

    nikosan

  2. Blogue du dégustateur de thé  | Camellia Sinensis a dit:

    [...] fraîchement sélectionnés des différentes montagnes de la région. Les gaiwans sont remplis de maocha qu’elle rince deux fois, et les infusions se succèdent sans laisser nos tasses vides plus de [...]

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter