Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

L’arrivage des Cinq Fantastiques et du Merveilleux Imposteur

8 avril 2009

De gauche à droite, de haut en bas:

Les Pu Er 1986 Yiwu (sheng), 1995-A (sheng), 1997-B (sheng),

1998 Tuo Cha (shou), 1999 vieux théier (shou)… et le Liu Bao 1970′s Guangxi 6608.

 

Viennent s’ajouter à notre sélection et au récemment arrivé et splendide Pu Er 1974 Menghai, cinq nouveaux Pu Er de très belle qualité et une surprise de taille, le Liu Bao, thé post-fermenté et vieilli tout comme les Pu Er, mais provenant d’une autre province de Chine: le Guangxi. Ces six millésimes, datant déjà de plusieurs années d’entreposage dans des conditions optimales de vieillissement, possèdent un degré de maturation avancé leur permettant de vous offrir une dégustation de leur plein potentiel. Nous nous sommes bien sûr fait un grand plaisir de les tester à leur réception en boutique… et quelles merveilles! Que cela soit les sheng, les shou ou ce surprenant Liu Bao, ils nous ont tous ravis par leur complexité, les subtilités de leurs arômes et la générosité qu’ils possèdent aux infusions multiples. Avec leur arrivée dans notre carte, afin de rendre disponible à quiconque les plus onéreux d’entres eux, a vu le jour la possibilité de s’offrir la quantité minimale de 10 grammes pour certains de ces crus. Je vous conseille donc d’aller visiter les fiches techniques individuelles de ces 6 nouveaux thés pour une description détaillée de chacun d’eux… Bonne semaine à vous!

 

  1. Sophie a dit:

    Lors de la soirée thématique liée aux Pu Er sheng et shou, hier, j’ai eu le privilège de goûter à ce Liu Bao 1970′s Guangxi 6608, surnommé l’Imposteur. Alors que les autres Pu Er dégustés avec les très charmants et généreux Jonathan et Sébastien, responsables de l’activité, ont suscité leur lot préalable et enthousiaste de « écorce sucrée et humide par une chaude journée d’été », « feuilles d’automne », « terre et minéraux », « pelures d’agrumes », « ambiance de spa », et autres, l’Imposteur a décidé de faire cavalier seul et de jouer aux intrigants. Les réactions spontanées suscitées par les Pu Er authentiques ont fait place à un silence attentif. Les effluves évanescents de l’Imposteur sont venus nous titiller, dès la première infusion, avant de disparaître dans un jeu de cache-cache sans cesse renouvelé. D’une infusion à l’autre, nous étions curieux et d’autant plus motivés à mettre le grappin sur ce qui nous échappait et semblait se rire de nous. Mais ce thé est demeuré un intéressant mystère même après plusieurs décoctions en chung. Un Imposteur fort intriguant. Une soirée des plus agréables. Et après avoir bu autant de thé, une parfaite nuit blanche. Mais ça, c’est une autre histoire… :-)

  2. Daniel a dit:

    Merci Sophie pour se témoignage des plus vivants relatant et votre expérience par rapport aux nouveaux Pu Er mais aussi celle de votre présence à la rencontre thématique… J’ai presque failli y être ce soir là, je sens que j’ai manqué là quelque chose de précieux!

  3. Vincent a dit:

    Salut Daniel,
    J’ai acheté 3 de ces thés et les apprécie beaucoup, surtout le Yiwu 1986. Une seule petite note discordante qui n’a rien à voir avec les thés mais plutôt avec vos nouveaux sacs. Peut-être est-ce seulement une batch ou étaient-ils fraichement sortis de la boite mais toujours est-il que l’odeur de plastique et d’impression (l’encre) est très présente, au point où lorsque j’ouvre les sacs pour laisser dicter mon nez quant à savoir quel thé je boirai, je ne sens rien qui se rapproche de l’odeur d’un thé mais seulement du plastique. Dommage puisqu’il me semble que la version précédente des sacs ne présentait pas ce problème. Cela dit, vos sacs sont très beau, surtout l’endos vert et jaune et mon commentaire se veut constructif.

    Dans un autre registre, si tu parts toujours, il me semble que c’est très bientôt et je te souhaite donc bon voyage, bonne exploration. Ultreia comme on dit sur le chemin de Compostelle!

    Vincent

  4. Daniel a dit:

    Salut Vincent!
    Merci pour les voeux de bonne route, c’est gentil, je pars en effet d’ici quelques semaines… Je reviendrai avec plein de trucs à raconter et continuerai même pendant les mois de mon absence du sol québécois à poster des messages sur ce blogue! Le thé me suivra évidemment partout sur ma route!
    Quant aux sacs, j’avais moi aussi remarqué ce détail d’une grande importance… cela dit, l’imprimeur nous a assuré que l’odeur devrait disparaitre au cours des semaines suivant la fabrication des sachets et que c’est simplement parce que l’encre doit sécher comme il faut avant que l’odeur s’en dissipe. Il faudra vérifier bientôt si cela est vrai… à suivre! Merci pour ton message!

  5. Hugo Americi a dit:

    Bonjour à tous,

    Nous avons eu une rencontre avec l’imprimeur aujourd’hui et l’encre appliqué sur les sacs est en bonne quantité (le noir), alors ils “sentent” un peu. Dorénavant, les sacs seront “éventés” avant d’être utilisé en boutique. Aussi, l’imprimeur à fait analysé en laboratoire, l’encre et les possibilités de transmission et il n’y a aucun problème de ce côté. C’est bon à savoir.

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter