Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

L’art de M. Kamada

2 septembre 2015

DSC_2472

Voici un texte tiré de notre livre Thé vert: à la rencontre d’un art millénaire récemment traduit en anglais “Green Tea: The Quest for Fresh Leaf and Timeless Craft’’.

M. Kamada pratique l’art de la poterie depuis une quarantaine d’années. Il a consacré l’essentiel de son travail à développer une vision moderne et originale du style tenmoku, qui remonte à la dynastie chinoise des Song (960-1279) et qui fut introduit au Japon au XIIIe siècle par des moines bouddhistes.

Aujourd’hui, M. Kamada est l’un des rares céramistes japonais qui ont voué leur vie à la recherche historique et à la production de poteries de style tenmoku. Les fascinants effets de glaçure et la qualité générale de ses œuvres en ont fait l’un des potiers les plus respectés de Kyoto. Ses œuvres sont exposées dans les galeries les plus prestigieuses du Japon et, depuis 2005, ses plus récentes réalisations font partie des collections permanentes du Musée d’art métropolitain de New York.

Lorsque nous avons eu la chance de rencontrer M. Kamada, nous en avons profité pour lui poser plusieurs questions sur ses méthodes de travail et sur l’art de la poterie.

M. Kamada et ses oeuvres

ENTREVUE AVEC M. KAMADA, POTIER À KYOTO 

M. Kamada, après plus de 40 ans de métier, vous avez sûrement développé une approche personnelle de la poterie. De quoi avez-vous besoin pour travailler ?

J’ai seulement besoin de concentration et d’un espace approprié. 

Qu’est-ce qui vous influence, vous motive dans votre travail ?

Auparavant, j’étais inspiré et influencé par la grande céramique ancienne. J’ai mené des recherches à ce sujet, mais reproduire ce genre de poterie n’est plus un objectif. Aujourd’hui, je suis inspiré davantage par d’autres

formes d’art ou par la nature. Mon intérêt premier est de produire des œuvres originales de style tenmoku. Je suis excité quand un musée ou que le Nihon Kogei Kai (Corporation des artistes du Japon) me propose d’exposer mes pièces. C’est très stimulant de pouvoir montrer de nouvelles œuvres.

D’après vous, quelles sont les qualités d’un bon potier ?

D’après moi, toujours aller de l’avant est la meilleure attitude. J’apprends beaucoup de mes erreurs. La plupart du temps, j’obtiens de bons résultats par chance. Par exemple, j’ai beau chercher à contrôler la glaçure, les effets sont toujours différents. 

Comment voyez-vous l’art de la poterie au Japon aujourd’hui, par rapport à l’époque où vous avez fait vos débuts ?

Quand j’ai commencé ma carrière, il y avait beaucoup de jeunes potiers et
cet art était très vivant. Depuis lors, la poterie s’est grandement diversifiée. Aujourd’hui, on s’attarde de plus en plus sur le design. Il semble que le caractère original d’une pièce de poterie n’a plus la même valeur. Les consommateurs du monde entier peuvent en acheter sur Internet sans même les toucher. Dans un monde idéal, je souhaiterais que les gens aient la chance de pouvoir toucher et admirer les poteries avant de les acheter. 

D’autres pièces de M Kamada sont aussi disponibles dans notre boutique de la rue Émery à Montréal et dans celle de Québec.

Demandez à nos conseillez de vous les montrer lors de votre prochaine visite. Contemplation inoubliable assurée!

La passion du feu de Matthieu Huck

2 avril 2013

Chawan signé Matthieu Huck La cuisson au bois est la plus ancestrale des méthodes de cuisson de l’argile. Elle engendre sur les pièces des nuances uniques de couleur et de texture grâce entre autres à la flamme, à la cendre et aux caractéristiques propres du four et du bois utilisé. Matthieu Huck partage son expérience.

Fasciné dès le début de sa carrière de céramiste par l’art du feu, Matthieu Huck oriente rapidement ses recherches vers la théière et le bol à thé. Explorant d’abord leur potentiel sculptural, il se concentre bientôt sur les aspects fonctionnels de ces objets empreints de noblesse. Depuis 2005, la cuisson au bois est devenue indispensable à son travail. Approfondissant d’abord ses connaissances auprès de céramistes d’expérience, il s’installe en 2009 à la campagne et construit son propre four à bois.

«Mon intérêt pour cet art du feu est animé par l’action des flammes, l’atmosphère changeante du four et les dépôts de cendres de bois sur les pièces. Les résultats sont marqués par des nuances variées, créant un décor naturel, minéral et unique… Chaque cuisson est une aventure durant laquelle se produit une communion entre les participants, entre eux et avec le four.»

Les pièces qu’il produit au four à bois, fabriquées de grès ou de porcelaine, sont principalement destinées au thé. Une cuisson dure environ une vingtaine d’heures, pour atteindre 1300 degrés Celsius. Elle requiert une grande quantité de bois, une attention constante et une préparation minutieuse. Les pièces, avec ou sans glaçures, doivent être enfournées avec précision suivant les résultats recherchés.

Matthieu HuckDiplômé du Centre de céramique Bonsecours de Montréal en 2003, Matthieu Huck poursuit sa formation grâce à de nombreux échanges avec différents céramistes de renom (Gilbert Poissant, Québec; Jeff Shapiro, É.-U.; Claude Champy, France). Spécialisé dans le tournage de production, il cumule aussi les expériences de cuisson dans les fours à bois d’autres potiers.

Récipiendaire de plusieurs prix, bourses et mentions, il reçoit, en 2011, le grand prix Chawan décerné par l’école de cérémonie du thé Urasenke de Montréal dans le cadre de l’exposition 1001 POTS, ainsi que le premier prix dans la catégorie « Jarre à thé vieilli » du concours TERRE & THÉ de la maison de thé Camellia Sinensis.

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les deux mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter