Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Une constante recherche d’équilibre

20 octobre 2015

A0007701

Myriam Bouchard se consacre à la céramique depuis une dizaine d’années. Elle a d’abord été designer graphique pendant vingt ans, période durant laquelle elle a collectionné avec passion des pièces de céramique. Elle en a fait un métier en se formant par de nombreux stages avec des céramistes en France, aux États-Unis et au Québec.

Myriam aime le contact avec l’argile; ce médium aux possibilités infinies est celui qui correspond le plus à sa sensibilité. D’abord centré sur les objets de la table fabriqués au tour, son travail a pris un virage plus sculptural depuis cinq ans. Elle travaille avec différents types de cuisson : au bois, au gaz et électrique.

« J’aime les belles surprises quand j’ouvre le four, notamment quand je travaille en réduction d’oxygène (au four à bois ou au four à gaz), les surfaces s’animent sans qu’on ne puisse prévoir exactement les résultats, c’est la beauté de cet art. »

Myriam Bouchard-157Elle est touchée par la céramique japonaise, notamment par la façon dont les jeunes céramistes japonais allient le design moderne et la cuisson traditionnelle au four Anagama. Myriam adore faire les bols à thé et c’est souvent avec eux que la céramiste développe les glaçures qu’elle transpose ensuite sur ses grandes pièces. Elle a autant de plaisir à concevoir un bol à thé qu’une grande pièce: «Je retrouve un côté méditatif à m’installer au centre de l’atelier, à travailler un bol sur une tournette avec une musique qui me transporte».

Toujours très préoccupée par l’ergonomie du bol, elle le soupèse et le sculpte à plusieurs étapes du séchage jusqu’à ce que le poids soit balancé et que le bol soit confortable entre les mains. Elle porte également une attention particulière à la lèvre, pour que le bol soit agréable, que le thé se boive bien.

« Mon plaisir est vraiment de faire évoluer ma céramique, de toujours explorer de nouvelles pistes. Je fais un tri à chaque cuisson et je mets sur le marché seulement les pièces qui répondent à mes critères. Je ne vise pas la quantité, je suis heureuse avec une petite production, ça correspond pour moi à un rythme de vie calme qui me convient. »

Elle a remporté le premier prix à Carac’Terre et le deuxième prix à 1001 pots lors du concours Terre et Thé 2015, catégorie Chawan.

CÉRAMISTE D’ICI

Faites la rencontre d’artisans du Québec qui se passionnent pour les objets et l’art du thé. Tous les quatre mois, les pièces d’un créateur différent seront présentées dans cette vitrine unique, vous permettant d’apprécier la qualité et la formidable diversité du travail des céramistes d’ici.

Shino : élégance abstraite

19 juillet 2013

Cette année, lors de notre voyage au Japon, un de nos objectifs était de découvrir la céramique de style Shino, une technique ancienne qui date du 16e siècle. Nous avons donc orienté nos recherches dans la région de Mino et c’est dans la petite ville de Mizunami que nous sommes allés rencontrer M. Kawaguchi dans son atelier.

M. Kawaguchi

Artisan potier depuis plus de 30 ans, il fait sa propre argile avec la matière brute locale qui vient de Toki. En effet, la terre dense et réfractaire de la région est d’une qualité exceptionnelle et très appréciée des potiers. Ainsi, il tourne chacun de ses bols sur un tour à potier. Les formes sont généralement massives, cylindriques et asymétriques comme le veut la tradition du Shino. Une fois les pièces sèches et émaillées, c’est au tour du feu de faire son travail.

Le céramiste nous invite donc à visiter son four à bois de type Anagama, qu’il a lui-même construit. Son four est impressionnant à voir de par sa masse imposante et sa haute cheminée. Lors d’une cuisson, qui dure en général une semaine, la température du four peut s’élever jusqu’à 1300 C. Une fois la cuisson terminée, le refroidissement des pièces peut s’étaler sur plusieurs jours selon la saison.

Ainsi, c’est au défournement que M. Kawaguchi découvre les pièces Shino avec leurs caractéristiques bien à elles. Une glaçure épaisse qui se dévoile différemment sur chaque bol, passant du blanc laiteux au gris charbon pour aller vers le rouge-orange vif. On peut aussi remarquer de petits trous sur la surface des pièces, une qualité que favorisaient les grands maîtres de thé de l’époque et qu’ils ont nommés yuzuhada ou « peau de citron ».

Les pièces Shino sont donc le résultat d’un long processus et la rencontre avec ce maître potier nous aura permis de comprendre la complexité de ces œuvres et d’en apprécier leur valeur. Des formes imparfaites, une trace de flamme, un dépôt de cendres, une glaçure légèrement craquelée dans laquelle les tanins du thé viendront se déposer au fil du temps…

Ces pièces de feu uniques sont récemment arrivées dans nos boutiques, venez les découvrir!

Catherine-Emma

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter