Blogue du dégustateur de thé  | Camellia Sinensis Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Voyages 2018 : La Chine centrale avec François

6 juillet 2018

Chine-2018-4

Du 8 au 26 avril dernier, c’est accompagné d’une invitée bien spéciale que François partait sillonner la Chine cette année : Leika, sa fille de 11 ans. Si vous n’avez pas eu la chance de suivre leurs photos et vidéos loufoques sur nos réseaux, voici un aperçu de leur séjour en Chine centrale.

Du nouveau

Dans le comté de She Xian, dans un petit village en montagne à 2h de route de Huangshan, François et Leika ont eu le plaisir de visiter M. Pan pour la toute première fois. Une rencontre impressionnante, puisque M. Pan s’occupe lui-même de la transformation manuelle au feu de bois, accompagné de sa femme qui se charge de la cueillette. Une petite équipe dédiée, qui peut préparer un maximum de 1kg par jour.

Son Ding Gu Da Fang a retenu notre attention et s’ajoute cette année à notre carte! Un thé qui saura plaire aux amateurs de Long Jing tant par sa forme que par son goût!

Chine-2018

Coup de coeur

Le Wei Shan Mao Jian est de retour cette année avec sa certification biologique. Bien que le jardin de M. Wang était techniquement biologique depuis plusieurs années, il avait dû le faire ré-approuver suite à des changements de certification en Chine – un processus qui a tardé plus de 2 ans! Nous sommes bien heureux de pouvoir enfin l’annoncer. Un thé aux notes de légumes verts, de beurre et de fleurs des champs. Sublime!

Alors qu’il procédait à la dégustation comparative du Wei Shan Mao Jian, François a eu un coup de coeur pour le grade 1. Exceptionnel cette année, il n’a pas pu empêcher de vous le faire découvrir!

Objets et accessoires

François et Leika ont également passé du temps avec l’une de nos potières chouchous, Mme Zhang. Elle travaille entre autres sur une nouvelle théière qui arrivera cet automne, ainsi que sur une ancienne théière de gros format que nous avions adoré.

Fait intéressant : Mme Zhang n’a pas de majeure en porcelaine – c’est suite à des études en publicité qu’elle a pris la route vers Jingdezhen et a choisi de s’y installer. Elle travaille donc davantage le design des objets alors que son partenaire s’occupe de l’aspect technique. Elle puise son inspiration dans la nature, dans ses formes et ses couleurs, afin de créer ses oeuvres.

Prix d’excellence

C’est à M. Ye, producteur de notre Tai Ping Hou Kui, que revenait l’honneur de recevoir la certification d’excellence cette année. François et Leika ont eu le plaisir de lui remettre, et de revoir son fils de 10 ans, que François a vu grandir à chaque année depuis sa naissance.

Chine-2018-2

Mentions spéciales

Le Lu An Gua Pian et le Yong Xi Huo Qing sont particulièrement délicieux cette année!

Bonnes découvertes!

Thés verts chinois : une source inépuisable de découvertes!

18 février 2018

unnamed-3

Les thés verts sont les plus populaires en Orient. En Chine seulement, on en compte plus de 1500 variétés! En effet, la diversité des thés verts chinois est phénoménale. Des siècles de culture ont permis d’en diversifier la palette aromatique. De l’amertume des petites feuilles torsadées au doux parfum des feuilles d’exception, le thé vert s’y décline en plus de mille variétés.

Pour nous qui explorons chaque année de nouvelles régions productrices de thé vert, la Chine est une source inépuisable de découvertes. Chaque région possède sa spécialité et chaque artisan, sa méthode. Les grands crus sont nombreux et légendaires.

Xin Yang Mao Jian, Long Jing Shi Feng, Tai Ping Hou Kui – voilà des thés issus d’une riche et longue histoire. Les Chinois en sont fiers et la demande pour des thés verts d’exception est de plus en plus forte. De nombreux thés verts issus de nouveaux cultivars, tel l’Anji Bai Cha, font leur apparition. La production augmente chaque année et l’intérêt pour ces nouveaux crus ne se dément pas. Le thé vert, en Chine, est extraordinairement vivant.

unnamed-4

Voici quelques-uns des favoris de l’équipe :

Lu An Gua Pian : ses belles feuilles torsadées aux accents bleutés sont récoltées à la main une à une dans la région de Anhui. Vivifiant et fin, ce thé à la dominance végétale est digne de son titre de grand cru de Chine.

Xin Yang Mao Jian : ce thé renommé est issu d’une cueillette fine constituée de délicats bourgeons. Un thé tonifiant et généreux, au parfum rappelant le litchi, qui laisse une longue persistance en bouche.

Du Yun Mao Jian : un excellent thé de tous les jours, aux francs parfums végétaux (épinards fris) et iodés. La liqueur jaune clair légèrement voilée est vive et sucrée, complétée par d’agréables accents fruités (melon) et légumiers.

Huo Shan Huang Cha : envie d’essayer un thé plus marginal? Ce thé jaune déploie son éclatant caractère végétal (oseille) en accord avec ses notes de noix grasse et de biscuits au beurre. De généreux tanins accompagnent sa profonde finale, nuancée par de fins accents floraux.

Lexique du dégustateur du thé

5 décembre 2017

IMG_6109

Un thé aigu, une liqueur mordante, un parfum opulent… Démystifiez le langage imagé du thé à l’aide de notre lexique de la dégustation. Une excellente manière d’enrichir votre vocabulaire et mettre les bons mots pour décrire vos thés favoris.
AIGU : Caractère vif, légèrement acide, étroit, incisif ; peut être fin ou robuste.
AMPLE : Texture ronde, liqueur pleine, d’une bonne longueur en bouche. Un bon exemple : le Gaba Cha.
ÂPRE : Provoquant une sensation astringente, rude et rêche.
AQUEUX : Dont la texture a la consistance de l’eau.
AROMATIQUE : Riche en arômes, très parfumé. Un bon exemple : le Dong Ding de M. Chang.
ASTRINGENT : Caractère âpre, dur ou corsé, responsable d’une sensation d’assèchement dans la bouche.
CAPITEUX : Riche et complexe.
CHALEUREUX : Liqueur ronde, sans acidité, réconfortante. Un thé aux notes chaleureuses : le Bai Hao.
CHARPENTÉ : Liqueur bien structurée, tannique, corsée sans être rêche, pleine et forte.
COMPLEXE : D’une grande richesse aromatique, possédant plusieurs qualités subtiles. Un thé qui nous charme par sa complexité : le Rou Gui Da Wang.
CORPS : Se dit d’une texture offrant une bonne présence, qui tapisse bien la bouche.
CORSÉ : Qui a du corps.
COULANT : Caractère d’une liqueur souple, lisse et ayant peu de corps. Un thé à la liqueur coulante : le Tai Ping Hou Kui.
COURT : Qui possède des arômes ou des saveurs qui s’éteignent rapidement.
CRU : Caractère d’une liqueur quelque peu acide.
DOUX : Soyeux, souple, velouté, sans astringence, parfois associé à sucré. Un thé doux particulièrement délicieux en accord avec le scotch : le Du Yun Hong Cha.
FINESSE : Léger, raffiné.
FRAIS : Caractère d’une liqueur qui donne une sensation de fraîcheur, parfois un peu acidulée. Un bon exemple : Anji Bai Cha.
FRANC : Caractère bien marqué, qui s’affirme instantanément.
GÉNÉREUX : Soutenu par une richesse aromatique intense.
INTENSE : Présence forte, puissante.
JEUNE : Définit un caractère un peu vert, sans maturité, parfois légèrement acide.
LÉGER : Souple et sans corps.
LISSE : Texture légère, sans rugosité.
LONG : Qui possède une longue persistance ; qualité d’une liqueur bien structurée.
LOURD : Parfum dont la présence se situe en fond de bouche, dense.
MORDANT : Définit une sensation astringente, acide et forte. Un Pu Er à la liqueur légèrement mordante : le Pu Er 2016 Yiwu Sheng Tai.
NERVEUX : Caractère légèrement acide, sans souplesse.
ONCTUEUX : Texture épaisse, moelleuse, très ronde. Le Ali Shan: un exemple de wulong onctueux.
OPULENT : Parfum riche, rond et capiteux. Un thé à la liqueur opulente et sublime : le Mei Zhan Zhen.
PERSISTANCE : Caractérise un arôme qui possède une bonne longueur en bouche.
PLEIN : Qualité d’une liqueur qui offre une bonne persistance, qui remplit bien la bouche. Un bon exemple : le Népal Jun Chiyabari automnal.
PUISSANT : Qui a beaucoup de force, corsé.
RAFFINÉ : Qui possède une finesse, une subtilité.
RÂPEUX : Caractère d’une liqueur trop astringente et désagréable.
ROBUSTE : De forte constitution, qui a beaucoup de corps, puissant.
ROND : Définit une liqueur souple et soyeuse, peu tannique, qui remplit bien la bouche. Le Sun Moon Lake T-18 est un bon exemple d’une liqueur ronde.
SOUTENU : Arôme dont la présence est persistante.
SOYEUX : Se dit d’une liqueur dont la texture est souple et huileuse.
SUBTIL : Raffiné et complexe.
TANNIQUE : Se dit d’une liqueur bien charpentée, qui donne une agréable sensation d’astringence.
VELOUTÉ : Dont l’épaisseur rappelle le velours. Une infusion veloutée : le Kabusecha Tamakado.
VIF : Possédant une grande fraîcheur avec une pointe d’acidité.

À la recherche du Tai Ping Hou Kui

14 octobre 2014

DSC_0094

Tout dégustateur de thé rêve de trouver un jour, dans une région reculée, une plantation de thé pratiquement inaccessible, où serait produit un thé exceptionnel. La découverte du Taiping Hou Kui fut pour nous une expérience de cette envergure.

Il faisait partie de notre liste des « thés à trouver » depuis nos toutes premières explorations au début des années 2000. Nous savions qu’il existait, nous connaissions sa province de production (Anhui), mais nos recherches demeuraient infructueuses.

Lorsque nous avons su le chemin à suivre pour se rendre sur les lieux de production, par l’entremise de M. Xie, notre producteur de Huang Shan Mao Feng, nous avons compris pourquoi il avait été si difficile de les trouver par nous-mêmes : aucune route ne mène aux plantations!

À partir de chez M. Xie, il nous a fallu plusieurs heures de voyage sur des chemins de campagne avant de nous arrêter au bord d’une rivière. Là, nous apprenons que les plantations ne sont pas accessibles en voiture et que nous devons continuer notre périple en bateau. L’idée de découvrir enfin le terroir de ce thé fameux rend notre excitation palpable. Il semble que nous nous dirigeons dans un lieu encore plus isolé que nous le pensions.

L’eau de la rivière est calme et miroite la majestueuse chaine des Huang Shan qui l’entoure. Dans ce paysage éblouissant, la traversée en bateau dure près d’une heure et nous mène au terroir d’origine du Taiping Hou Kui, l’un des plus beaux sites que nous avons eu la chance de visiter au cours de nos explorations. Les quelques jardins de thé en bordure de la rivière resplendissent d’un vert impérial…

M. Ye, le producteur que nous y avons rencontré appartient à une lignée de cultivateur qui produit du thé depuis 5 générations. Les théiers de ses jardins sont les mêmes depuis le début de cette plantation familiale. À l’image des autres familles du village, il produit dans une petite fabrique à l’arrière de sa demeure, un thé qui se distingue par ses feuilles aplaties d’une longueur moyenne de 6 cm. Pour parvenir à cet étonnant résultat, M. Ye a recours à une méthode de transformation artisanale qui nous a complétement ébahi.

DSC_0070Une transformation artisanale

Le cultivar utilisé pour la production de ce thé possède de grandes feuilles qui sont cueillies et sélectionnées rigoureusement. Seulement le bourgeon terminal et les deux feuilles suivantes sont utilisés. On attend que les feuilles soient plus matures que pour la production de la plupart des thés verts chinois.

Après la cueillette, les feuilles sont triées puis envoyées à la dessiccation qui est faite manuellement. Les feuilles sont remuées dans la cuve pendant environ 5 minutes.

L’étape suivante, le roulage, consiste à disposer les feuilles une à une sur un grillage métallique de façon qu’aucune ne se touche. On dépose ensuite un second grillage par-dessus les feuilles. Les grillages sont placés sur une table en bois.

On installe alors un linge de coton sur le cadre puis on passe d’un geste vif et bref un rouleau sur le grillage à l’intérieur duquel se trouvent les feuilles.

Ensuite, on laisse les feuilles à l’intérieur de ce cadre pour le séchage final qui se fait au-dessus d’un feu de bois. Le séchage est progressif et dure environ 1 heure.

En raison de cette méthode de transformation entièrement manuelle et de la petite région de production, les Taiping Hou Kui authentiques sont rares. Même en Chine il est difficile d’en obtenir. Si, comme nous, certains sont friands de ses délicats arômes floraux, c’est aussi un thé que les Chinois ont l’habitude d’offrir en cadeau. La rareté et l’originalité de ses feuilles en fait un présent fort apprécié pour n’importe quel amateur.

Extrait de Thé Vert – à la rencontre d’un art millénaire.

 

Bonne nouvelle! Notre nouveau livre paraît bientôt!

30 octobre 2012

couverture du livre

Le deuxième livre de notre Maison de thé Thé vert, à la rencontre d’un art millénaire voit le jour! Entièrement consacré aux thés verts, il se présente sous la forme d’un adorable bouquin facile à feuilleter, où chaque page est une chronique sur les artisans, les terroirs et l’art du thé vert.

En voici un extrait en primeur! Bonne lecture et patience… Il sera sur les tablettes le 7 novembre!
Petit ajustement: Il serait déjà sur les tablettes de notre boutique du Quartier Latin!

À LA RECHERCHE DU TAI PING HOU KUI

Tout dégustateur de thé rêve de découvrir un jour, dans une région reculée, une plantation pratiquement inaccessible, où serait produit un thé exceptionnel. La découverte du Tai Ping Hou Kui fut pour nous une expérience de cette envergure.

Il figurait sur notre liste des « thés à trouver » depuis nos premières explorations. Nous connaissions sa province de production, mais nos recherches demeuraient infructueuses. Lorsque nous avons enfin su où aller, par l’entremise de M. Xie, producteur de Huang Shan Mao Feng, nous avons compris pourquoi nous n’avions pu le trouver : aucune route ne mène aux plantations !

À partir de chez M. Xie dans la magnifique province d’Anhui, il faut voyager sur des chemins de campagne avant de faire halte au bord d’une rivière. La suite du périple se fait en bateau.

L’eau de la rivière est calme et reflète les majestueux monts Huang Shan qui l’entourent. Après avoir navigué une heure dans ce paysage éblouissant, nous atteignons le terroir du Tai Ping Hou Kui, l’un des plus beaux sites que nous avons eu la chance de visiter au cours de nos explorations. Les quelques jardins de thé au bord de la rivière resplendissent d’un vert impérial.

M. Ye, le producteur que nous y avons rencontré, appartient à une lignée qui cultive le thé depuis cinq générations. Les théiers de ses jardins ont été plantés par ses ancêtres. Comme les autres familles du village, M. Ye travaille dans une petite fabrique derrière sa maison. Il produit un thé qui se distingue par ses feuilles aplaties d’une longueur moyenne de six centimètres. Pour parvenir à cet étonnant résultat, M. Ye emploie une méthode de transformation artisanale qui nous a complètement ébahis.


UNE TRANSFORMATION ARTISANALE Tai Ping Hou Kui 1

Le cultivar utilisé pour la production de ce thé possède de grandes feuilles qui sont cueillies et sélectionnées rigoureusement. Comme pour d’autres grands crus, seuls le bourgeon terminal et les deux feuilles suivantes sont utilisés. Mais, pour le Tai Ping Hou Kui, on doit attendre que les feuilles soient un peu plus matures.

Après la cueillette, les feuilles sont triées, puis envoyées à la dessiccation qui est faite manuellement. On remue les feuilles dans la cuve pendant environ cinq minutes.

L’étape suivante, le roulage, consiste à disposer les feuilles, une à une, sur un grillage métallique de façon qu’aucune ne se touche. On dépose un second grillage par-dessus les feuilles, et ces grillages sont placés sur une table en bois. On applique ensuite un linge de coton sur le cadre, puis, d’un geste vif et bref, on y passe un rouleau.

On laisse les feuilles à l’intérieur de ce cadre pour le séchage final, au-dessus d’un feu de bois. Le séchage est progressif et dure environ une heure.

En raison de cette méthode de transformation entièrement manuelle et de la faible superficie de ce terroir, les thés Tai Ping Hou Kui authentiques sont rares. Même en Chine, il est difficile d’en obtenir. Cette rareté et l’originalité de ses délicats arômes floraux en ont fait un thé que les Chinois ont l’habitude d’offrir en cadeau.

Tai Ping Hou Kui 2

Le bateau pour le Tai Ping Hou Kui – Thés de printemps 2011 (Chine)

10 mai 2011

bateau_tai_ping_hou_kui

Vendredi, dernière journée avec Anne et André, les gagnants du lot de la grande guignolée. Quoi de mieux qu’un petit tour en bateau pour une visite du Tai Ping Hou Kui? À notre grande surprise, ce qu’on croyait être des acheteurs de thé et des touristes embarquent par dizaines avec nous sur le bateau, ce qui déçoit un peu François qui est habitué d’être seul à se rendre dans ce coin de paradis. J’ai rarement vu autant de gens sur un même bateau! En arrivant au jardin du Tai Ping Hou Kui, on réalise, en parlant avec M. Ye – le producteur – que les gens sur le bateau sont tous des cueilleurs et des cueilleuses qui arrivent au village pour le début des récoltes au grand bonheur de François.

M. Ye est un homme de terrain, un paysan typé avec des mains qui nous le prouvent bien. La simplicité de ces hommes de passion est belle à voir. On goûte à un Tai Ping Hou Kui de premier grade tout juste transformé. J’ai pu voir le grand travail que ce thé exige. C’est une chose d’entendre François nous en parler, mais c’en est une autre de voir en personne le travail derrière ce beau grand thé. Les feuilles sont vraiment magnifiques. Belles, grandes et au goût délicat et délicieux. La finesse de ses arômes aux notes légèrement grillées fait de ce thé un excellent élixir du dimanche qu’on savoure avec attention et plaisir. Les prix sont chers, mais justifiés. François décide d’en acheter moins (5kg), mais de maintenir la qualité, parce que le Tai Ping Hou Kui est tout d’abord un thé artisanal destiné à offrir en cadeau et l’énorme travail que la transformation de ses hauts grades exige fait de lui un thé précieux aux qualités bien connues. Après une balade dans les jardins où la vue est stupéfiante, nous entamons le retour sur un bateau où nous sommes les seuls passagers. De retour à Tunxi, nous accompagnons Anne et André à l’aéroport et notre belle équipe se transforme en duo.

Josiane Monette

spacer

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter