Le Blogue des thés | Camellia Sinensis

Blogue

Wulong de Chine (3ème partie): le Tie Guan Yin de Anxi

20 février 2010

anxi-xiping

Les flancs montagneux de terre rougeâtre entourant le village de Xiping, près de Anxi, arborent la descendance du premier théier de la célèbre variété de wulong Tie Guan Yin qui y aurait été découvert par l’ancêtre de Monsieur Wei, notre cher producteur de Anxi Tie Guan Yin. Selon la légende, Guan Yin, la déesse de la miséricorde, aurait apparût en rêve à ce pieux personnage pour lui indiquer le lieu d’un trésor bien particulier… une simple petite pousse de théier qu’il se devait de faire croître et partager avec ses voisins en la multipliant. Ses feuilles étaient particulièrement aromatiques, aux tons de bronze et lourdes comme du fer, d’où le nom qu’on attribua à cette variété de théier: Tie Guan Yin (Déesse en fer de la miséricorde). Les habitants de la région tombèrent instantanément sous le charme de ses saveurs extraordinaires et tous les producteurs de thé se mirent à prospérer en le cultivant.

statue de guan yin dans les jardins M.Wei

Statue de la déesse Guan Yin dans les jardins de Monsieur Wei

Même si l’on cultive désormais des théiers du cultivar Tie Guan Yin dans plusieurs autres régions, dont au nord de l’île de Taiwan, Monsieur Wei fait quant à lui pousser ses théiers sur le lieu même de leurs origines. Ces derniers, âgés de 10 à 25 ans, sont disposés en terrasses, à une altitude de 300 à 800 mètres. Les cueillettes les plus prisées sont prélevées au printemps (fin avril/début mai) et à l’automne (fin septembre/début octobre), effectuées selon la méthode zhong kai mian, qui veut dire que l’on récolte les pousses lorsque la superficie foliaire de la première feuille en dessous du bourgeon est presque aussi grande que celle de la deuxième feuille. En plus du bourgeon, trois feuilles seront alors récoltées manuellement, idéalement entre 11 et 15 heures, alors que toute humidité causée par la rosée ou les brumes se sera dissipée des arbustes.

feuille TGY

L’aspect rougeâtre des jeunes feuilles du Tie Guan Yin

Si le Tie Guan Yin dans le style de “Anxi” est généralement trouvé sous sa version aux arômes très frais, légers et capiteux, herbacés et fleuris, cela étant dû à un faible taux d’oxydation des feuilles, il demeure que d’autres versions de la fameuse variété se retrouvent sous des variantes cuites ou plus oxydées (dont le Muzha Tie Guan Yin de Taiwan). Au marché du thé de Anxi, lieu où la majorité des Tie Guan Yin sont vendus, des centaines de personnes se présentent chaque jour pour venir goûter et acheter leur thé quotidien. Les arômes enivrants s’y mêlent à la rumeur de la foule et aux cliquetis du couvercle des zhongs…

marché du thé de Anxi

Le marché du thé à Anxi

ANXI TIE GUAN YIN, notes de dégustation: Aux creux de la main, les feuilles roulées du Tie Guan Yin composent un délicat camaïeu de vert. L’infusion nous enveloppe d’un capiteux bouquet printanier aux parfums de muguet, de jacinthe et de fleur de trèfle. En bouche, de douces notes végétales de coeur d’artichaut et de champignons frais précèdent la suave plénitude florale. La liqueur veloutée, très ample, s’enrichit de savoureux arômes de chair de courgette et de vanille. La longue finale conjugue le végétal et le floral dans une union rafraîchissante.



Si Ji Chun, “thé des quatre printemps”

3 décembre 2008

 

Au même titre que le “Cabernet Sauvignon” ou le “Merlot” sont des cépages pour la vigne, le “Si Ji Chun” est une variété hybride de théier, le Camellia Sinensis var. sinensis ‘Si Ji Chun’. Quiconque s’est déjà approché d’une tasse fraîchement remplie de son infusion aura la forte impression provoquée par son bouquet hautement floral et printanier.  Développé et utilisé à Taïwan pour la production de wulong depuis son homologation en 1981, il est de plus en plus populaire tant chez les producteurs, pour les multiples avantages de culture qu’il présente, que chez les amateurs, pour ses caractéristiques gustatives fort séduisantes…

 

Hybride provenant du croisement entre les théiers de variétés “qingxin” (cingshin) et “qingxin da pan”, il a été nommé “Si JI Chun” (signifiant: “thé des quatre printemps”) pour sa productivité exceptionnelle lui permettant d’offrir des récoltes à chaque saison de l’année (5 à 6 récoltes selon les zones géographiques et les altitudes des plantations). Un autre avantage majeur que présente cette variété serait d’offrir une plus grande résistance aux ravageurs et maladies qui touchent habituellement les théiers, réduisant par le fait même les besoins d’applications de pesticides par les producteurs. Aromatiquement, si sa liqueur n’offre pas la complexité et la persistance en bouche que celles que peut procurer la variété “qingxin” traditionnelle, le Si Ji Chun est reconnu par ailleurs pour son attaque particulièrement explosive et fleurie, pouvant évoquer la fraîcheur grasse du lilas ou du chèvrefeuille, en plus de notes légèrement épicées et sucrées. C’est pour ces belles qualités que nous voyons à Taïwan de plus en plus de jardins, même de haute altitude, opter pour la culture de cette variété de théier.

 

Jardins de thé à Shan Lin Shi, Taiwan

 

En vous écrivant ce billet, histoire de me mettre encore plus dans l’ambiance, je me délecte d’un délicieux Si Ji Chun automnal de M. Zheng, fraîchement cueilli il y a à peine quelques semaines sur les versants de la montagne Shan Lin Shi. Ses arômes de fleurs opulentes et de beurre roussi, de confiserie et de miel d’été viennent m’enivrer, sans compter son agréable texture légèrement huileuse et sa finale fleurie et gourmande (qui me comble de surprise par sa fort belle persistance…). Soit dit en passant, vous aurez peut-être remarqué depuis ce printemps notre nouvelle manière de présenter les appellations des wulong de notre sélection, par exemple: Shan Lin Shi (Si Ji Chun) M. Zheng (nous avons choisi d’inscrire la montagne de production en premier temps, la variété du théier entre parenthèses à sa suite puis, finalement, le nom du producteur). Ainsi l’accent est d’abord mis sur le terroir de production, puis sur le type de théier… Ainsi, un théier Si Ji Chun planté à Ali Shan, à Shan Lin Shi ou à Pinglin ne produira pas les mêmes nuances aromatiques selon les différentes provenances et producteurs mais gardera tout de même, au-delà du terroir où il sera récolté, son caractère propre à lui même. Il est aussi à noter qu’une absence de nom de théier entre parenthèses dans notre liste indique que nous sommes en présence, par défaut, d’un thé produit à partir de théiers traditionnels “qingxin” (cingshin).

 

Annonce: Les nouveaux arrivages de wulong taïwannais seront disponibles sous peu dans nos succursales et sur notre boutique en ligne. Je vous recommande de consulter le menu “wulong” de notre site web afin de confirmer leur disponibilité imminente avant de vous déplacer pour nous rendre visite… Au plaisir de vous servir!

 

 
 

série collection

Bienvenue dans la Série Collection.
Vous y trouverez des objets et des thés créés par les plus grands artisans d’Asie.

Visiter