À chaque famille de thé son bénéfice santé

15 janvier 2017
0 commentaire

Depuis que Shen Nong a découvert, voilà plus de 4000 ans, que le thé avait le pouvoir de stimuler et de désintoxiquer, l’homme n’a cessé de s’intéresser à ses vertus médicinales. Si les propriétés stimulantes, diurétiques et antibactériennes du thé sont reconnues depuis longtemps par la médecine chinoise, c’est plus récemment que ses bienfaits ont été confirmés par la science moderne. Aujourd’hui, à la différence des taoïstes d’autrefois, nous ne considérons pas le thé comme un élixir d’immortalité ni comme une boisson dotée de pouvoirs mystiques. Cependant, il ne fait plus aucun doute que ses vertus contribuent à notre longévité en stimulant les fonctions du cœur, en renforçant le système immunitaire et en prévenant les mutations cellulaires.

Quelque soit votre famille de thé préférée, vous serez certains d’y retrouver de multiples bienfaits. Découvrez-les ici :

THÉ BLANC

Rafraîchissant, désaltérant et plutôt faible en caféine, le thé blanc est particulièrement consommé en Chine pendant la période estivale. Selon la médecine chinoise, il aurait la propriété d’équilibrer l’excès de chaleur et d’atténuer les effets de la ménopause.

Nouvel amateur de thé blanc ? Nous vous suggérons le Bai Hao Yin Zhen.

THÉ VERT

Selon des études récentes, le thé vert contiendrait une plus grande quantité de polyphénols que les autres familles de thé, ce qui l’a rendu très populaire en Occident ces dernières années. Grâce à ses propriétés antioxydantes, le thé vert préviendrait certaines formes de cancer. Également réputé pour soutenir le travail intellectuel, le thé vert contient plus de fer, de vitamines et de catéchines que le thé noir. La dessiccation nécessaire à l’obtention d’un thé vert favoriserait l’augmentation de la teneur en polyphénols des feuilles.

À la recherche d’un puissant antioxydant? Essayez notre Sencha Mobata.

THÉ WULONG

Une consommation soutenue (8 grammes par jour) de Wulong aurait un effet amaigrissant en améliorant le métabolisme des lipides. Son effet relaxant, antistress, voire euphorisant serait dû à la grande concentration des huiles aromatiques qui sont extraites des feuilles lors du roulage.

Le coup de cœur d’Hugo Américi? Le wulong Ali Shan.

THÉ NOIR

L’oxydation enzymatique que subissent les feuilles durant leur transformation en thé noir convertit une partie des catéchines en théaflavine et en théarubigine, en plus de détruire une partie des vitamines. Par contre, la caféine des thés noirs est libérée plus vivement dans le sang, sur une durée plus courte que celle du thé vert, l’oxydation la séparant partiellement des tannins. Par conséquent, le thé noir agirait davantage comme stimulant physique que le thé vert.

Saviez-vous que Kevin Gascoyne boit une dizaine de tasses de thé Darjeeling chaque matin ? Initiez-vous au thé noir avec le Darjeeling 1st Flush Classique Singell DJ-19.

THÉ VIEILLI

En raison de ses propriétés, le thé vieilli a longtemps été utilisé comme complément alimentaire par plusieurs tribus et populations nomades vivant dans des régions éloignées. Comme ces populations se nourrissaient essentiellement de viande de yack très grasse, le thé leur permettait d’équilibrer leur régime alimentaire en luttant contre les graisses. On reconnaît aujourd’hui au thé vieilli des vertus épuratives qui permettent notamment de réguler l’organisme et de favoriser la digestion. Le thé vieilli contribue également à éliminer le cholestérol.

Intrigué ? Essayez le Thai Pu Er 2006 Hong Tai Cha, provenant d’un terroir marginal.