Anji Bai Cha, beauté et raffinement

20 août 2009
commentaire commentaire commentaires

Jardins à Xilong où sont produits nos deux grades de Anji Bai Cha

Ce matin, en dégustant un de mes incontournables, un thé que je réserve pour des moments de calme et de délectation, il m'est évident que je me dois de vous le présenter tant il est bon et fait chavirer mon coeur...

Développé tout récemment, depuis seulement environ 15 ans, ce thé vert de Chine est issu du cultivar Bai Ye no. 1 (signifiant "feuille blanche"). Il est produit à l'origine près du village de Xilong, dans le comté de Anji, province du Zhejiang. Parfois classé comme thé blanc par certaines maisons de thé, certes délicat, le Anji Bai Cha possède néanmoins les qualités gustatives chlorophyllées propres aux thés verts. Composé uniquement d'une tendre première feuille et de son bourgeon, ce thé offre une liqueur sophistiquée et raffinée à la belle texture gouleyante, aux arômes pleins de noix fraîches, de verdures délicates, de fleur à peine ouverte, le tout d'une douceur rafraîchissante... Plusieurs clients m'ont déjà entendu leur présenter ce thé en boutique comme possédant le parfum "de l'exhalation de la peau du cou de celui ou de celle que l'on aime"... bref, un thé que je trouve personnellement très suave! Mais si sa popularité en Chine ne cesse de grandir, c'est surtout parce que les gens là-bas apprécient particulièrement la beauté de ses feuilles vert-tendre à leur infusion dans le verre. Et si maintenant sa demande dépasse grandement l'offre du thé disponible, nous voyons à chaque année des parcelles de forêt de son berceau de production être défrichées afin d'augmenter la superficie des jardins.

Jasmin humant les feuilles fraîchement récoltées de Anji Bai Cha

Les deux Anji Bai Cha de notre sélection sont produits tout près de Xilong par la famille Yang. Leur jardin est certifié OTRDC (certification biologique chinoise) depuis 2004.En 2008, ils ont inauguré une nouvelle fabrique pour la transformation de leur thé.Ils ne transformentque les feuilles provenant de leur jardin ce qui diffère de plusieurs producteurs qui ne possèdent pas de jardin mais qui achètent les feuilles fraîches de paysans.

Vu la popularité de ce thé, nous voyons également son cultivar (Bai Ye) être planté dans d'autres comté du Zhejiang ou d'autres provinces chinoises.  Ainsi, le Huiming Bai Ye de notre sélection, produit par Monsieur He, provient du cultivar utilisé pour le Anji Bai Cha mais est transformé à la façon d’un Huiming.Il n’a donc aucune prétention d'être un Anji Bai Cha même si en Chine il est vendu comme tel! Et si François a cette année goûté dans le Hunan un Anji Bai Cha sorti de son territoire d’origine et que notre producteur de Tian Mu Qin Ding a aussi quant à lui planté des théiers de Bai Ye dans ses jardins tout récemment, c'est bien pour dire que l’on a pas fini d’entendre le nom de ce thé et que sûrement d’ici quelques années le marché sera enseveli de thé de type Anji Bai Cha.

Ajouter un commentaire