Hugo au Japon, île de Kyushu

28 mai 2010
0 commentaire

C’est la première fois que je visitais la famille Isshinen. Elle nous avait été référée par notre bon ami de Shizuoka, M. Sugiyama, producteur de sencha. Nous proposons leur thé, le Kamairicha, sur notre carte depuis maintenant 3 ans mais je n’avais pas pu les visiter auparavant car ils sont situés près de Miyasaki, une région éloignée des autres régions productrices que nous visitons normalement.

Sachant qu’ils étaient en pleine période de production, j’avais demandé en prenant rendez-vous avec eux, qu’ils ne changent pas leur routine pour ma visite. Ils ont gentiment respecté mon souhait et j’ai pu les voir agir dans leur quotidien. J’ai été accueilli en premier par M. Isshinen (père), qui s’occupe principalement des jardins et de leur entretien. Ici, on cultive biologique (certifié JAS) depuis 17 ans. Il m’a amené visiter leurs jardins magnifiques. Les plantes utilisées sont principalement le Yabukita, mais ils cultivent aussi le Sayamidori, le Takachino et le Fushun, des variétés de théiers plus rarement utilisées.

Les Isshinen ont donc leur propre jardin et ils font toutes les étapes de la transformation, ce qui n'est pas si courant dans l'industrie du thé au Japon. Le traitement des feuilles en Aracha se fait en  4 heures. Ils traitent jusqu’à 280kg de feuilles fraîches dans ce laps de temps pour obtenir 56 kg de Aracha (produit brut).

Le thé Kamairicha de cette année est délicieux, malgré que son caractère aromatique de "noisette grillée" soit moins prononcé que celui du printemps dernier. Les quantités produites  sont également moindres qu'en 2009 la région aurait souffert de frimas ayant perturbé la production.

J’ai eu la chance de passer 2 jours en leur compagnie et admirer leur travail de près. C’est toujours en les voyant en « action » que l’on réalise l’ampleur du travail nécessaire pour confectionner de bons thés. Merci aux Isshinen!