La fabrication des chasen - oeuvre de la 25ème génération chez les Kubo

29 juillet 2010
0 commentaire

La fabrication du chasen est une histoire de fou. Ça prend un temps de fou à faire et il faut être très patient pour répéter toute la journée ce travail minutieux. Il y a beaucoup d’étapes en voici les principales :

Le matériel utilisé est un bambou qui porte le nom de Hachiku. Il vient du nord de Tokyo et ses qualités principales sont d'être droit et uniforme. Une fois qu’il a séché au soleil quelques semaines, on peut commencer sa fabrication.

Au début, on enlève la « peau » extérieure du bambou en la grattant avec un couteau et donnons en même temps l’épaisseur voulue au manche. Ensuite, ils fendent grossièrement le bambou et enlèvent une épaisseur aux grosses lamelles par l’intérieur. Par la suite, les lamelles sont amincies à l’aide d’un outil muni d’une lame «ex-acto ».

Après, les lamelles sont divisées en dizaines de petites lamelles puis séparées manuellement. Elles seront courbées, toujours manuellement et un fil sera passé 3 fois autour du manche, entre les lamelles, de manière à maintenir les lamelles vers l’intérieur. Puis, les lamelles du centre sont formées.

Finalement, à l’aide d’un petit outil, les lamelles sont « replacées », voir peignées pour s’assurer d’une belle uniformité.

Un artisan peut ainsi fabriquer 5 chasen complets par jour. En travaillant à plusieurs, en créant une mini-chaîne, il est possible d’être légèrement plus productif.

Depuis peu, les femmes peuvent participer à la fabrication des chasen.  Auparavant, les hommes travaillaient dans une pièce ou les femmes ne pouvaient pénétrer!

Les chasens peuvent craquer. Les japonais considèrent que le chasen prend « ainsi de la vie ». Ils considèrent aussi qu’il s’agit d’un objet remplaçable.

Le fil classique est de couleur noire. Certaines écoles de chanoyu ou des  religieux  shintoïstes  peuvent demander des fils blanc, rouge, etc. Ils peuvent demander des formes spéciales également.

La famille Kubo fabrique des chasen depuis 25 générations. Pensez-y! Imaginez cette lignée et combien de chasen ils ont fait! Cette famille fabriquait probablement des chasens à l’époque du maître de thé Rikyu!