L’histoire d’une « vieille » théière Yixing

19 février 2013
0 commentaire

Les amateurs de thé connaissent bien le plaisir de voir une théière Yixing se noircir progressivement du dépôt que chaque infusion laisse sur sa paroi poreuse. Ainsi, à chaque visite au Camellia, certains sont charmés de pouvoir boire leur thé préféré dans une théière de plus en plus culottée.

Lors de l’ouverture de la Maison de thé de Québec en 2004, nous avions sélectionné plusieurs théières Yixing afin de faire le service dans notre espace de dégustation. Le mois passé, après plus de huit années de service, la théière servant uniquement aux infusions de Darjeeling – théière qu’on évalue avoir reçu plus de 20 000 infusions – s’est fait retirer du Salon de thé.

Si c’est avec regret que plusieurs employés ont vu la théière prendre le chemin d’une tablette de la boutique, c’est avec excitation et surprise que plusieurs clients l’ont vu apparaître de l’autre côté du comptoir. Alors que la théière « neuve » se détaillait à 40$, nous l’avons mise en vente pour 200$, prix plutôt bas par rapport à l’histoire de cette théière et à ce qu’on voit dans les encans de théières en Chine.

Quelques jours plus tard, un client régulier l’a tout de suite remarquée. Marco, que nous connaissons comme client depuis 2000 alors qu’il nous visitait à Montréal, ne manqua pas sa chance et acheta sans tarder notre précieuse théière. Les employés, en apprenant que c’était lui qui avait acheté « la » théière, ont retrouvé le sourire, car ils savaient qu’elle serait entre bonnes mains.

Marco définit son lien avec la théière comme suit : « L’acquisition de cette théière représente toutes les années de visite chez Camellia Sinensis où j’ai eu la chance de côtoyer tout le personnel qui a manipulé avec grand soin cette théière.  Le passage du temps a laissé ses traces sur l’argile et cela m’amène à la contemplation et au calme intérieur ».

Souhaitons-lui de nombreux beaux moments avec cet objet unique !

Jasmin Desharnais