Notre passion : le bon thé

12 juin 2019
0 commentaire

Comme pour tout produit de la terre, la qualité d’un thé est en relation directe avec la manière de le cultiver. Au fil des ans et au fil des voyages, nous avons pu constater à quel point les méthodes d’agriculture ont un impact majeur sur le résultat final. C’est pour cette raison que nous observons toujours plusieurs points importants lors de nos achats : où poussent les théiers, dans quelles conditions, à l’aide de quels produits ou de quelles interventions? Chez Camellia Sinensis, nous sommes passionnés de bon thé, mais un « bon thé » ne se limite pas à son goût. Cela va bien plus loin. Il faut aussi prendre en compte les facteurs environnementaux et humains qui l’entourent. Goûter un thé de qualité, ça se fait très bien chez soi. Voir les jardins, rencontrer les gens, les cultures, mesurer les impacts sociaux… ça demande un peu plus d’implication, mais ça fait aussi partie de notre démarche et de notre passion.

Produit d’agriculture

Lorsque nous visitons les jardins de nos producteurs, plusieurs facteurs sont facilement et immédiatement observables sur place : richesse des sols, pureté de l’air, de l’eau, santé de l’environnement et de l’écosystème, etc. D’autres facteurs plus subtils comme l’utilisation d’engrais et de pesticides chimiques peuvent également être évalués lors de cette analyse visuelle. Plusieurs indices nous permettent de statuer à ce propos, mais déterminer avec précision l’ampleur de cette utilisation nécessite également l’aide de tests en laboratoire.

Si une certification biologique internationale reste aujourd’hui le moyen le plus sûr d’assurer l’absence de produits chimiques dans le thé, elle est malheureusement souvent trop coûteuse pour les producteurs à petite échelle. Cela ne nous empêche pas d’assurer un certain contrôle sur les produits utilisés. En observant in situ les conditions de culture et en faisant appel à des laboratoires d’analyse indépendants, nous nous assurons que l’agriculture qui sert à produire nos thés est propre et raisonnée ; c’est-à-dire qu’elle respecte autant la nature et les écosystèmes que la santé des travailleurs et des consommateurs.

Tests de pesticides

En 2008, alors que nous préparions la première édition de Thé : histoire, terroirs, saveurs, nous avions mandaté le laboratoire québécois TransBioTech pour effectuer des analyses sur les antioxydants, la caféine, l’humidité ainsi que sur la présence de métaux lourds dans nos feuilles de thé. C’était nos premiers pas dans l’univers des analyses laboratoires. En 2013, désirant pousser plus loin ces études, nous avons réalisé des tests avec le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec portant spécifiquement sur les pesticides. Aujourd’hui, et depuis quelques années, nous faisons également analyser une dizaine de thés chaque printemps, directement dans les pays producteurs, chez SGS laboratoire international, ce qui nous permet d’obtenir les résultats avant même l’importation au Canada.

Cette année spécifiquement, nous avons fait analyser 10 thés sélectionnés au hasard parmi notre sélection. Il s’agit du Bancha Shizuoka, Nilgiri Mao Feng, Dong Ding de M. Chang, Bai Rui Xiang, La Route du Jasmin biologique, Ceylan Uva Adawatte, Laos PuEr 2018, Ombrelle de Papier, Kenya Kangaita et Nan Mei bourgeons de théiers sauvages. Dans chacun des tests effectués sur ces thés, les résultats indiquent l’absence de résidus de produits chimiques. Pour les curieux, nous publions également les certificats d’analyse qui prouvent leur propreté.

Vous pouvez les trouver : ici, ici et ici.

Très importantes pour nous, ces analyses non seulement nous permettent d’avoir une idée nette de ce qui se retrouve dans nos produits, mais elles constituent également un moyen essentiel d’assurer un lien de confiance entre les producteurs, les importateurs et la clientèle. Lorsque le thé est bon et propre, tout le monde est heureux.