Producteur du moment : M. Chen

9 octobre 2019
commentaire commentaire commentaires

Chen Cong Cheng, producteur de thé vert wulong à Taiwan.

Chaque mois, l’équipe du Camellia Sinensis vous fait découvrir un de ses producteurs vedettes en vous partageant leur histoire et leur rencontre.

Ce mois-ci, il s’agit de M. Chen Cong Cheng, producteur de thé wulong. En 2004, Hugo sillonne l’île de Taiwan à la recherche de thés à acheter. On lui dit qu’il s’en trouve sur la montagne Ali. Parti en train jusqu’au sommet, il se retrouve déçu de n’avoir trouvé là aucun théier et entreprend la longue descente en autobus. C’est en redescendant qu’il aperçoit finalement les jardins aux bords de la route. Il arrête le chauffeur, saute sur la route et commence à marcher à flanc de montagne. C’est à ce moment qu’il rencontre M. Chen, un de nos plus anciens producteurs.

Quand et comment avez-vous fait vos débuts dans le monde du thé?

Je fais du thé depuis plus de 30 ans. Ça a commencé quand l’usine de confection que je gérais avec des amis et des parents a fermé ses portes. À ce moment-là, je me suis dit que j’allais retourner à la maison et planter des théiers. C’était en 1986. Au début, en plus de m’occuper de mon jardin, j’aidais aussi dans les usines des autres. J’ai mis 10 ans pour apprendre comment bien faire la transformation. En 1996, j’ai créé ma propre petite fabrique, Xin Shang, qui veut dire « nouveau mode de thé ». J’ai mis beaucoup d’efforts dans mon travail et en 1999, j’ai participé pour la première fois au concours de thé. J’y ai remporté un prix spécial et ça a été un grand encouragement pour moi.

Êtes-vous propriétaire de vos jardins?

Une partie du jardin de thé m’appartient, l’autre est louée. En règle générale, un bail locatif sur un jardin de thé dure 5 à 10 ans. Le droit foncier qui vient avec me permet de gérer le jardin à 100 % et de prendre soin de la plantation durant cette période.

Quelle est la taille de vos jardins?

La superficie de notre jardin est de 1.75 hectare.

Quelle quantité de thé produisez-vous par année?

La production annuelle est d’environ 3000 kg.

Combien de travailleurs employez-vous?

Si on ne compte pas les cueilleuses qui viennent travailler à l’occasion des récoltes, il y a 10 à 15 travailleurs embauchés.


Quels aspects de votre travail préférez-vous?

Bien que j’aime tout le processus de culture et de production du thé, ce sont vraiment les dernières étapes de la transformation qui me plaisent le plus. Prendre soin des jardins est une chose, mais donner la touche finale à un thé et sentir que le produit est de bonne qualité, c’est ce que je préfère. Je dirais donc que ce que j’aime le plus, c’est le séchage final.

Percevez-vous des changements depuis vos débuts dans l’industrie?

Évidemment, sur 30 ans, on perçoit bien des changements. Grands et petits. La gestion des jardins et la production de thé, bien sûr, n’ont cessé de s’améliorer. Pour donner un exemple, dans le passé, le roulage des feuilles était entièrement manuel. Selon la force de chaque personne, on se retrouvait avec un produit différent pour chaque rouleur. Cela avait un impact majeur sur la qualité finale. Maintenant que le roulage est mécanisé, il n’y a qu’à ajuster les paramètres de la machine pour obtenir un produit stable. Les techniques évoluent et on ne cesse jamais d’apprendre dans ce métier. Récemment, j’ai commencé à produire du thé noir à partir de mes plants de Qing Xin (cultivar normalement utilisé pour la production de thé wulong). C’est nouveau et stimulant.

Quel est votre thé préféré?

Mon thé préféré est le Ali Shan du cultivar Qing Xin. C’est le plus commun et celui qu’Hugo achète chaque année. Il a un parfum floral exceptionnel et une bonne sensation dans la gorge, un arrière-goût sucré et peu d’amertume.

Ajouter un commentaire