Un premier thé du Bhoutan!

25 septembre 2019
commentaire commentaire commentaires




Lorsqu’on pense au Royaume himalayen du Bhoutan, on pense certainement Bouddhisme, monastères isolés et paysages plus grands que nature. Et bien que cette culture ancestrale et montagnarde semble appeler la présence de thé, personne ne pense « thé ». En fait, personne dans l’industrie du thé ne vous dirait qu’il s’en trouve au Bhoutan. C’est aussi ce que nous croyions. Jusqu’à très récemment.

Le printemps dernier, Kevin Gascoyne, engagé aux côtés de deux autres experts internationaux, a visité le pays à titre de consultant. L’équipe, composée de Kevin, Sebastian Beckwith de In Pursuit of Tea (l’instigateur du projet) et de Bachan Gyawali (co-fondateur du jardin de thé népalais Jun Chiyabari), avait pour mission d’aider une minuscule manufacture de thé à améliorer la qualité de sa production. Cette petite fabrique, la seule du pays, est située dans le village de Samcholing où quelques hectares de thés à peine sont cultivés depuis les années ’90.

Le thé fait son apparition au Bhoutan autour des années 1950 lorsque des graines provenant de Darjeeling (en Inde) sont offertes en cadeau à la famille royale. Ces graines sont mises en terre au Palais d’Hiver où elles grandissent jusqu’à maturité. Soignés et entretenus dans ce microjardin, les arbustes ne seront toutefois jamais récoltés. Mais, au début des années 1990, on utilise des graines prélevées sur les théiers impériaux pour semer les champs à proximité. Le projet d’agriculture est mené par une petite communauté de femmes (aidées par le Ministère de l’Agriculture) cherchant à revitaliser le village de Samcholing. 43 acres de terrain sont dédiées à la culture du thé et une micro-fabrique est mise sur pied pour transformer les feuilles fraiches. La production annuelle de cette entreprise frôle les 600 kg. La présence d’un marché local assure l’écoulement total de cette production, rendant le projet viable et rentable dès ses débuts. Implantée dans une région historiquement pauvre et difficile, cette coopérative exclusivement féminine apporte dignité et stabilité financière aux 27 familles (grandissantes) qui vivent autour. Se confiant à Kevin, l’ancien ministre de l’Agriculture du Bhoutan, Dasho Sherub Gyaltshen, raconte que c’est de loin l’aspect le plus positif du projet.

Mais au-delà de ses contributions sociales et culturelles, le Projet de Thé Samcholing représente un accomplissement de taille dans l’agriculture du thé. Les plantes elles-mêmes, Camellia Sinensis var.sinensis de haut grade prélevées depuis les jardins de Darjeeling (fort probablement du Domaine Samabeong près de Kalimpong), ont été semées et cultivées à partir de graines, ce qui leur a permis de s’adapter parfaitement à leur environnement. Les arbustes sont robustes avec une bonne endurance aux conditions météorologiques régulières de la région ainsi qu’aux variantes imprévisibles des changements climatiques à venir. Perché entre 1800 et 2000 m d’altitude, Samcholing offre les conditions naturelles idéales pour une croissance lente des théiers, maximisant ainsi les composés aromatiques polyphénoliques dans les jeunes pousses utilisés pour la transformation. Les théiers sont alignés en rangées aérées, bien plus espacées que ce qu’on retrouve dans les jardins de style industriel. Cette disposition favorise la rétention de nutriments dans le combat contre l’épuisement des sols et laisse l’espace nécessaire aux autres plantes de grandir et mourir, contribuant dans ce cycle à la richesse du sol. Depuis les tout débuts du projet, la norme de cueillette a été établie et maintenue à un bourgeon et deux feuilles (comme pour les thés les plus prisés de Darjeeling). Tous ces éléments rassemblés font de Samcholing une des meilleures sources de matériel brut sur la planète.

Et vous pouvez en déguster le thé ici, en exclusivité canadienne dans nos boutiques.

Pour les amateurs de curiosités, ce thé vert est une perle rare. Même plus que rare. Définit par l’unicité de son origine, rien ne lui ressemble vraiment. Aucun parallèle ne lui rend parfaitement justice. Si son caractère montre une rusticité évidente, sa complexité aromatique et sa texture pointent vers le raffinement. Notes de légumes au beurre, de coquillages et de paille se fondent en une finale crémeuse et vibrante, chargée de parfums épicés.

Ajouter un commentaire